Vietnam 2018 – Gynacantha bayadera (Selys, 1891)

Gynacantha bayadera femelle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018
Gynacantha bayadera femelle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018

Il fait déjà nuit (18 heures 45) quand cette femelle Gynacantha bayadera (Aeshnidae) est capturée sur un sentier du parc de Cuc Phuong. La forme des yeux est spectaculaire et semble profilée pour la vitesse, à la façon des skieurs de vitesse. Elle mesure 45 à 47 mm pour l’abdomen (d’après la description originale de Selys à partir de sujets de la province indienne du Sikkim) soit environ 60 mm pour la longueur totale.
Curieusement les appendices anaux sont de longueur différente.

Gynacantha bayadera femelle, appendices anaux, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018
Gynacantha bayadera femelle, appendices anaux, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018

Sa distribution est étendue de l’Indonésie aux îles chinoises de Haïnan et Taïwan et à l’ouest à une partie de l’Inde, à travers le Vietnam, Laos, Thaïlande…




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Heliaeschna uninervulata (Martin, 1909)

Heliaeschna uninervulata mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018
Heliaeschna uninervulata mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018

Il est 18 heures 30 et la nuit est tombée dans le parc de Cuc Phuong, au sud de Hanoï, lorsque Tom parvient à capturer ce magnifique mâle Heliaeschna uninervulata. Il mesure 68 mm et 55 pour son abdomen peut-on lire dans « Aeschnines. In: Collections zoologiques du Baron Edmond de Sélys-Longchamps, 1909 ».
On note sur ce profil que son œil gauche semble taché; j’ai déjà vu ce genre de tache sur les yeux des odonates mais je ne sais pas à quoi elles correspondent, mais comme on le verra son œil droit est intact. On remarque également la forte touffe de soie portée par la face dorsale de son premier segment abdominal.

Les appendices anaux sont vraiment particuliers; une courte lame supra anale , et 2 longs cercoïdes pointus en forme d’ouvre boîtes (d’autrefois !):

Heliaeschna uninervulata appendices anaux mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018
Heliaeschna uninervulata appendices anaux mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018
Heliaeschna uninervulata appendices anaux mâle, Martin in Selys, 1909
Heliaeschna uninervulata appendices anaux mâle, Martin in Selys, 1909

Ses yeux sont magnifiques et montrent sous cet éclairage de nombreuses pseudo pupilles:

Heliaeschna uninervulata mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018
Heliaeschna uninervulata mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018

Heliaeschna uninervulata est un exemple de ces Aeshnidae tardif, qu’on ne trouve qu’en soirée; c’est sans doute pour cette raison qu’il sont parfois perturbés par les lumières artificielles, et dans la grande salle où nous avons pris notre repas ce soir là, un autre mâle désorienté tentait de retrouver l’air libre, parmi des centaines d’insectes qui nous ont intéressé:

Heliaeschna uninervulata mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018
Heliaeschna uninervulata mâle, Vietnam, Cuc Phuong, 13/06/2018

Son nom d’espèce vient du fait qu’elle ne montrerait, comme l’écrit Martin, qu’une seule nervure dans le champ médian. Mais d’une part il nous signale que ce n’est vrai que pour 3 ailes sur 4 (la 4° en possédant 2), et d’autre part il mentionne la même singularité plus loin en parlant de l’espace sous médian…
Pour le spécimen ci-dessus on ne peut observer correctement que les ailes droites qui montrent 2 nervures pour l’aile supérieure et une seule pour l’inférieure. Je pense que Martin voulait simplement par ce détail la différencier des autres du même genre qui montrent plus (ou beaucoup plus) de nervures dans cet espace.

Martin a décrit l’holotype à partir d’un sujet de Bornéo et cette espèce est connue depuis les Philippines, l’Indonésie, le Sabah et Sarawak de Malaisie ainsi que Singapour, la Thaïlande, le Myanmar et le Vietnam.

