Mexique – Paltothemis lineatipes (Karsch, 1890)

Paltothemis lineatipes mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019.
Paltothemis lineatipes mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019.

Lorsque j’ai fait ces photos depuis le sommet d’un monument du site archéologique de Palenque j’ai cru que je photographiais Pantala flavescens (que j’avais effectivement photographié quelques minutes auparavant). Il était très haut au dessus de moi et mon 220 mm (150 mm Macro + un multiplicateur X 1.6 s’est avéré « trop court ». Ce n’est que sur l’écran de l’appareil photo, une fois à l’ombre, que j’ai constaté que cet odonate m’était inconnu et que malgré sa façon de planer et ses très larges ailes postérieures ce n’était pas le Wandering glider.
C’est Dennis Paulson qui l’a identifié à mon retour en France et c’est dans son livre (1) que j’ai trouvé les renseignements concernant cette espèce.

Paltothemis lineatipes mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019.
Paltothemis lineatipes mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019.

Il mesure 47 à 54 mm et se plaît sur les rivières encombrées de galets.
On le rencontre depuis le sud-ouest des U.S.A. jusqu’au Costa Rica.
Une très mauvaise vue de face permet de mettre en évidence la coloration rouge des veines antérieures de l’aile et la coloration ambrée de la base des ailes postérieures qui inclut les triangles alaires.

Paltothemis lineatipes mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019.
Paltothemis lineatipes mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019.

-1- Dragonflies and Damselflies of the West, Dennis Paulson, Princeton Field Guides




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Macrothemis inacuta (Calvert, 1898)

Macrothemis inacuta femelle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Macrothemis inacuta mâle, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

Il est facile de deviner que c’est ma seule photo de cette espèce… que je n’aurais sans doute pas pu identifier (10 Macrothemis au Mexique) sans l’aide de Jurg de Marmels. Son nom anglais, Straw-colored sylph, souligne sa coloration jaune.
J’ai observé ce mâle Macrothemis inacuta sur le rio Chacamax, une petite rivière au fond tapissé de galets; il faisait des allers-retours à une dizaine de mètres de moi et à 3 mètres au dessus du milieu du rio et je pense qu’il se nourrissait en vol, comme sont réputés le faire les mâles de l’espèce. Il a un aspect très élancé mais ne mesure pourtant que 39 à 42 mm.
L’espèce se plait sur les eaux claires des ruisseaux et rivières au fond rocheux et se rencontre depuis le sud de l’Arizona et du Texas, jusqu’au Brésil et Vénézuela.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Sympetrum corruptum (Hagen, 1861)

Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019
Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019

Lors d’un arrêt dans une zone semi-désertique sur la grande route Tehuacan-Oaxaca j’ai franchi les barrières de sécurité pour me promener dans la nature, assez peu accueillante d’ailleurs. Sans doute issue d’une fuite d’une canalisation parallèle à la route j’ai trouvé une petite partie humide avec 2 zones où l’eau stagnait sur quelques mètres carrés.
Cela suffisait au bonheur de 2 Sympetrum corruptum ; au mien aussi d’ailleurs 🙂 puisque c’était la première fois que je rencontrais cette espèce.

Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019
Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019

Il n’existe que 3 Sympetrum au Mexique mais Sympetrum illotum ne montre pas de taches noires sur les derniers segments abdominaux S8 et S9. Sympetrum signiferum lui porte souvent une petite tache sur S9 (pas sur S8), de fortes taches latérales sur les segments 8 à 9, et présente surtout une tache alaire basale sombre aux ailes postérieures qui lui font porter le nom américain de Spot-winged Meadowhawk. Peu de risques de confusion en somme.
Il mesure 33 à 43 mm.

Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019
Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019

J’ai eu beaucoup de mal à les approcher (pas une photo totalement nette), tant par la configuration du lieu que par leur timidité; lorsqu’il y a peu de sujets (il n’y avait que ces 2 odonates sur la zone) on remarque souvent qu’ils sont particulièrement craintifs.
Il apprécie les mares et les eaux modérément courantes, en général à fond sablonneux ou de galets mais il est considéré comme une espèce capable d’accepter une grande variété de biotopes..
On le rencontre depuis le sud du Canada jusqu’au Belize et Honduras.

Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019
Sympetrum corruptum mâle, Mexique, San Pedro Tetitlan (Puebla), 24/10/2019



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Telebasis salva (Hagen, 1861)

Telebasis salva mâle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva mâle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019

Ce petit Coenagrionidae de 24 à 29 mm a toujours refusé de s’approcher du bord du bassin de notre lodge, jouant à cache cache entre les jacinthes d’eau. De plus le temps s’assombrissait fortement avant de développer un violent orage.
Il y a 3 Telebasis dans le Yucatan, mais celui-ci est facile à identifier par ses taches thoracique sombres et bien sûr ses appendices anaux:

Telebasis salva appendices anaux, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva appendices anaux, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Appendices anaux mâles Telebasis salva (1)

J’ai eu également le temps d’apercevoir une femelle émergente et une femelle nettement plus âgée et colorée portant les mêmes marques sombres thoraciques que le mâle. C’est une femelle presque androchrome, ce qui est connu et signalé dans le livre de Dennis Paulson (2).

Telebasis salva femelle émergente, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva femelle émergente, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva femelle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva femelle, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019

Il y avait au moins 2 mâles, sans doute plus cachés dans les jacinthes, et 2 ou 3 femelles, il était donc logique de rencontrer un tandem en ponte; on aperçoit le stylet de la femelle utilisé pour percer la cuticule du feuillage et y insérer ses œufs.

Telebasis salva tandem, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019
Telebasis salva tandem, Mexique, Chichen Itza, Yucatan, 31/10/2019

C’est un habitant des eaux calmes qui apprécie la végétation flottante.
On le rencontre des états du sud des U.S.A. jusqu’au Venezuela.


-1- A synopsis of the genus Telebasis (Odonata: Coenagrionidae, Rosser William Garrison, International Journal of Odonatology, avril 2009.
-2- Dragonflies and Damselflies of the West, Princeton Fields Guides, Dennis Paulson, 2009.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.

Mexique – Pantala flavescens (Fabricius, 1798)

Pantala flavescens, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019
Pantala flavescens, Mexique, Palenque (Chiapas), 29/10/2019

C’est ce qu’on appelle une photo « for the record »… 🙂
Pantala flavescens est présent sur tous les continents, même l’Europe de l’Ouest où les données s’accumulent, prouvant même, si ce n’est son autochtonie qui serait vraiment extraordinaire, au moins une reproduction puisqu’une exuvie a été retrouvée le 17 juillet 2019, dans le Brandebourg, en Allemagne (1) !
Il faut rappeler que la larve a un développement très rapide, même dans des mares temporaires, et que la température estivale de l’Europe de l’Ouest lui permet certainement d’achever son cycle en quelques mois; il est vraisemblable que cette reproduction est issue d’une ponte d’un sujet précocement « errant » en 2019, et non pas d’une ponte de 2018, qui aurait hiverné, ce qui semble impossible.
Sa reproduction est aussi attestée en Suisse et sa présence observée en Lithuanie, en Biélorussie, en Italie, et même en France depuis cet été 2019.
C’est donc la 2° espèce « exotique » à atteindre la France ces dernières années puisque Trithemis kirbyi nous rend visite depuis 2017 (pas de reproduction avérée).
Un peu plus tôt les africaines Trithemis annulata, et encore avant Crocothemis erythraea étaient déjà venus nous rappeler le réchauffement climatique global.

L’espèce fait l’objet de nombreuses entrées sur le site (12 maintenant !) en Afrique, en Asie et en Amérique et l’on trouvera de meilleures photos et des détails sur l’espèce dans les pages Vietnam ou au Panama par exemple.


-1- Successful breeding by Pantala flavescens in Germany (Odonata: Libellulidae), André Günther, Odonatologica 48(3/4) 2019: 203-210




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates du Mexique, pour revenir à la page des Odonates du Mexique cliquer ici.