Namibie – Agriocnemis exilis (Sélys, 1872)

Agriocnemis exilis mâle, Namibie, Rundu, 09/02/2020
Agriocnemis exilis mâle, Namibie, Rundu, 09/02/2020

Je m’attendais a plus de rencontres avec ces Agriocnemis durant ce séjour mais ils ont en fait été bien rares alors que nous ayons passé beaucoup de temps a les dénicher. Agriocnemis exilis en particulier est censé être très commun en Afrique tropicale.
Et je suis assez déçu de ne pas avoir réussi de meilleures photos de cette toute petite espèce (qui a longtemps été la plus petite d’Afrique avant la découverte d’Agriocnemis bumhilli que nous avons cherché en vain…), qui passe sa vie cachée au pied des herbes dans les marais, les mares ou les zones inondées des rivières, là ou la hauteur d’eau est faible.

Agriocnemis exilis mâle, Namibie, Rundu, 09/02/2020
Agriocnemis exilis mâle, Namibie, Rundu, 09/02/2020

Il mesure entre 18 et 21 mm et fait partie de la vingtaine d’espèces africaines sur les 40 que compte le genre., genre que j’avais déjà rencontré en Asie (A. gracilis, femina, lacteola, minima, nana, pygmaea, splendissima) et en Afrique ( A. gratiosa, inversa, ruberrima ).
Son identification repose sur l’examen des appendices anaux qui sont proches de ceux de A. ruberrima albifrons qui a le front blanchâtre et dont le 10° segment s’élève près de son apex.

Il est très difficile de différencier les femelles de ces espèces dont plusieurs ont un aspect similaire; je ne présente ici que celles vues à proximité des mâles ci-dessus, tout près de Rundu, dans une zone où les autres espèces d’Agriocnemis ne sont pas présentes.

Agriocnemis exilis femelle, Namibie, Rundu, 09/02/2020
Agriocnemis exilis femelle, Namibie, Rundu, 09/02/2020

On rencontre l’espèce depuis le Sénégal à l’ouest à l’Ethiopie à l’est jusqu’en Afrique du Sud.

Agriocnemis exilis femelle, Namibie, Rundu, 09/02/2020
Agriocnemis exilis femelle, Namibie, Rundu, 09/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Africallagma subtile (Ris, 1921)

A vrai dire ce n’est que sur l’écran de l’ordinateur au retour que je me suis aperçu que mon identification initiale ne collait pas; je ne m’étais d’ailleurs pas attardé sur la détermination de l’espèce, ce qui m’avait attiré était surtout la position curieuse des ailes, semi ouvertes, étonnante pour un Coenagrionidae.

Africallagma subtile femelle, Namibie, Rundu, 11/02/2020
Africallagma subtile femelle, Namibie, Rundu, 11/02/2020

Sur la base de la forme des taches postoculaires je pensais avoir affaire à une curieuse femelle Ischnura senegalensis, mais en regardant de plus près je me suis aperçu que les ptérostigmas n’avaient pas la forme caractéristique de ceux des Ischnura.
Il s’agit d’une femelle Africallagma subtile, seul représentant de l’espèce, et même du genre, que nous apercevrons durant ce séjour. L’espèce est très rare en Namibie, très discrète, et ne semble être connue que sur 2 sites dont celui ou je l’ai trouvée, une mare près de Rundu, à une centaine de mètres de l’Okavango.
Le mâle mesure environ 30 mm et son nom d’espèce indique sa finesse, subtile en latin signifiant délicatement mince. Il prend le nom de Fragile bluet en anglais.
Les mares temporaires alimentées par les pluies, bien et même densément végétalisées avec herbes et roseaux sont son habitat préférentiel.
On le rencontre du Sénégal à l’Ethiopie au nord, absent du Gabon et du Congo il se limite au sud au nord de la Namibie, au nord du Botswana et au sud du Mozambique, sans atteindre l’Afrique du Sud.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Agriocnemis ruberrima albifrons (Balinski, 1963)

Agriocnemis ruberrima albifrons,Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis ruberrima albifrons, Namibie, Parc National de Bwabwata, Kwando River, Bum Hill, 14/02/2020

