Mexique – Argia pulla (Hagen in Selys, 1865)

Argia pulla femelle, Mexique, Chiapa de Corzo (Chiapas), au bord du Rio Grijalva, 26/10/2019
Argia pulla femelle, Mexique, Chiapa de Corzo (Chiapas), au bord du Rio Grijalva, 26/10/2019

Cette jeune femelle Argia pulla est sans doute assez facile à reconnaître car très commune en Amérique centrale et en Amérique du Sud; elle a été identifiée par Dennis Paulson et je n’ai pu que « vérifier » et la comparer à ceux et celles que j’avais rencontrés au Panama et au Costa Rica.

Argia pulla femelle, Mexique, Chiapa de Corzo (Chiapas), au bord du Rio Grijalva, 26/10/2019
Argia pulla femelle, Mexique, Chiapa de Corzo (Chiapas), au bord du Rio Grijalva, 26/10/2019

Les femelles montrent parfois des ailes ambrées ce que je’avais déjà pu observer de façon moins flagrante lors de mes 2 rencontres précédentes, mais je pense que cette coloration a tendance à s’atténuer lorsqu’elles deviennent vraiment matures.
Il ou elle mesure autour de 30 mm, se plait sur les rivières, ruisseaux, mares des milieux ouverts ou en bordure de forêt. Son aire de distribution s’étend du Mexique au Brésil et à l’Argentine (Carlos Esquivel).

Argia pulla femelle, Mexique, Chiapa de Corzo (Chiapas), au bord du Rio Grijalva, 26/10/2019
Argia pulla femelle, Mexique, Chiapa de Corzo (Chiapas), au bord du Rio Grijalva, 26/10/2019



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Argia translata (Hagen in Selys, 1865)

Argia translata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), Rio Chacamax, 29/10/20019
Argia translata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), Rio Chacamax, 29/10/20019

J’avais déjà assez longuement rencontré Argia translata au Panama. Ce n’est pas une espèce très attrayante car les mâles bien matures apparaissent presque totalement sombres (et rendent les photos en plein soleil bien difficiles). Il persiste souvent une bande antéhumérale plus claire ainsi qu’une zone claire à la partie inférieure du thorax ou même une plus large zone blanchâtre due à la pruinosité qui apparaît chez les sujets âgés.
Les anglo-saxons l’appellent d’ailleurs Dusky dancer. Leur yeux montrent cependant un bleu / mauve peu commun parmi les libellules.

Argia translata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), Rio Chacamax, 29/10/20019
Argia translata mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), Rio Chacamax, 29/10/20019

Il est donc facile à identifier et heureusement car l’odonatofaune mexicaine compte 53 espèces d’Argia !
Il mesure 32 à 38 mm et fréquente les zones rocailleuses des rivières ou ruisseaux souvent dans les aires ouvertes.

Photos 1 et 2 Chiapa de Corzo ( Chiapas), Rio Grijalva, 26/10/2019
Photo 3 Palenque (Chiapas), Rio Chacamax, 29/10/20019

Son aire de distribution est la plus importante de tous les Argia puisqu’on le rencontre, avec d’assez importantes variations de couleur, du Canada à l’Argentine !
Je n’ai pas aperçu de femelle seule , comme bien souvent, si ce n’est un sujet tout juste émergent ballotté par le vent dans les herbes à quelques mètres de la rive.

Argia translata femelle émergente, Mexique, Chiapa de Corzo ( Chiapas), Rio Grijalva, 26/10/2019
Argia translata femelle émergente, Mexique, Chiapa de Corzo ( Chiapas), Rio Grijalva, 26/10/2019

Les motifs clairs et sombres sur les 3 derniers segments semblent caractéristiques, comme la fine ligne colorée qui parcoure la face dorsale de S2 à S4, qu’on retrouve sur les femelles plus âgées. Bien sur le pattern thoracique participe à l’identification.

Argia translata femelle, Mexique, près de Palenque (Chiapas) sur le rio Chacamax, 29/10/2019
Argia translata femelle, Mexique, près de Palenque (Chiapas) sur le rio Chacamax, 29/10/2019

Ci-dessous on note que le mâle de ce tandem porte encore les couleurs de la jeunesse, proches comme presque toujours de celles des femelles. Il deviendra sombre en vieillissant…

Argia translata tandem, Argia translata mâle, Mexique, Chiapa de Corzo ( Chiapas), Rio Grijalva, 26/10/2019
Argia translata tandem, Argia translata mâle, Mexique, Chiapa de Corzo ( Chiapas), Rio Grijalva, 26/10/2019



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Ischnura ramburii (Selys in Sagra, 1857)

Ischnura ramburii mâle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019
Ischnura ramburii mâle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019

Il y a 9 espèces d’Ischnura au Mexique mais seulement 3 dans l’état de Campeche; Ischnura posita n’a pas de bleu sur le 8 ° segment abdominal, Ischnura capreolus montre, entre autres, un segment 9° entièrement bleu, il n’y a donc qu’Ischnura ramburii qui corresponde à ces sujets avec S8 tout bleu et S9 dorsalement noir. Ce détail ainsi que la forme particulière des épines portées par le dernier segment S10 est particulièrement bien montré dans « Les libellules des Antilles Françaises » (1)
Dennis Paulson mentionne (2) cependant que dans l’Ouest des U.S.A les I. ramburii peuvent présenter un S9 tout bleu également.

Ischnura ramburii mâle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019
Ischnura ramburii mâle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019

On remarque les petites taches postoculaires rondes, typiques des Ischnura, tout comme les ptérostigmas bicolores.
Il mesure entre 27 et 36 mm (beaucoup plus grand que I. capreolus (18.5 à 25 mm) (1) C’est une espèce de plaine, de zones ouvertes sur des eaux stagnantes bien végétalisées. Mâles et femelles étaient sur une mare à canards, au milieu d’un gazon bien tondu dans une aire très ouverte.

Ischnura ramburii mâle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019
Ischnura ramburii mâle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019

Les jeunes femelles sont aussi spectaculaires que nos jeunes femelles Ischnura elegans ou nos Ischnura pumilio de la forme immature aurantiaca:

Ischnura ramburii, jeune femelle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019
Ischnura ramburii, jeune femelle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019

Celle ci-dessus porte en supplément des hydracariens, sous forme de petites masses sombres, sur les premier et deuxième segments et sous le huitième.
En vieillissant ces femelles évoluent vers un morphe brun, terne, ou un morphe androchrome.
On peut différencier les femelles I. ramburii des femelles I. capreolus non seulement par leur taille (souvent difficile à apprécier quand les 2 espèces en sont pas présentes en même temps) mais aussi par la position de l’arculus ; il touche pratiquement la 2° veine anténodale pour I. ramburii alors qu’il prend naissance au delà pour I. capreolus (1), ce que j’ai pu vérifier ici.

Ischnura ramburii, jeune femelle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019
Ischnura ramburii, jeune femelle, Mexique, Nuevo Pital (Campeche), 29/10/2019

Son aire de répartition s’étend du sud des U.S.A. jusqu’au Chili et au Paraguay et il très commun dans les Antilles.
Aussi au Panama et au Costa Rica.


-1- Libellules des Antilles Françaises, François Meurgey et Lionel Picard, éditions Biotope, 2011.
-2- Dragonflies and Damselflies of the West, Dennis Paulson, Princeton University Press, 2009.





Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.