Namibie – Ictinogomphus ferox (Rambur, 1842)

Ictinogomphus ferox mâle, Namibie, Katima Mulilo, rapides du Zambèze, 13/02/2020
Ictinogomphus ferox mâle, Namibie, Katima Mulilo, rapides du Zambèze, 13/02/2020

J’avais rencontré Ictinogomphus ferox (Gomphidae) très brièvement en Afrique du Sud mais durant ce séjour il a été très présent. Il est souvent patient, peu craintif et spectaculaire par sa taille qui atteint 75 à 90 mm et ses expansions foliacées sur le segment 8.
Ci dessous à gauche le 14/02/2020 à Bum Hill dans le parc national de Bwabwata, il faut remarquer les très longues auricules portées par le 2° segment abdominal. A droite le long du Zambèze à Katima Mulilo, le 14/02/2020, en dessous au même lieu le 15/02/2020.

Il aime se percher sur les rameaux qui surplombent l’eau, près des berges, pour surveiller son territoire où il fait régner sa loi. On le trouve sur le bord des rivières, mais aussi des mares et des lacs.
Il ne dédaigne pas à l’occasion de faire l’obélisque lorsque la température est élevée:

Ictinogomphus ferox mâle, Namibie, Kalambesa, 17/02/2020
Ictinogomphus ferox mâle, Namibie, Kalambesa, 17/02/2020

Le Common Tigertail appartient à l’Afrique tropicale, à l’Ouest depuis le Sierra Léone et Liberia jusqu’à l’Ethiopie et la Somalie à l’Est. De là on le trouve en Afrique de l’Est jusqu’au nord-est de l’Afrique du Sud, et plus à l’Ouest dans la moitié sud de l’Angola, en Namibie, et la moitié nord du Botswana.

Comme on le voit ci-dessus les femelles portent également des expansions foliacées, sans doute un peu moins importantes que celles des mâles et se livrent à la même gymnastique que ceux-ci pour adapter leur température interne: en cas de forte chaleur la position dite de « l’obélisque » permettrait de limiter la surface exposée aux rayons directs du soleil. Lors de ces photos la température dépassait les 30°C à l’ombre.
J’ai pu longuement observer et photographier une femelle perchée sur les branches basses d’un arbre à quelques dizaines de mètres du Zambèze. Sur l’écran de l’ordinateur je me suis rendu compte que ce que j’avais pris pour des fèces étaient en fait une partie de sa ponte dans laquelle on individualise très bien quelques œufs accrochés au bout de sa lame vulvaire.

Ictinogomphus ferox femelle, Namibie, Rundu, 11/02/2020
Ictinogomphus ferox femelle, Namibie, Rundu, 11/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.