Ethiopie – Mesocnemis singularis (Karsch, 1891)

Mesocnemis singularis mâle, Ethiopie, lac Abaya, 22/10/2018
Mesocnemis singularis mâle, Ethiopie, lac Abaya, 22/10/2018

Le genre Mesocnemis (Platycnemididae) qui comprend 5 espèces toutes africaines (mais une seule en Ethiopie) est très particulier par la position très proximale de l’arculus, entre les 2 premières veines transverses anténodales (d’ou d’ailleurs le nom de genre Mesocnemis, meso signifiant milieu) et non pas proche de la 2° ou au delà comme le plus souvent.
Il est ainsi très proche du Metacnemis valida Sud-Africain. Comme les zygoptères se posent presque tous avec les ailes jointes ce détail n’est pas observable sur photo in vivo (sauf exception).
C’est la seule photo de mâle que j’ai pu faire avant qu’il ne disparaisse mais on reconnaît facilement le caractère robuste de son thorax, sa pruinosité importante et ses appendices anaux pointus. Il mesure environ 42 mm.

Mesocnemis singularis femelle, Ethiopie, lac Abaya, 22/10/2018
Mesocnemis singularis femelle, Ethiopie, lac Abaya, 22/10/2018

Quant à la femelle, j’ai supposé que c’était elle puisqu’elle ressemblait par sa robustesse au mâle et K.-D. Dijkstra m’a confirmé l’identification en particulier en raison de son pronotum bosselé. On note aussi les épines sur les pattes qui font penser au genre américain Argia.

Mesocnemis singularis pronotum femelle, Ethiopie, lac Abaya, 22/10/2018
Mesocnemis singularis pronotum femelle, Ethiopie, lac Abaya, 22/10/2018

Il semble qu’il accepte une grande diversité de milieux, rivières, ruisseaux mais aussi grands lacs, en milieux ouverts ou en forêt-galerie.
On le trouve dans toute l’Afrique, au sud d’une ligne joignant la Côte d’Ivoire au sud de l’Ethiopie.


Poursuivons l’étymologie du nom de cet odonate… cnemis a été adopté simplement pour faire référence aux Platycnemididae, sans qu’il n’y ait rien de particulier à décrire pour la conformation de ses pattes.
Singularis pour décrire la singularité de la nervation, comme décrite plus haut. Cette étymologie provient du livre Dragonflies and Damselflies of Namibia, Suhling & Martens, 2007.




Cet article fait partie des odonates observés en Ethiopie, pour revenir à la page des Odonates d’Ethiopie cliquer ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *