Namibie – Aethiothemis solitaria (Ris in Martin, 1908)

Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l'Okavango, 19/02/2020
Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l’Okavango, 19/02/2020

Au moment ou Suhling et Martin ont publié leur livre sur les odonates de Namibie la taxonomie de ce petit genre de Libellulidae n’était pas vraiment fixé et on ne savait pas de façon certaine que Aethiothemis discrepans (Lieftinck, 1969) et solitaria n’étaient qu’une seule et même espèce (synonymes).
Ce genre contient actuellement 13 espèces, toutes endémiques d’Afrique tropicale sauf une de Madagascar.

Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l'Okavango, 19/02/2020
Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l’Okavango, 19/02/2020

Elles sont peu connues, peu rencontrées, mais A. solitaria est peut-être la plus commune car parfois localement abondante; nous ne l’avons vu que sur le site de Popa Falls (sur l’Okavango), jamais plus d’un seul sujet à la fois, peut-être 3 sujets différents seulement, tous jeunes. Février est la période de son émergence.
Mais les jeunes sujets avec cet assemblage de bleu, de orange et de jaune sont vraiment magnifiques ce qui leur vaut le nom vernaculaire anglais de Southern Gorgeous Skimmer . Même si le mâle ci-dessous n’est pas encore complètement mature, on voit la coloration bleue qui commence à envahir son thorax ; il deviendra complètement bleu mais bien moins spectaculaire…

Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l'Okavango, 19/02/2020
Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l’Okavango, 19/02/2020

Il mesure environ 30 mm, 20 pour l’abdomen.
Sa distribution le limite à l’Afrique tropicale, du Sénégal à la Tanzanie et au sud jusqu’au Botswana et à la Namibie.
Ci-dessous certainement un 3° sujet moins bleu sur le sommet du thorax que le sujet précédent.

Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l'Okavango, 18/02/2020
Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l’Okavango, 18/02/2020

Si nous ne les avons observés que sur un petit bras assez rapide de l’Okavango dans le resort de Popa Falls, ils semblent accepter une importante diversité d’habitats depuis les eaux stagnantes, les suintements, les ruisseaux et rivières dans les aires ouvertes ou les clairières.

Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l'Okavango, 19/02/2020
Aethiothemis solitaria mâle, Namibie, Popa Falls sur l’Okavango, 19/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Urothemis assignata (Selys, 1872)

Urothemis assignata mâle, Namibie, Kalambesa, 15/02/2020
Urothemis assignata mâle, Namibie, Kalambesa, 15/02/2020

C’est la première fois que je rencontrais des mâles matures Urothemis assignata (Libellulidae) car en Ethiopie je n’avais pu observer que des mâles immatures et des femelles.
Les mâles sont presque impossibles à confondre avec les autres Libellulidae rouges en raison de la large tache basale sombre veinée de rouge des ailes postérieures. Seuls les Tramea peuvent faire illusion mais leurs appendices anaux très longs permettent de les identifier à distance.
L’identification des femelles Urothemis est aidée par leur lame vulvaire saillante, mais leur discrimination d’avec Urothemis edwardsii est plus délicate et on pourra consulter les pages consacrées à U. edwardsii femelle en Ethiopie pour en juger. Je n’ai pas rencontré de femelles en Namibie.
Ils mesurent 42 à 44 mm.

Urothemis assignata mâle, Namibie, Kalambesa, 15/02/2020
Urothemis assignata mâle, Namibie, Kalambesa, 15/02/2020

Il faut aussi noter la ressemblance étroite avec Urothemis signata qui est une espèce australo-asiatique (1).
En 2007 quand Suhling et Martens ont publié leur Dragonflies and Damselflies of Namibia l’espèce n’était connue que de 2 rivières dont celle qui s’échappe du barrage Von Bach où nous avons contacté l’espèce et une autre plus au sud. Or ces photos ont été faites beaucoup plus au nord-est que ces 2 localisations, tout à fait à l’Est de la bande de Caprivi et de Katima Mulilo, dans une zone sèche tout près du Zambèze:

Près du Zambèze, à l'est de Katima Mulilo, le 15/02/2020
Près du Zambèze, à l’est de Katima Mulilo, le 15/02/2020

Ils fréquentent les buissons dans la savane à proximité des rivières ou des marais.
Sa distribution géographique forme un triangle dont la pointe serait située sur la côte nord est de l’Afrique du sud et le 2 autres sommets au Sénégal et en Ethiopie. Il est néanmoins présent en Namibie et à Madagascar d’où l’espèce a été décrite.


