Trithemis annulata mâle – 3/3

Trithemis annulata mâle, l'Isle-sur-Tarn (France-81), 08/07/2020
Trithemis annulata mâle, l’Isle-sur-Tarn (France-81), 08/07/2020

Trithemis annulata s’est (trop ?) parfaitement intégré à l’odonatofaune française du sud du pays, certainement aux dépens des espèces autochtones, comme les Sympetrum ; sur certains sites Trithemis annulata est devenu le Libellulidae prépondérant, sur d’autres on a du mal à retrouver des Sympetrum…
Il est totalement ubiquiste et s’il est commun au bord des étangs, les rivières, comme ci-dessus le Tarn, lui conviennent parfaitement.

On peut noter sur ces images une caractéristique que je n’ai pas soulignée lorsque j’ai montré les points communs et les différences entre Trithemis annulata, Sympetrum sanguineum et Crocothemis erythraea ; Trithemis annulata porte des paires de points sombres très visibles sur son abdomen.

Trithemis annulata mâle, Castelnau-de-Montmiral (France-81), 21/06/2021
Trithemis annulata mâle, Castelnau-de-Montmiral (France-81), 21/06/2021

Mais S. sanguineum et C. erythraea sont tellement différents qu’en principe un œil un peu exercé n’a pas l’utilité de ce détail !

bouton accueil big

Trithemis annulata mâle – jeune mature -2/3-

Trithemis annulata, jeune mâle mature, Lugan (Tarn-81), 19/06/2021
Trithemis annulata, jeune mâle mature, Lugan (Tarn-81), 19/06/2021

Il est sans doute délicat d’introduire des classements parmi les mâles matures, mais la soif de classification, d’ordonnancement nous pousse à créer des catégories : ici, ce mâle montre un comportement mature et territorial. Cependant, sa coloration n’est pas encore vraiment celle d’un mâle adulte, notamment son thorax qui n’est pas complètement rouge cramoisi et laisse encore apparaître la coloration de sa jeunesse.

Trithemis annulata, jeune mâle mature, Lugan (Tarn-81), 19/06/2021
Trithemis annulata, jeune mâle mature, Lugan (Tarn-81), 19/06/2021

Les nervures de la partie antérieure des ailes sont colorées, la tache basale alaire bien établie, mais l’abdomen présente encore des traces jaunes

Trithemis annulata, jeune mâle mature, Lugan (Tarn-81), 19/06/2021
Trithemis annulata, jeune mâle mature, Lugan (Tarn-81), 19/06/2021
bouton accueil big

Trithemis annulata : mâle émergent

Trithemis annulata mâle émergent, Castelnau de Montmiral (France-81), 21/06/2021

Il est 11 heures 30 quand je découvre ce très jeune mâle Trithemis annulata dans une touffe de joncs, au bord d’un étang de la base de loisirs de Vére-Grésigne, malheureusement un peu abrité du soleil par un aulne. C’est peut-être d’ailleurs cette localisation d’émergence, l’absence de soleil et de chaleur qui font qu’il n’a pas encore décollé. Car il est tout jeune, de la nuit certainement et son vol inaugural approche.

Trithemis annulata mâle émergent, Castelnau de Montmiral (France-81), 21/06/2021
Trithemis annulata mâle émergent, Castelnau de Montmiral (France-81), 21/06/2021

Comme toujours chez les Libellulidae la couleur des sujets émergents ou immatures est très différente de celle des sujets adultes et il lui faudra quelques jours de maturation à distance de l’étang avant de justifier son nom vernaculaire de Trithemis pourpré.
Mais même ainsi il est difficile à confondre avec un autre de nos Libellulidae ; il partage la base bleue de ses yeux avec Sympetrum fonscolombii ou Crocothemis erythraea, mais ses pattes toutes noires et son motif thoracique latéral bien particulier (le même que celui des femelles…) le rendent unique.
Je ne connais pas le critère de choix qui a imposé à cette larve d’émerger ici, mais sur l’ensemble de la base de loisirs, plusieurs étangs et sans doute plus de 2 kilomètres de berges, les Trithemis adultes et celui-ci, avaient choisi une unique longueur de rive d’une douzaine de mètres pour se poster. Je n’en ai trouvé nulle part ailleurs.

Trithemis annulata femelle 1/1

Trithemis annulata femelle, Dax (France-40), 05/07/2020
Trithemis annulata femelle, Dax (France-40), 05/07/2020

C’est au bord d’une gravière proche de Dax que j’ai rencontré ma première et seule femelle Française Trithemis annulata, perchée haut dans un arbuste, en retrait de la pièce d’eau. Je l’avais déjà rencontrée en Sicile et plus longuement en Éthiopie et en Namibie.
Heureusement en France les problèmes d’identification ne se pose pas ; c’est bien sûre la seule femelle Trithemis implantée sur le territoire métropolitain

Elle est tout de même parfois confondue avec une femelle Sympetrum ou Crocothemis. Et en effet, elle a la base des yeux bleue comme les femelles Sympetrum fonscolombii ou Crocothemis erythraea, et même une légère tache alaire ambrée comme ces dernières.
Mais ses pattes sont entièrement noires, ce qui exclut les 2 espèces précédentes, et surtout son thorax montre un motif particulier, sous forme de 4 bandes ou lignes noires accentuant les sutures, et plus ou moins fondues ensemble dans leur partie médiane.

L’accouplement est très bref et aérien, la ponte survient aussitôt, la femelle rasant l’eau pour lâcher ses œufs, ce que je n’ai jamais observé ni vu en photo…