Curiosité : un Platycnemis pennipes à caractères de P. latipes

Platycnemis pennipes mâle, Villemur-sur-Tarn, 17/07/2019
Platycnemis pennipes mâle, Villemur-sur-Tarn, 17/07/2019

Sur les bords du Tarn j’avais au moins 2 objectifs ; faire des photos de Trithemis annulata mais aussi de Platycnemis latipes car c’est une espèce que j’ai peu vue puisqu’elle n’est pas présente dans ma région.
Aussi quand j’ai fait cette photo (et d’autres que j’ai malheureusement supprimées) je n’ai pas pensé à Platycnemis pennipes, les pattes m’en avaient spontanément dissuadé. Ce n’est qu’il y a quelques jours, revenant sur mes photos de P. latipes, que je me suis aperçu de mon erreur assez grossière ; la face dorsale de l’abdomen est parcouru de noir sur toute sa longueur et non uniquement sur les derniers segments.
J’ai donc essayé de mieux voir les appendices anaux pour avoir une certitude:

Platycnemis pennipes mâle, Villemur-sur-Tarn, 17/07/2019
Platycnemis pennipes mâle, Villemur-sur-Tarn, 17/07/2019

Et il n’y a aucun doute, en cliquant sur la photo on distingue le lobe supérieur du cercoïde droit très près de son extrémité alors que le lobe supérieur de P. latipes en est nettement plus éloigné.
Mais les pattes ! Trop larges pour P. pennipes. De plus le tibia postérieur ne montre aucune ligne sombre sur sa crête médiane, le tibia moyen juste une ébauche de ligne exactement ce que l’on observe pour P. latipes. Même la ligne noire du tibia antérieur n’est pas complète.
On remarque également que les ailes sont courtes et n’atteignent pas le 7° segment abdominal ce qui est également un caractère de P. latipes ; ce n’est pas un critère d’identification absolu mais il est rare que les ailes atteignent ce segment (je n’ai pas de telles photos !) alors que les ailes de P. pennipes, plus longues débordent presque toujours sur ce segment (je n’ai qu’une seule photo montrant l’inverse, sur environ 200 sujets).

Que peut-on en conclure ? Rien sans doute…
Les hybridations de Platycnemis pennipes et latipes ne sont pas connues, il n’y en a aucune trace dans la littérature.
Un simple accident génétique qui ferait tomber ce sujet pile dans  la case P. latipes ?
Un ami s’amuse à supposer que ces 2 Platycnemis ont un ancêtre commun (ce qui est certainement exact, mais je ne connais pas la phylogénie des Platycnemis) ou qu’elles ne se sont séparées que récemment et que d’une façon ou d’une autre, le caractère « pattes larges non marquées » supposé récessif serait ici réapparu pour une raison quelconque. Et pourquoi pas ?   😎 
Si les lecteurs ont des idées…



3 réflexions sur « Curiosité : un Platycnemis pennipes à caractères de P. latipes »

  1. Bonjour,

    Pour moi ce n’est ni l’un, ni l’autre… il est atypique quel que soit le bord où on se place. Aucun élément géographique ne permet de trancher. Théoriquement ce sont les éléments morphologiques qui priment et là encore on ne sait trancher. C’est un jeune mâle de Platycnemis sp. On peut penser hybride, variant phénotypique… mais on ne peut rien dire sans analyse génétique. Non identifiable donc.

    1. Les appendices anaux sont tout de même parfaitement conformes à ceux de P. pennipes ; c’est un caractère structurel primordial tout de même. On préfèrerait bien sûr l’avoir en main pour inspecter les genitalia mais tout de même…

  2. Pour moi c’est compliqué… la partie antérieure du corps est comme latipes y compris au niveau des dessins, la postérieure est proche de pennipes pour simplifier. Les appendices sont en effet comme pennipes. Structurellement les tibias sont ceux de latipes. On a une sorte de mélange. Ce n’est pas un latipes ! Ce n’est pas clairement non plus un pennipes, mais c’est possible en effet. C’est aussi peut-être un hybride. Je ne connais aucun bon dessin des pièces abdominales chez les Platycnemis, souvent de côté, rarement de dessus alors que les critères sont plus clairs de cette vue-là. Die Federlinellen Europa en produit (Martens 1996). Le Schmidt (1929) présente une très belle planche mais que pour pennipes. Cet ouvrage est remarquable car il y des dessins refaits pour toutes les espèces et non des copiages de copiages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *