Lestes sponsa parasité par Leptus killingtoni

Lestes sponsa femelle parasitée par Leptus killingtoni, Chanteloup les bois (France-49), 11/07/2011
Lestes sponsa femelle parasitée par Leptus killingtoni, Chanteloup les bois (France-49), 11/07/2011

C’est en 2011 que j’ai observé ce parasitisme et ce n’est qu’en septembre 2019 que j’ai eu la solution. Il faut dire que cet acarien terrestre est beaucoup moins fréquent, dans ma région en tout cas, qu’ Arrenurus papillator, l’hydracarien star des étangs d’Anjou.
Il s’agit donc d’un acarien terrestre de la famille des Erythreidae, du genre Leptus et très vraisemblablement killingtoni pour son nom d’espèce. Il est d’ailleurs connu en Europe pour infester certains odonates comme Orthetrum coerulescens, Pyrrhosoma nymphula, Ceriagrion tenellum, Coenagrion puella, Coenagrion mercuriale, Lestes sponsa, Enallagma cyathigerum, Cordulegaster boltonii, Anax imperator, Ischnura hastata, Ischnura pumilio et Sympetrum fonscolombii.
Les infestations semblent toujours « légères » montrant relativement peu d’individus sur le même hôte, beaucoup moins en tout cas que celles de Arrenurus papillator qui peuvent être massives.

Lestes sponsa mâle parasitée par Leptus killingtoni, Chanteloup les bois (France-49), 11/07/2011
Lestes sponsa mâle parasitée par Leptus killingtoni, Chanteloup les bois (France-49), 11/07/2011

Ce parasite cherche activement ses hôtes, s’agrippe à la cuticule des odonates lorsqu’ils sont perchés et se nourrit de leur hémolymphe. Il mesure environ 0.7 mm.

Leptus killingtoni en microscopie électronique issu du travail scientifique cité en -1-
Leptus killingtoni en microscopie électronique issu du travail scientifique cité en -1-

D’autres membres du genre Leptus sont connus hors d’Europe pour infester d’autres espèces d’odonates, comme ici sur un Ceriagrion fallax au Vietnam ou un Trithemis dejouxi en Ethiopie.



-1- Larval aquatic and terrestrial mites infesting parthenogenetic Ischnura hastata (Odonata: Coenagrionidae) from the Azores islands – March 2011 – Experimental and Applied Acarology 54(3):225-41.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *