Namibie – Anax imperator (Leach, 1815)

Anax imperator femelle, Namibie, barrage Von Bach, 22/02/2020

Si nous avons souvent aperçu Anax imperator (Aeshnidae) en vol, je ne l’ai jamais vu posé durant ce séjour. Mais à 2 reprises à 2 semaines d’intervalle sur le même plan d’eau nous avons observé une femelle Anax imperator en ponte. Malheureusement bien loin de nous.
Bien sûr on trouvera beaucoup plus de détails sur cette espèce commune en Afrique et en Europe dans les pages qui lui sont consacrées en France.

Anax imperator femelle, Namibie, barrage Von Bach, 22/02/2020

Si c’est une des plus grandes espèces européennes ce n’est pas le cas en Afrique où elle est dominée par 2 géants que nous avons également pu observer, Anax ephippiger et surtout Anax tristis qui est seulement moitié plus grand que l’Empereur européen (77 mm contre 114 mm en moyenne).
Mais quand il se compare au Pseudagrion , ici sans doute pseudagrion massaicum mâle, il reste un géant des mares et des eaux faiblement courantes.

Anax imperator femelle, Namibie, barrage Von Bach, 08/02/2020
Anax imperator femelle & Pseudagrion massaicum, Namibie, barrage Von Bach, 08/02/2020

Son aire de distribution est gigantesque; toute l’Afrique y compris les Mascareignes, presque toute l’Europe puisque « grâce » au réchauffement global on le rencontre maintenant en Suède et en Écosse, et à l’est jusqu’au Bengale occidental.
Je l’avais observé à la Réunion et très brièvement en Afrique du Sud.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Anax tristis (Hagen, 1867)

Anax tristis femelle, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020
Anax tristis femelle, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020

C’est en arrivant sur cette mare, sans doute une ancienne carrière de sable, à environ 2 km du Zambèze (et de la frontière de la Zambie), non loin de Katima Mulilo, tout à l’Est de la bande de Caprivi que nous avons aperçu une très grande libellule volant près des berges. Elle parcourait les plantes flottantes, se limitant presque toujours à celles situées sur la droite de la pièce d’eau, faisant de nombreux arrêts pour y déposer ses œufs.

Anax tristis femelle, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020
Anax tristis femelle, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020

Les femelles mesurent en moyenne 100 mm alors que les mâles atteignent 110 mm. C’est la plus grande libellule d’Afrique, nettement plus grande que l’Anax imperator (77 mm).
On le rencontre dans toute l’Afrique équatoriale et tropicale jusqu’en Afrique du Sud, Madagascar, les Comores et …. à la Réunion (1).

Anax tristis femelle, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020
Anax tristis femelle, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020

Dans le livre de Frank Suhling et d’Andres Marten consacré aux odonates de Namibie on apprend que l’espèce a été décrite à partir d’une femelle sans doute mal conservée et qui était donc fort sombre, ce qui lui a valu son nom d’espèce, tristis, peu mérité.
Comme souvent le photographe veut tenter sa chance quand la libellule ne se pose pas, ce qui se fait avec plus ou moins de bonheur:

Anax tristis femelle en vol, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020
Anax tristis femelle en vol, Namibie, Katima Mulilo, 15/02/2020

-1- Contribution à la connaissance des Odonates de l’île de la Réunion 11. Présence d’Anax tristis Hagen, 1867 et Hemianax ephippiger (Burmeister, 1839) à la Réunion (Odonata : Aeshnidae). Michel Yerokine, Samuel Couteyen.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.