Erythromma lindenii : péripéties de ponte

L’éternel problème des odonates mâles est la rareté apparente des femelles. Aussi tentent-ils de ravir les femelles des play-boys qui ont su en séduire.

Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021
Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021

Ils tournent autour des couples en ponte, et souvent ils agressent le mâle, attaquant ses ailes, et/ou se posent sur la femelle.
Sur ces photos on note un mâle dont l’abdomen est profondément enfoncé dans l’eau ; il faut imaginer que sa femelle est en ponte, encore plus profondément et ici, elle est difficile à apercevoir. Voilà la bonne solution pour que la femelle ne soit pas distraite !

Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021
Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021

Ils se posent sur les ailes de la femelle et souvent remontent le long vers le thorax pour tenter d’accrocher leurs appendices anaux au cou (prothorax) de la femelle, à la place du mâle qui s’y trouve…

Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021
Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021

Les 3 photos ci-dessus représentent une première séquence et quelques secondes plus tard, ci-dessous, un autre mâle passe à l’attaque. Il a commencé par tirer le mâle violemment en arrière, en attrapant ses ailes, puis s’est posé sur celles de la femelle.
Noter sur ces photos la femelle en ponte, seule, sous l’eau, dans le coin inférieur gauche de la photo, déjà présente sur les photos précédentes, mais peu visible…

Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021
Erythromma lindenii ponte, Étang du Bois de Ham, Jallais (France-49), 12/09/2021

Et alors même qu’un mâle posé sur la femelle tente de la détourner de sa ponte pour s’accoupler, les autres continuent à harceler le mâle chanceux.

On note qu’entre ces 2 dernières photos (47 secondes) la femelle en ponte sous l’eau a disparu. Elle s’est laissé remonter comme un bouchon et a aussitôt été attrapée par un mâle (2 se sont précipités dessus) qui l’a emportée dans les airs pour s’accoupler.

Les photos ci-dessous montrent ce qu’il arrive à une femelle que son mâle a abandonné ; alors qu’elle est consciencieusement en train de pondre, son abdomen presque totalement immergé, un autre mâle vient la capturer et l’entraîne pour s’accoupler.
La technique est simple… le mâle s’abat sur la femelle, cramponne la tête avec ses pattes, replie son abdomen pour capturer le pronotum avec ses cercoïdes (bien visibles, ouverts en pince, sur la 3° photo) puis décolle pour un endroit plus calme pour s’accoupler.

La séquence a duré exactement 3 secondes, puis le couple a décollé et s’est perdu dans les aulnes qui bordent l’étang.

Accueil Erythromma lindenii

Orthetrum cancellatum : ponte 3/3

Orthetrum cancellatum mâle, Jallais (France-49), 18/07/2021
Orthetrum cancellatum mâle, Jallais (France-49), 18/07/2021

Il peut paraître étonnant de montrer un mâle dans un article consacré à la ponte ; il joue en effet un rôle important en protégeant la femelle pour éviter qu’elle ne soit harassée par d’autres mâles qui chercheraient à s’accoupler avec elle. En effet, les œufs des odonates sont fécondés au moment de la ponte et c’est la semence du dernier mâle s’étant accouplé qui se trouvera utilisée.

Noter sur ces photos la position des pattes antérieures repliées derrière la tête.

Orthetrum cancellatum mâle, Jallais (France-49), 18/07/2021
Orthetrum cancellatum mâle, Jallais (France-49), 18/07/2021

Le mâle trouve donc un intérêt fondamental à protéger la femelle, celui d’assurer sa descendance. Pour ce faire il reste à proximité immédiate, quelques dizaines de centimètres au-dessus d’elle, faisant des allers-retours interrompus de brèves séquences de vol plus ou moins stationnaire.

Orthetrum cancellatum mâle, Jallais (France-49), 18/07/2021

Mais sa patience a des limites et au bout de quelques instants, certain d’avoir assuré sa descendance, il reprend ses activités, c’est-à-dire essentiellement la recherche d’une femelle avec laquelle s’accoupler …
On remarque bien sûr la position des pattes moyennes et /ou postérieures sur ces photos ; il ne s’agit pas de la position de vol classique où elles sont normalement repliées le long du corps. Peut-être s’agit-il en cette occasion particulière d’une technique pour paraître plus grand, plus imposant pour décourager d’autres mâles qui voudraient interférer.