Pyrrhosoma nymphula (Sulzer, 1776)

Page de présentation de Pyrrhosoma nymphula, la Petite nymphe à corps de feu.

Pyrrhosoma nymphula est une des 2 espèces qui a déclenché mon intérêt pour les odonates, car elle a été la première à coloniser en nombre la petite mare que j’avais creusée dans mon jardin du Maine-et-Loire. Elle est très commune en France, une des premières à apparaître, en mars dans le sud de la France, un peu après la mi-avril, dans mon bassin.

Pyrrhosoma nymphula mâle, France, Beaupréau (49), 02/05/2011
Pyrrhosoma nymphula mâle, France, Beaupréau (49), 02/05/2011
cliquez pour agrandir, click to enlarge
Description et identification

Le mâle mesure environ 35 mm, et son identification n’est pas difficile ; les yeux sont rouges, il n’y a pas de tache postoculaire, le thorax est noir à reflets bronze ou doré, avec une bande antéhumérale rouge pour les mâles matures, jaune pour les immatures, l’abdomen est rouge. Les pattes sont noires, ce qui permet de le séparer facilement les 2 sexes de l’espèce la plus ressemblante, Ceriagrion tenellum. Les ptérostigmas sont très sombres.
Les femelles ont le même aspect, mais leurs bandes antéhumérales sont jaunes (devenant rouges quand elles sont âgées) et leur abdomen varie considérablement, soit totalement rouge ou presque totalement noir, avec tous les intermédiaires.

Habitat

La petite mare de mon jardin ne connaît que 4 ou 5 heures de soleil par jour et Pyrrhosoma nymphula y est très présent ; il habite les fossés, mares et étangs, les zones humides de tout genre, même les eaux courantes des petites rivières, du moment que les rives sont bien végétalisées et qu’il y a des plantes flottantes pour y pondre.

Distribution géographique

On le rencontre dans l’ouest de l’Europe, au sud jusqu’au Maroc. Plus au nord, on le trouve en Irlande et en Angleterre jusqu’en Suède et Finlande. À l’est, il atteint l’Oural, plus au sud l’Iran, la Turquie et la Grèce. Il est à peu près partout en France, jusqu’à 2000 m d’altitude dans les Pyrénées.

Pyrrhosoma nymphula femelle, France, Beaupréau (49), 21/04/2009
Pyrrhosoma nymphula femelle, France, Beaupréau (49), 21/04/2009
Période de vol

Quand elle apparaît, le printemps odonatologique est de retour, car c’est une des toutes premières à se montrer, mi-mars dans le sud, mi-avril dans ma région. On trouve encore des sujets en juillet, voire en août, mais le pic de présence est en mai et juin, où ils peuvent être nombreux à animer les pièces d’eaux.

Étymologie

Pyrrhosoma, du grec pyrrhos, couleur de la flamme et soma, signifiant corps, ce que le nom commun français a bien repris en lui attribuant « un corps de feu ».
Nymphula, du latin nymphula, pour petite nymphe ou mariée, et son nom français à repris cette traduction pour en faire finalement notre célèbre Nymphe à corps de feu.
Les anglo-saxons l’appellent Large Red Damselfly.

Position de Pyrrhosoma nymphula dans l’Atlas Dynamique des Odonates de France

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Retour en haut