Mexique – Telebasis salva (Hagen, 1861)

Telebasis salva mâle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva mâle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019

Ce petit Coenagrionidae de 24 à 29 mm a toujours refusé de s’approcher du bord du bassin de notre lodge, jouant à cache cache entre les jacinthes d’eau. De plus le temps s’assombrissait fortement avant de développer un violent orage.
Il y a 3 Telebasis dans le Yucatan, mais celui-ci est facile à identifier par ses taches thoracique sombres et bien sûr ses appendices anaux:

Telebasis salva appendices anaux, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva appendices anaux, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Appendices anaux mâles Telebasis salva (1)

J’ai eu également le temps d’apercevoir une femelle émergente et une femelle nettement plus âgée et colorée portant les mêmes marques sombres thoraciques que le mâle. C’est une femelle presque androchrome, ce qui est connu et signalé dans le livre de Dennis Paulson (2).

Telebasis salva femelle émergente, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva femelle émergente, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva femelle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva femelle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019

Il y avait au moins 2 mâles, sans doute plus cachés dans les jacinthes, et 2 ou 3 femelles, il était donc logique de rencontrer un tandem en ponte; on aperçoit le stylet de la femelle utilisé pour percer la cuticule du feuillage et y insérer ses œufs.

Telebasis salva tandem, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva tandem, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019

C’est un habitant des eaux calmes qui apprécie la végétation flottante.
On le rencontre des états du sud des U.S.A. jusqu’au Venezuela.


-1- A synopsis of the genus Telebasis (Odonata: Coenagrionidae, Rosser William Garrison, International Journal of Odonatology, avril 2009.
-2- Dragonflies and Damselflies of the West, Princeton Fields Guides, Dennis Paulson, 2009.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Argia cuprea (Hagen, 1861)

Argia cuprea mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia cuprea mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Les Argia aux yeux rouges ne sont pas rares; c’est la 3° espèce que je rencontre après A. cupraurea et A. oenea. Plus rares, à ma connaissance, sont les genres dont les espèces montrent des yeux rouges ou des yeux… non rouges!
(En dehors des Argia il ne me vient à l’esprit que les Ceriagrion, parmi lesquels notre tenellum européen aux yeux rouges, et bien sûr les Erythromma, ou à l’inverse en Europe, seul notre Erythromma lindenii a les yeux bleus. Drôle d’idée d’ailleurs d’inclure ce dernier dans un genre dont l’étymologie signifie « oeil rouge », mais sa taxonomie est-elle génétiquement fixée car après avoir été rangé dans les Agrion, il a été placé dans le genre Cercion ( aujourd’hui disparu ) avec d’être considéré comme un Erythromma actuellement?)

Argia cuprea mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia cuprea mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Il se distingue aisément de son cousin rencontré sur le même site, Argia oenea, par son abdomen presque entièrement sombre ponctué seulement de taches bleues à l’union des segments abdominaux.
Il mesure environ 39 à 42 mm(1).

Les femelles sont réputées impossible à différencier (au Texas (1)) des leurs cousines A. cupraurea (non présentes au Mexique mais rencontrée au Panama).
Elles ressemblent également aux femelles Argia translata (présentes au Mexique et rencontrées durant ce voyage) mais ces dernières ont, au Texas en tout cas (1), une nette marque ou ligne claire issue de l’extrémité de la bande antéhumérale sombre. Malheureusement cela ne se vérifie pas toujours sur les 2 femelles A. translata de cette page
De toute façon l’identification est aisée quand un tandem est constitué comme ci-dessous (tout en sachant qu’on ne peut pas toujours faire confiance aux mâles 🙂 ).

Argia cuprea tandem, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia cuprea tandem, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

On le rencontre depuis le Texas jusqu’au Honduras et c’est un habitant des rivières et ruisseaux; c’est sur cet habitat que je l’ai rencontré, dans une flaque de soleil de cette petite rivière ombragée qui traverse le site de Palenque.


-1- Dragonflies and Damselfies of Texas and the South-Central United States, John C. Abott, Princeton University Press, 2005.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Argia oculata (Hagen in Selys, 1865)

Argia popoluca mâle, Mexique, Palenque (Chipas), 29/10/2019
Argia oculata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

J’ai encore une fois été trompé par cet Argia que j’ai tout d’abord appelé A. popoluca. Cependant l’absence de tache bleue isolée sur le pronotum m’a interpellé.

Le motif porté par le S2 et les 3 derniers segments bleus sur leur face supérieure se rencontrent pour plusieurs espèces, et je rappelle qu’il y a 53 espèces d’Argia au Mexique.
Mais il semble beaucoup moins commun de trouver pour Argia oculata de tels motifs abdominaux pour les des segments 4 à 6; si le S3 est presque conforme, la marque bleue du S4 est souvent très courte et celle des 2 autres segments réduite à un simple anneau comme on peut le voir sur cette photo au Panama. La teinte de bleue est aussi bien différente. Et il est effectivement connu pour être variable en taille, 30 à 40 mm, dans sa coloration et dans la répartition des taches bleues.

Argia oculata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia oculata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Cet Argia oculata se trouvait au soleil en limite d’une forêt dans laquelle coule un ruisseau ou une petite rivière qui traverse le site archéologique de Palenque.
On le rencontre du Mexique au Pérou et au Brésil et si je l’avais rencontré au Panama je l’ai aussi photographié au Costa Rica voisin et en Colombie.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Argia oenea (Hagen in Selys, 1865)

Argia oenea mâle, Mexique , Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia oenea mâle, Mexique , Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Encore un autre des 134 espèces d’Argia connus à cette date (1) mais heureusement très peu au Mexique ont les yeux rouges. J’avais déjà rencontré celui-ci au Panama et plus brièvement au Costa Rica.
Cette fois-ci je l’ai aperçu sur le site archéologique de Palenque, sur les berges d’une petite rivière, malheureusement très difficile à approcher.
Il mesure 33 à 39 mm et on le trouve depuis les états du sud des Etats Unis (Arizona, Nouveau Mexique, Texas) jusqu’en Colombie (2).

Argia oenea mâle, Mexique , Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia oenea tandem, Mexique , Palenque (Chiapas), 29/10/2019

-1- Dragonflies and Damselflies – a Natural History, Dennis Paulson, Ivy Press 2019.
-2- Dragonflies and Damselflies of the West, Dennis Paulson, Princeton University Press




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Argia ulmeca (Calvert, 1901)

Argia oculata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia ulmeca mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Il mesure 34 à 39 mm selon les sources et son territoire s’étend du Mexique au Panama.
Il se trouvait dans son habitat typique: dans les trouées de soleil, en bordure de forêt et juste auprès de la petite rivière qui parcourt le site archéologique de Palenque.

Argia oculata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia ulmeca mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Il est normalement facile à identifier avec la forme particulière de sa bande antéhumérale bleue pointue en arrière, le motif de son S2, la tache bleue de son S3 pointue en arrière et les points bleus qui séparent les autres segments, et ses 3 derniers segments bleus. Mais il a été identifié par Dennis Paulson car je m’étais fourvoyé…

Argia oculata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia ulmeca mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Je l’avais rencontré Panama, avec une nette différence de teinte.

Argia oculata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Argia ulmeca mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.