-1- Le nom d’espèce assignata a justement été créé par Selys en référence taxinomique à signata, qui signifie « celui avec un signe » ce qui se rapporte certainement aux taches noires sur les derniers segments de cette espèce, assignata signifiant « disposé auprès », auprès de signata… CQFD 🙂
Urothemis est composé de ura signifiant queue et de themis « loi établie par l’usage » également déesse de la justice et de la loi. Themis est utilisé dans la constitution de très nombreux nom de genres de Libellulidae et uro est sans doute utilisé pour rappeler la longue lame vulvaire des femelles.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Crocothemis erythraea (Brullé, 1832)

Crocothemis erythraea mâle, Namibie, Shitemo sur Omatako River, 21/02/2020
Crocothemis erythraea mâle, Namibie, Shitemo sur Omatako River, 21/02/2020

Durant ces 12 jours de prospection en Namibie Crocothemis erythraea (Libellulidae) s’est avéré assez commun, mais sans doute moins qu’en … France où il est parfois localement très abondant. Sur les 2 photos ci-dessous on note l’inconstance de la ligne noire qui parcourt l’abdomen. Cette ligne noire est d’ailleurs parfois utilisée en Asie pour identifier Crocothemis servilia et on voit le peu de valeur de ce critère…

En Namibie on peut le confondre avec Sympetrum fonscolombii ou Trithemis kirbyi. Mais ce dernier montre des taches ambrées également sur la base des ailes antérieures et S. fonscolombii présente une bande claire qui lui barre le thorax. Il est également proche de Urothemis assignata mais les taches alaires basales de ce dernier sont très sombres. On trouvera bien d’autres détails sur les pages consacrées à l’espèce en France ou en Ethiopie.

Crocothemis erythraea mâle, Namibie, barrage Van Bach, 08/02/2020
Crocothemis erythraea mâle, Namibie, barrage Van Bach, 08/02/2020

Ci-dessus un jeune sujet pas encore rouge vif, et ci-dessous un sujet dont l’abdomen coudé a sans doute été abîmé par un prédateur, et dont une aile reste curieusement tendue, ce qui ne l’empêchait d’ailleurs pas de voler.

Crocothemis erythraea mâle, Namibie, mare à Katima Mulilo, 13/02/2020
Crocothemis erythraea mâle, Namibie, mare à Katima Mulilo, 13/02/2020

Mâles comme femelles adoptent parfois la position dite de l’obélisque comme moyen de thermorégulation.

Crocothemis erythraea femelle, Namibie, Rundu près de l'Okavango, 10/02/2020
Crocothemis erythraea femelle, Namibie, Rundu près de l’Okavango, 10/02/2020

Il mesure 36 à 45 mm et se rencontre sur les étangs et lacs, parfois des fossés et se montre encore moins difficile lors de ses migrations ce qui explique sa faculté à étendre son territoire.
Il a une aire de distribution gigantesque occupant quasiment toute l’Afrique, jusqu’à l’est de l’Inde et a connu une expansion remarquable vers le nord colonisant l’Europe centrale, du Sud et de l’Ouest, et particulièrement depuis une vingtaine d’années puisqu’il est maintenant bien implanté en Allemagne et en Hollande, et signalé occasionnellement en Angleterre.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Brachythemis leucosticta (Burmeister, 1839)

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020

Brachythemis leucosticta est très commun en milieu ouvert en Namibie, tant près des pièces d’eau que des rivières, souvent en très grand nombre au point qu’on a parfois peur de leur marcher dessus (ils se posent souvent au sol ce qui leur vaut le nom anglais de Banded Groundling). Ils tournent autour des marcheurs (ou du bétail) qui par leurs déplacements provoquent l’envol d’insectes dont ils se nourrissent (1).

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020

Je l’avais déjà rencontré ce très sombre Libellulidae en Afrique du Sud et en Ethiopie, une des limites nord de sa répartition ou il côtoyait son très proche cousin Brachythemis impartita, lui, assez proche de sa limite Sud. En Namibie, il n’y a donc pas de B. impartita et il est impossible de le confondre avec un autre Libellulidae en raison de ses taches alaires caarctéristiques.
Ci-dessous un mâle plus jeune qui laisse voir les taches claires de jeunesse de .

