Blog

Sympetrum striolatum Oeil 3/3

Sympetrum striolatum femelle, Beaupréau en Mauges (France-49), 04/11/2020
Sympetrum striolatum femelle, Beaupréau en Mauges (France-49), 04/11/2020

Quelles que soient les performances et la complexité de leur formidable organe visuel il ne fonctionne correctement que lorsqu’il est intact. Mais de temps en temps on rencontre des odonates dont les yeux sont profondément enfoncés.
Ici, il s’agit d’une femelle en fin de saison et on ne pourra jamais savoir ce qui a occasionné ces dommages : prédation, accident de vol ou même enfoncement par les appendices anaux du mâle lors de l’accouplement ! La prise du mâle est toujours brutale et la lame supra anale, si elle est mal positionnée, pourrait enfoncer un œil ; je ne parviens malheureusement pas à retrouver la photo qui montre cet épisode…
Il est certain que les capacités visuelles sont dégradées et que ses performances de chasse en vol doivent s’en trouver altérées.

Ici la même aventure est arrivée à une jeune femelle Sympetrum danae.




Orthetrum albistylum – Prédation sur Pyropteron chrysidiformis

Orthetrum albistylum femelle, Ancenis (France - 49), 20/07/2020
Orthetrum albistylum femelle, Ancenis (France – 49), 20/07/2020

Les rencontres avec Orthetrum albistylum ne sont pas courantes dans ma région et même si nous sommes ici en Loire-Atlantique, l’île Bernardeau sur la Loire, où ont été faites ces photos, n’est qu’à 25 km de ma commune, à vol de libellule, bien sûr.
De plus cette femelle est manifestement jeune, un cas que je n’avais pas encore photographié.
Ce que je n’ai pas remarqué tout de suite c’est qu’elle était à table se régalant d’un papillon bien dodu. C’est une nourriture ordinaire pour les odonates et facile distinguer par les observateurs pour sa grande taille parmi les proies parfois minuscules qui constituent le menu des libellules.

Orthetrum albistylum femelle, prédation sur Pyropteron chrysidiformis, Ancenis (France - 49), 20/07/2020
Orthetrum albistylum femelle, prédation sur Pyropteron chrysidiformis, Ancenis (France – 49), 20/07/2020

La victime est très caractéristique des Sésies et il s’agit de Pyropteron chrysidiformis (Sesiidae) identifiable par les 2 anneaux jaunes qui ceinturent l’abdomen et la touffe de soies rousses à son extrémité. Il mesure 15 à 23 mm d’envergure, une proie « facile » pour un odonate de la taille de l’Orthetrum à stylets blancs (45 à 55 mm de longueur totale). La Sésie de l’oseille a la réputation d’être difficile à observer et je ne l’avais jamais rencontrée.

Orthetrum albistylum femelle, Ancenis (France - 49), 20/07/2020
Orthetrum albistylum femelle, Ancenis (France – 49), 20/07/2020

On voit très bien l’anneau jaune terminal de la Sésie sur cette photo, 6 secondes après celle au-dessus, où l’Orthetrum a fait pivoter sa proie avec ses mandibules pour continuer son repas.




Namibie – Platycypha caligata (Selys, 1853)

Platycypha caligata mâle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020
Platycypha caligata mâle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020

Platycypha caligata (Chlorocyphidae) était pour moi une des cibles prioritaires de ce voyage et il a fallu attendre presque la fin du séjour pour le trouver. Les Chlorocyphidae ont tous un habitus très particulier avec leur appendice sur le clypeus (juste en dessous du front), et celui -ci, s’il n’a pas les ailes décorées de certains de ses cousins asiatiques n’a pas à se plaindre pour le reste de son habit !

Platycypha caligata mâle immature, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020
Platycypha caligata mâle immature, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020

Il se trouvait sur un très petit bras de l’Okavango qui traverse le lodge de Popa Falls, une zone de rapides dans une zone boisée, et marécageuse par débordement. Je n’ai jamais vraiment pu les approcher correctement en raison de leur timidité et surtout de la configuration difficile du terrain et du risque de chute.

Platycypha caligata mâle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020
Platycypha caligata mâle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020

Pour ajouter à leurs charmes on note les pattes bicolores aux larges tibias ; elles sont rouges-orangé sur leur face externe et jaunâtres sur leur face interne. Elles sont exhibées dans la danse que mènent les mâles pour séduire les femelles, car c’est une des rares espèces d’odonates à montrer un comportement de séduction (1), ce qui leur vaut le nom anglais bien mérité de Dancing jewel.

Ces larges pattes sont également partiellement à l’origine du nom de genre : le grec platys signifie large, soulignant les larges tibias (comme pour nos Platycnemis européeens), tandis que kyphos signifie bossu (cyphose…) pour le renflement présent sur le clypeus.
Caligata vient du latin caligatus qui signifie « chaussé comme un soldat » pour les pattes si particulières de l’espèce.

Les mâles mesurent 29 à 34 mm.
Les femelles pour spectaculaires qu’elles soient en raison de leur aspect massif et de leur excroissance sur la face sont ternes, loin des couleurs éclatantes des mâles matures. Noter les ptérostigmas bicolores.

Après un accouplement qui dure environ une minute elles vont pondre sur les bois flottés ou les racines des arbres ; les larves sont bien sûr adaptées au courant rapide qu’elles doivent affronter.

Platycypha caligata femelle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020
Platycypha caligata femelle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020

J’ai eu également le plaisir d’observer un jeune sujet, tout juste émergé, dont les couleurs, comme presque toujours, rappellent celles des femelles matures. On retrouve d’ailleurs les ptérostigmas bicolores.

On trouve l’espèce essentiellement en Afrique de l’Est et en Afrique centrale, de l’Éthiopie à l’Afrique du Sud. En Namibie elle est limitée à la bande de Caprivi.

Platycypha caligata mâle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020
Platycypha caligata mâle, Namibie, Popa Falls, 19/02/2020


-1- Some observations on the sexual behaviour of Platycypha caligata caligata (Selys) (Zygoptera: Chlorocyphidae), C. Consiglio, Odonatologica 3 (4): 257-259, December I, 1974




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.