Cet petit Agriocnemis semble poser (en tout cas pour moi) un problème de taxonomie. Il s’agirait de la sous-espèce albifrons d’Agriocnemis ruberrima. Albifrons, on comprend bien pourquoi, son front est en effet couvert d’une pruinosité blanchâtre.
Ruberrima pas contre est relatif à l’abdomen rouge de l’espèce, or ici, il n’est pas plus rouge que les autres espèces rencontrées, A. exilis, A. victoria ou A. gratiosa.
L’espèce nominale Agriocnemis ruberrima (localisée à la côte est de l’Afrique du Sud) n’a pas le front blanc et montre en effet un abdomen complètement rouge orangé (même à maturité) sauf les 2 premiers segments verts latéralement sombres au dessus et la moitié du 3° sombre…
Sur le site de l’ADDO, qui fait référence, c’est cette « sous-espèce » à front blanc qui illustre Agriocnemis ruberrima (sans qu’il soit ajouté albifrons)… mais la carte de répartition inclus la forme Sud Africaine sans front blanc et à abdomen rouge!
Je suis bien sûr incapable de trancher mais il semblerait logique d’en faire 2 espèces différentes.

Agriocnemis ruberrima albifrons,Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis ruberrima albifrons, Namibie, Parc National de Bwabwata, Kwando River, Bum Hill, 14/02/2020 (rotation de la photo pour un plus grand affichage)

Je n’ai malheureusement qu’une série de photos toutes sous le même angle; ils naviguent parmi les herbes hautes, dans une zone marécageuse de la Kwando River, et ils sont si petits, 21 mm, que dès qu’ils bougent ils disparaissent dans la végétation dense.
Il n’est connu, sous cette forme à front blanc, que de cette région de la bande de Caprivi en Namibie, mais aussi dans le delta de l’Okavango (Botswana) et en Zambie (?).




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Ischnura senegalensis (Rambur, 1842)

Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020

La Namibie est le 11° pays où je rencontre Ischnura senegalensis et je n’ai pas vraiment cherché à faire des efforts pour le prendre en photo, d’autant que nous l’avons rencontré presque tous les jours: il est présent depuis l’Afrique du Sud jusqu’à la Mauritanie à l’Ouest et à l’Est jusqu’au Japon et à la Mongolie à travers l’Asie centrale et tropicale, et à travers l’Indonésie jusqu’à la Papouasie Nouvelle Guinée!
Les femelles immatures sont cependant toujours spectaculaires.

Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis femelle immature, Katima Mulilo, 17/02/2020

Et si je mets cette seconde femelle c’est qu’elle m’a joué un tour que j’expliquerai quand j’aurais mis une autre espèce sur le site, une espèce que j’ai confondue avec cette femelle:

Ischnura senegalensis femelle, Namibie, Rundu, 10/02/2020
Ischnura senegalensis femelle, Namibie, Rundu, 10/02/2020

Il paraît bien mignon et inoffensif avec sa petite taille, 28 mm en moyenne; mais il est agressif, tant pour la défense de son territoire qu’en ce qui concerne son alimentation et il s’attaque volontiers à des proies de grande taille. Il ne dédaigne pas les repas de famille puisque ci-dessous ce mâle dévore un jeune mâle de sa propre espèce.

Ischnura senegalensis dévorant un jeune mâle I. senegalensis, Namibie, émissaire du barrage Von Bach, 08/02/2020
Ischnura senegalensis dévorant un jeune mâle I. senegalensis, Namibie, émissaire du barrage Von Bach, 08/02/2020

Et alors que nous avons eu bien du mal à trouver des Agriocnemis ( les plus petits des Coenagrionidae ) sur les berges de cette grande mare, cet Ischnura senegalensis s’est moqué de nous, en dégustant un Agriocnemis exilis…

Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis dévorant un Agriocnemis exilis, Katima Mulilo, 17/02/2020

Une dernière réflexion à propos de cette espèce si commune; il semble que les sujets africains n’aient qu’une fine, voire très fine bande antéhumérale verte; celui-ci n’en a pratiquement pas, comme certains que j’avais rencontrés en Afrique du Sud ou à la Réunion. Celle des sujets asiatiques est plus large.

Ischnura senegalensis jeune mâle, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis jeune mâle, Katima Mulilo, 17/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.