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 11/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 11/02/2020

Il mesure entre 22 et 33 mm ce qui en fait un très petit Libellulidae, le plus petit, en Asie, Nanophya pygmaea , n’atteint que 16 à 17 mm.
Les femelles sont comme presque toujours chez les Libellulidae très différentes des mâles, sans tache alaire; celle-ci est sans doute assez jeune, encore très jaune.

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

Mais elles ne deviennent jamais aussi sombres que les mâles et celle ci-dessous est bien mature:

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, Rundu près de l'Okavango, 10/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, Rundu près de l’Okavango, 10/02/2020

Les yeux des Brachythemis sont très particuliers et B. leucosticta n’y fait pas exception; qu’on soit en Afrique ou en Asie on reconnaît les Brachythemis aux dessins typiques de leurs yeux que l’on observe sur les femelles ci-dessous:

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

On peut la confondre avec la femelle Brachythemis lacustris et si celle-ci montre aussi une ligne sombre médiane sur l’abdomen elle ne présente pas de ligne noire latérale et son motif thoracique est beaucoup plus léger et simple.

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020

L’accouplement se déroule en vol et est très rapide, quelques secondes:

Btrachythemis leucosticta accouplement, Namibie, Rundu près de l'Okavango, 21/02/2020
Btrachythemis leucosticta accouplement, Namibie, Rundu près de l’Okavango, 21/02/2020

Sa distribution géographique précise reste incertaine car B. impartita et leucosticta n’ont été séparé qu’assez récemment (2) et que les données sont donc entachées d’erreurs. Les données certaines le limite au grand sud de l’Afrique, de l’est de l’Afrique du sud et Madagascar à l’Ethiopie à l’est et au Sénégal à l’Ouest.

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020

-1- Accompanying behaviour of Brachythemis leucosticta (Burmeister) in Europe (Anisoptera: Libellulidae), March 2010 Odonatologica 39(1):63-70, Otakar Holuša & Jaroslav Holusa.
-2- Kindred spirits: “Brachythemis leucosticta”, Africa’s most familiar dragonfly, consists of two species (Odonata: Libellulidae), International Journal of Odonatology, Volume 12 (2) 2009.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Zygonyx natalensis (Martin, 1900)

Zygonyx natalensis mâle, Namibie, Popa Falls sur l'Okavango, 19/02/2020
Zygonyx natalensis mâle, Namibie, Popa Falls sur l’Okavango, 19/02/2020

Durant ce séjour nous n’avons aperçu qu’un seul Zygonyx natalensis (Libellulidae) sur les rapides de l’Okavango à Popa Falls, malheureusement d’un peu trop loin. Il faisait des allers-retours sur un petit tronçon de rivière avant de revenir se poser sur un îlot à plusieurs mètres de la rive.
Il est facile à identifier, même s’il ressemble à un Orthetrum, par son comportement au dessus des rapides. Son front est bleu métallique, il est globalement sombre avec les premiers et derniers segments couverts de pruine, et parfois sur l’abdomen les restes des traits jaunes qu’il portait dans sa jeunesse.
On ne le trouve que sur les parties de rivières agitées, voire très agitées et écumeuses, comme on le devine sur la mauvaise photo ci-dessous.
Les femelles larguent leurs œufs qui deviennent collant au contact de l’eau, et tout comme les larves munies de griffes adaptées, ils sont capables de se fixer sur les pierres et rochers subaquatiques.

Zygonyx natalensis mâle, Namibie, Popa Falls sur l'Okavango, 19/02/2020
Zygonyx natalensis mâle, Namibie, Popa Falls sur l’Okavango, 19/02/2020

Il mesure environ 53 mm.
On le rencontre dans le sud de l’Afrique sur les rivières pérennes de l’Angola, du Botswana, du Mozambique, de Namibie, d’Afrique du sud et du Zimbabwe.
L’étymologie est intéressante tant pour le nom d’espèce que de genre:
– Zygonyx de zygon « paire » et onyx « griffe » ; dans ce genre les griffes des tarses ont une dent d’égale longueur aux griffes elles-mêmes ce qui donne l’impression que chaque patte a une paire de griffes plutôt qu’une griffe bifide. C’est un héritage de la larve qui lui sert bien sûr à se cramponner au substrat pour résister au courant.
– natalensis du Portuguais Natal signifiant Noël; René Martin a décrit l’espèce à partir de spécimens provenant d’Afrique du Sud, de la région du Kwazulu-Natal. Vasco de Gama à appelé Natal cette partie de la côte africaine car il y est arrivé le jour de Noël 1497.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.