Vietnam 2018 – Petaliaeschna tomokunii (Karube, 2000)

Petaliaeschna tomokunii femelle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
Petaliaeschna tomokunii femelle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

Nous n’avons eu qu’une rencontre avec cette espèce, tard dans l’après midi, presque à la tombée de la nuit à Pia Oac, à une altitude de 1240 m. Cette femelle Petaliaeschna tomokunii pondait dans un fouillis d’herbes et buissons entremêlées, sur une pierre recouverte de mousse, parcourue par un filet d’eau, dans une sorte de clairière le long d’un chemin forestier, à la sortie d’une petite forêt de bambous dont on devine d’ailleurs les feuilles au sol.
Je n’ai pas eu accès à la description originale de Karube (à partir de sujets de Pia Oac) mais Tom Kompier sur son blog précise qu’elle ressemble beaucoup à une autre espèce aussi présente sur le même biotope, P. flavipes, cette dernière montrant sans doute une activité un peu moins tardive. P. tomokunii a aussi les pattes jaunes mais se distingue de sa cousine par le fait que sa face est jaune orangée alors que celle de P. flavipes est plus sombre et montre sur le front une vague marque sombre en forme de « T ».
Elle mesure sans doute dans les 65 -70 mm mais dans les conditions où je l’ai observée, je suis incapable d’être plus précis.
On ne connaît l’espèce qu’au Vietnam.

Petaliaeschna tomokunii femelle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
Petaliaeschna tomokunii femelle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018



Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Sarasaeschna niisatoi (Karube, 1998)

Sarasaeschna niisatoi mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
                                       Sarasaeschna niisatoi mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

Sarasaeschna niisatoi n’est connu que de 2 sites en Asie, Pia Oac d’où proviennent toutes les photos de cette page et un site en Chine dans le Hainan.
Décrit par Karube en 1998 je ne suis pas parvenu à accéder à la publication de l’espèce, dans Tombo, la revue d’odonatologie japonaise, mais je pense qu’il mesure environ 75 mm. La forme de son abdomen est étonnante et n’est pas sans rappeler, dans une autre famille, l’extraordinaire Acisoma panorpoides.

Le biotope est un chemin très humide, en forêt, avec quelques clairières où nous avons rencontré cette espèce par 3 fois, une femelle dans la matinée puis vraisemblablement  2 mâles, dont l’un en vol, ceci à une altitude de 1270 m. 

Sarasaeschna niisatoi mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
                                         Sarasaeschna niisatoi mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

Dans le même environnement une très jeune femelle, les ailes brillantes et les ptérostigmas clairs, séchait au soleil…

Sarasaeschna niisatoi femelle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
                                   Sarasaeschna niisatoi femelle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018



Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Periaeschna magdalena

Periaeschna magdalena femelle, Vietnam, Pia Oac, 5 juin 2018
Periaeschna magdalena femelle, Vietnam, Pia Oac, 5 juin 2018

Periaeschna magdalena a été décrit par René Martin en 1909 dans Collections zoologiques de Edmond de Selys Lonchamps, Aeschnines. Mais il s’agissait d’un sujet de sa propre collection qu’il avait capturé justement au Tonkin, et comme moi 😉 , il n’avait vu qu’une femelle. Celle-ci a été capturée à Pia Oac , en forêt à 1315 m d’altitude.

Elle mesure 67 mm et comme toutes les femelles Periaeschna montre un appendice fourchu, ou bifide sous le 10° segment abdominal qu’on voit très bien en cliquant sur la photo; j’en ignore la fonction, s’il en a une; peut-être double-t-il le stylet sous S9 qui sert à palper le substrat de ponte, ou a-t-il une fonction particulière pendant l’accouplement.

On le rencontre dans le grand sud de la Chine ( Fujian, Guangxi, Hainan, Hubei, Jiangsu, Sichuan, Zhejiang), Taïwan , et au Vietnam mais les citations dans l’extrême est de l’Inde, au Meghalaya, seraient à prendre avec précaution.

Periaeschna magdalena femelle, Tonkin, Marin in Selys
Periaeschna magdalena femelle, Tonkin, Martin in Selys, 1909