Ceriagrion tenellum : transfert de sperme et accouplement

Ceriagrion tenellum transfert de sperme, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020
Ceriagrion tenellum transfert de sperme, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020

Je fais tous les ans une ou deux visites à cet étang forestier (vraiment encerclé d’arbres jusqu’à l’eau), à une centaine de kilomètres de mon domicile, mais toujours dans mon département ; on y trouve depuis 2012 une espèce qu’on ne s’attend pas à y voir, Sympetrum danae qui ne s’observe normalement qu’en montagne (mais même dans les montagnes bretonnes) ou dans le nord de la France.
Au mois de juillet il est un peu tôt pour les trouver mais heureusement le site est riche et les Ceriagrion tenellum y sont très abondants.
C’est pourtant la première fois que j’assiste à cette scène pour cette espèce.
La nature s’est-elle moquée des odonates quand elle a rédigé le cahier des charges « reproduction » : le sperme est fabriqué à l’extrémité de l’abdomen, 8° et 9° segments, alors pourquoi a-t-elle imposé qu’il soit utilisé sous le 2° segment ?

Ceriagrion tenellum transfert de sperme, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020
Ceriagrion tenellum transfert de sperme, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020

Cependant le process est validé depuis quelques centaines de millions d’années et les odonates s’adaptent et survivent sans trop de difficultés apparentes à l’extinction de certains de leurs contemporains d’autrefois comme les dinosaures.
Les mâles doivent ainsi remplir leur vésicule séminale, que l’on voit très bien ci-dessus en arrière de son pseudo pénis, en faisant en sorte que l’extrémité de l’abdomen s’accole au 2° segment abdominal, ou plus précisément que son pore génital sous S9 s’abouche à la valve de son pseudo pénis.
Pour simplifier, il est précisé dans le document qui régit cet exercice que la vésicule doit être remplie de préférence quand la femelle est déjà capturée ! Heureusement la manœuvre ne dure que quelques fractions de secondes ou quelques secondes selon les espèces, et l’accouplement peut avoir lieu aussitôt.

Ceriagrion tenellum accouplement, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020
Ceriagrion tenellum accouplement, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020
Ceriagrion tenellum accouplement, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020
Ceriagrion tenellum accouplement, Longué-Jumelles (France-49), 31/07/2020


Ceriagrion tenellum femelle 3/3

Ceriagrion tenellum femelle, Chanteloup les bois (France-49), 22/07/2012

De temps en temps on rencontre des odonates, en particulier des zygoptères qui semblent énervés ! Et c’est sans doute parfois vrai quand il y a de la concurrence à proximité, sous la forme d’autres mâles en particulier ; ce pourrait être un signal défensif disant « j’occupe le terrain ».
D’autres fois on a vraiment l’impression que le but est de nettoyer l’extrémité de l’abdomen, en le passant entre les pattes postérieures.
Mais ici le mouvement de cette femelle a été tellement bref, 3 secondes au total, sans autre odonate autour, que j’ai du mal à trouver une explication à ce comportement.
A moins qu’elle n’ait tout simplement besoin de se gratter  😀 



Ceriagrion tenellum : tentative d’enlèvement!

Il y a beaucoup de Ceriagrion tenellum autour des étangs de la Croix Fourreau (France – 49) ce 25 août 2019, certainement des centaines. Comme toujours donner un nombre est très délicat d’autant qu’eux aussi le sont, délicats, et tout petits.
Il fait chaud, 32°C, et autour de ce petit étang forestier en voie d’assèchement j’observe de nombreux accouplements. Je n’ai pas fait du tout attention à la répartition des sexes, s’il y avait autant de mâles que de femelles mais quoi qu’il en soit un mâle a trouvé une femelle en tandem à son goût et a tenté de l’enlever:

Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019
Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019

La scène a duré une quinzaine de secondes (l’ensemble de mes photos retracent 11 secondes de la scène), l’agresseur s’est posé sur le thorax de la femelle puis a tenté de la capturer avec ses appendices anaux.

Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019
Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019

Si le premier mâle ne lâche pas sa prise ce type de capture est impossible, en particulier pour C. tenellum dont les appendices sont minuscules. Mais si je n’ai jamais réussi à capturer en photo un rapt réussi je l’ai observé une fois pour Pyrrhosoma nymphula. Ces tentatives ratées même si elles sont rares sont régulièrement observées. Par contre le harcèlement dont sont victimes les tandems, ou même les couples en copulation, de la part de mâles isolées est tout à fait courant.

La question intéressante est alors de comprendre ce qui pousse le 2° mâle à agir de la sorte ?
Il n’y pas de certitude, à ma connaissance. On peut sans doute invoquer le fait que les femelles sont presque toujours moins nombreuses sur les rives que les mâles, ce qui se comprend facilement quand on voit le comportement des mâles à leur égard… Et que devant cette rareté certains mâles sont poussés à commettre des actes indignes d’un odonate qui se respecte 🙂
Il est aussi sans doute plus facile, plus économique sur le plan énergétique, pour un mâle de repérer une femelle en tandem que d’errer à la recherche d’une femelle discrètement posée dans les herbes.