Blog

Calopteryx xanthostoma mâle 2/2

Calopteryx xanthostoma mâle, Portet sur Garonne (France-31), 19/07/2019
Calopteryx xanthostoma mâle, Portet sur Garonne (France-31), 19/07/2019
Calopteryx xanthostoma mâle, Portet sur Garonne (France-31), 19/07/2019
Calopteryx xanthostoma mâle, Sort en Chalosse (France-40), 04/07/2020
Calopteryx xanthostoma mâle, Sort en Chalosse (France-40), 04/07/2020
Calopteryx xanthostoma mâle, Castelnau de Montmiral (France-81), 21/06/2021
Calopteryx xanthostoma mâle, Castelnau de Montmiral (France-81), 21/06/2021


Séparer les femelles Onychogomphus des autres Gomphidae

Les débutants ont parfois du mal à reconnaitre les femelles Onychogomphus, qui n’ont pas comme les mâles des appendices anaux distinctifs et évidents.
Pourtant, les motifs que les femelles Onychogomphus sp. portent sur l’abdomen sont facilement reconnaissables et distinctifs, et les séparent de tous les autres Gomphidae de France continentale.

Ces motifs jaunes, très larges et étendus latéralement à la base des segments se poursuivent par une forme ovale vers l’apex.
Il n’y a que la forme des motifs d’Ophiogomphus cecilia qui s’en rapprochent un peu ; ils sont cependant plus étroits, formés plutôt de 3 parties et non 2, et cette espèce n’a pas d’interruption de la coloration jaune sur S8 et S9. Sa coloration verte écarte tout risque de confusion.


Pour tous les autres Gomphidae la ligne jaune dorsale est beaucoup plus étroite et discrète (et il n’y a que pour Gomphus vulgatissimus où elle est interrompue sur S8 et S9).

Stylurus flavipes n’échappe pas au même format de motifs.



Curiosité 3/3 : passager clandestin sur Orthetrum cancellatum femelle

Orthetrum cancellatum femelle portant Sarcophaga sp., Jallais (France-49), 18/07/2021
Orthetrum cancellatum femelle portant Sarcophaga sp., Jallais (France-49), 18/07/2021

Si c’est une curiosité, c’est aussi une surprise, car il est finalement très rare d’observer un diptère ou un autre insecte posé sur un odonate, en dehors d’un parasite. Et cela n’a rien d’étonnant, car ils n’ont rien à y faire 😉.
Il n’est pas possible d’identifier cette mouche jusqu’à l’espèce, mais c’est certainement un Sarcophaga sp., une de ces mouches qui pond ses œufs sur des cadavres d’animaux afin que les asticots s’en nourrissent.
Alors cette femelle Orthetrum cancellatum est certainement vieille, mais la traiter de cadavre est exagéré et irrespectueux 😀.


Erythromma lindenii : repas 2/2

Erythromma lindenii mâle, repas, Jallais (France-49), 18/07/2021
Erythromma lindenii mâle, repas, Jallais (France-49), 18/07/2021

Que mange ce mâle Erythromma lindenii : j’ai malheureusement pris la photo un peu tard et l’identification est quasi impossible ; peut être un Nématocère, un Chironomidae ?



Onychogomphus uncatus : curiosité

Onychogomphus uncatus mâle émergent, Joyeuse (France-07), 14/06/2013
Onychogomphus uncatus mâle émergent, Joyeuse (France-07), 14/06/2013

Récemment, au sujet de l’identification d’un Onychogomphus je suis intervenu pour signaler que le critère du triangle anal à 4 cellules pour Onychogomphus uncatus (3 pour O. forcipatus) n’était pas valide.
D’ailleurs Dijkstra dans son « Guide des Libellules de France et d’Europe » écrit pour Onychogomphus uncatus « Triangle anal normalement à 4 cellules » et de la même façon, il mentionne pour O. forcipatus  » Triangle anal normalement à 3 cellules ».

J’ai donc fait le tour de mes photos et j’ai trouvé ce mâle O. uncatus émergent qui compte 3 cellules dans le triangle anal.

Onychogomphus uncatus mâle émergent, Joyeuse (France-07), 14/06/2013

D’une façon générale les comptages de cellules ou de nervures ne sont que des indications statistiques, plus ou moins solides, et peuvent presque toujours être mis en défaut. C’est d’ailleurs le même problème avec le nombre de cellules du triangle des Cordulegaster qui ne peut non plus être considéré comme un critère absolu.

Onychogomphus uncatus mâle émergent, Joyeuse (France-07), 14/06/2013
Onychogomphus uncatus mâle émergent, Joyeuse (France-07), 14/06/2013

Par contre, j’ai vainement cherché dans mes photos d’Onychogomphus forcipatus, pourtant beaucoup plus nombreuses, un mâle montrant un nombre différent de 3 cellules dans le triangle anal…
En tout cas il est prouvé qu’on ne peut établir une identification sur ce seul « critère ».