Vietnam 2018 – Neurobasis chinensis (Linnaeus, 1758)

Neurobasis chinensis mâle, Vietnam, Cao Bang, 04/06/2018
Neurobasis chinensis mâle, Vietnam, Cao Bang, 04/06/2018

Quand on le voit ainsi posé il est difficile d’imaginer le spectacle qu’il offre en vol, lorsqu’il veut séduire une femelle ou repousser un concurrent trop téméraire.
Les rapports entre la position de ses ailes et son comportement, en vol ou lors des interactions avec ses congénères mâles ou femelles, ont été étudiés par de nombreux auteurs et en particulier de façon minutieuse par André Günther, Dagmar Hilfert-Rüppell & Georg Rüppell dans Reproductive behaviour and the system of signalling in Neurobasis chinensis (Odonata, Calopterygidae) – a kinematic analysis, International Journal of Odonatology, 17:1, 31-52, en 2014.
Ils ont montré l’importance de la spectaculaire zone iridescente verte des ailes postérieures dans le dialogue avec les les autres mâles ou les femelles courtisées. Se posant normalement avec les ailes jointes l’affichage de cette zone peut servir à dissuader un autre mâle de s’introduire dans son territoire comme on le voit ci-dessous; cet affichage s’accompagne d’ailleurs d’une élévation de l’abdomen et d’une flexion caractéristique des derniers segments abdominaux (attitude que l’on observe pour de nombreuses espèces de Calopterygidae aux ailes colorées, les Metalwings des anglosaxons).

Neurobasis chinensis mâles, Vietnam, Cao Bang, 04/06/2018
Neurobasis chinensis mâles, Vietnam, Cao Bang, 04/06/2018

Mais le plus spectaculaire est certainement le vol de séduction où le mâle passe en vol devant la femelle n’utilisant pour se mouvoir que ses ailes antérieures (hyalines) exposant la magnificence de ses ailes postérieures immobiles à la femelle, sans doute en extase. Ci-dessous une de ces femelles arborant un long pseudo ptérostigma situé à mi distance du nodus et de l’apex de l’aile et une tache près du nodus. Noter également la longueur des pattes!

Neurobasis chinensis femelle, Vietnam, Huu Lien, 03/06/2018
Neurobasis chinensis femelle, Vietnam, Huu Lien, 03/06/2018

J’avais été émerveillé de faire connaissance avec cette espèce au Laos mais c’est en Malaisie que j’ai pu observer 2 autres comportements typiques de l’espèce, ce que j’ai essayé de détailler un peu dans cette page.

Neurobasis chinensis, un peu moins de 60 mm, couvre une aire gigantesque depuis le Pakistan jusqu’à la Malaisie et Sumatra au sud est et Hong Kong au nord est.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Matrona Taoi (Phan & Hämäläinen, 2011)

Matrona taoi mâle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018
Matrona taoi mâle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018

Matrona taoi (Calopterygidae) a été décrit récemment et doit son nom d’espèce à Nguyen Thien Tao, du département de biologie du musée national vietnamien de la nature en remerciement de son soutien au premier auteur. L’holotype provient d’ailleurs de Xuan Son.
Sur les rivières de ce parc on rencontre également Matrona basilaris que j’avais pu observer au Laos; cette espèce se différencie de Matrona taoi (en ce qui est visible sur mes photos) par la présence à la base des ailes d’une zone où la veination est blanchâtre sur une vue oblique. Ceci est bien visible sur cette photo, surtout près des veines costales.
Dans Matrona taoi spec. nov., a new damselfly species from northern
Vietnam (Odonata: Calopterygidae), QUOC TOAN PHAN & MATTI HÄMÄLÄINEN, Zootaxa 2927: 63–68 (22 June 2011)
on peut aussi lire que la veination de cette récente espèce est moins dense que celle de Matrona basilaris. Les ailes de ce dernier sont plutôt bleu métallique, celles de Matrona taoi plutôt marron. De plus le 1/3 apicale de l’aile antérieure de Matrona taoi est sub hyalin, c’est à dire presque dépourvue de coloration.

Matrona taoi mâle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018
Matrona taoi mâle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018

Nous n’avons pas pu l’approcher correctement; il ne se trouvait pas strictement dans son habitat (rivières aux berges densément végétalisées) mais en limite d’un espace ouvert pendu comme on le voit à une feuille et séparé de nous par un fossé profond, à l’ombre.
Il mesure un peu moins de 70 mm et, d’après ce que je parviens à savoir, n’est connu que de cette petite zone du nord Vietnam.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Mnais mneme

Mnais mneme mâle, Vietnam, Cao bang, 06/06/2018
Mnais mneme mâle, Vietnam, Cao bang, 06/06/2018

Quant on voit ces ailes orangées on pense tout de suite à l’autre espèce rencontrée au Vietnam, M. andersoni. Mais la discrimination est aisée tant Mnais mneme présente de pruinosité sur la face dorsale du thorax (synthorax). Il est aussi  plus grand 53 mm environ (contre 47).
Keith Wilson dans Hong Kong Dragonflies mentionne qu’en 1974, lorsque Asahina a redécrit l’espèce à partir de sujets de ce pays, il a précisé que contrairement aux autres espèces de Mnais, Mnais mneme ne présentait pas d’individus aux ailes claires: pour K. Wilson, ils sont peu communs, mais ils existent. Nous n’en avons pas rencontré.

Mnais mneme mâle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018.

On rencontre cette espèce dans les provinces du sud de la Chine, jusqu’à Hong Kong, au Vietnam et au Laos.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Mnais andersoni

Mnais andersoni mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
Mnais andersoni mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

Mnais andersoni (Calopterygidae) été découvert par  Mac Lachlan au Yunnan, et confié par l’auteur à Selys qui l’a décrit dans ses  » Troisièmes additions au Synopsis des Caloptérygines ». Il mesure environ 47 mm.
C’est une espèce  étonnante car elle présente 2 formes très distinctes, l’une comme ci-dessus, avec des ailes hyalines ou à peine teintées (chez le sujet bien mature) ou comme ci-dessous très ambrées, à la façon de nos jeunes Calopteryx virgo européens. Au moins une autre espèce, Mnais costalis, présente également ces 2 types de mâles et a fait l’objet de plusieurs études comportementales qui s’appliquent tout à fait à Mnais andersoni.

Mnais andersoni mâle, forme ambrée, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
Mnais andersoni mâle, forme ambrée, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

Les mâles aux ailes ambrées sont  des mâles territoriaux, défendant un lieu de ponte, prêts à attaquer tout mâle aux ailes ambrées ou non rentrant dans son territoire. Les mâles aux ailes hyalines sont discrets, évoluent en retrait des territoires de ponte, prennent la fuite en cas de conflit et ne combattent pas.

Mnais andersoni mâle, Vietna, Pia Oac, 02/06/2018
Mnais andersoni mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

Développer et maintenir des ailes ambrées (caractère génétiquement déterminé) est coûteux sur le plan énergétique, les mâles sont plus grands et ont une musculature (et une dose de graisse) plus importante que celle des mâles hyalins.  Mais les femelles les préfèrent! Ils s’accouplent donc fréquemment mais pour ce faire combattent souvent ce qui représente un coût énergétique élevé, et diminue aussi l’espérance de vie.
De leur côté les mâles aux ailes hyalines vivent discrètement en retrait des mâles ambrés, profitent des femelles attirées par ces mâles et vivent plus longtemps, donc au final, il s’accouplent autant pendant leur vie plus longue que les mâles ambrées, d’ou la persistance ces 2 formes sans qu’aucune ne supplante l’autre. Tout ceci et bien plus est décrit dans Signal function of wing colour in a polymorphic damselfly, Mnais costalis Selys (Zygoptera: Calopterygidae) R.E. Hooper, S.J. Plaistow, and Y. Tsubaki,Odonatologica 35(1) 15-22.

Mnais andersoni accouplement; Vietnam, Pias Oac, 05/06/2018
Mnais andersoni accouplement; Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

On le rencontre depuis le nord de la Thaïlande et le Myanmar à travers le sud de la Chine jusqu’à Taïwan, en passant par le Laos et le nord du Vietnam.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Caliphaea thailandica

Caliphaea thailandica au Vietnam
Caliphaea thailandica femelle, Vietnam, Pia Oac, 5 juin 2018

Caliphaea thailandica (Calopterygidae) est la seule espèce de Caliphaea présente dans le parc de Pia Oac ; heureusement sinon je ne sais pas comment j’aurais pu l’identifier car je n’ai pu trouver aucun document précis la concernant, je n’ai pas eu accès à la description de l’espèce par Asahina 1976.
Nous l’avons observé dans une aire à peine plus ouverte, quelques dizaines de mètres après cette  forêt de bambous.

Biotope Caliphaea thailandica à Pia Oac, le 5 juin 2018.
Pia Oac, Vietnam, 5 juin 2018

4 heures plus tard, toujours à Pia Oac, nous avons pu très brièvement observer un mâle Caliphaea thailandica, dans une trouée de lumière de la forêt,  juste avant qu’un mâle Mnais andersoni ne lui tombe dessus pour une tentative d’accouplement; les sous-bois sont mal éclairés  🙂

Caliphaea
Caliphaea thailandica mâle, Vietnam, Pia Oac, 5 juin 2018
Cailiphaea thailandica mâle (en dessous) agressé par un mâle Mnais andersoni
 Vietnam, Pia Oac, 5 juin 2018

Le pauvre mâle Caliphaea thailandica en a été tout remué et je l’ai surpris dans une pose bien peu naturelle:

Caliphaea thailandica mâle, Vietnam, Pia Oac, 5 juin 2018

C’est la seule photo correcte du mâle de cette espèce et  on peut la comparer avec celle du mâle Caliphaea confusa; à première vue il n’y a aucun différence! Faisons confiance à notre expert Tom Kompier qui m’a confirmé que seul Caliphaea thailandica était présent à Pia Oac.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.