Vietnam 2018 – Euphaea decorata (Hagen in Selys, 1853)

Euphaea decorata mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Euphaea decorata mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Euphaea decorata (Euphaeidae) est facile à identifier avec ses ailes postérieures largement dilatées et barrées de sombre, son abdomen et son thorax également très sombres, thorax où sont parfois encore visibles quelques traces des lignes jaunes de sa jeunesse. Comme on le voit ci-dessous:

Euphaea decorata mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Euphaea decorata mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Il mesure environ 42 mm, 32 mm pour l’abdomen.
On le rencontre dans tout le grand sud de la Chine, y compris Hong Kong, et au Vietnam, sur des rivières de plaines ou des ruisseaux de montagne.
Il peut être considéré comme commun dans le nord du Vietnam, autant que Euphaea masoni.
Ci-dessous on constate facilement cette dilatation surprenante de l’aile postérieure, justement au niveau de cette bande alaire sombre (photos à Cao Bang, le 6 juin 2018, à droite, Xuan Son, le 8 juin 2018). 

Euphaea decorata femelle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018
Euphaea decorata femelle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018

Les femelles ont également les ailes ambrées, principalement dans leurs parties basales mais elles conservent les lignes jaunes qui parcourent leur thorax et abdomen, même si elles peuvent être plus ou moins masquées par la pruine qui les recouvre quand elles avancent en âge. Comme les mâles les femelles ont les ailes antérieures nettement plus longues que les postérieures.

Euphaea decorata femelle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018
Euphaea decorata femelle, Vietnam, Xuan Son, 08/06/2018



Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Sinictinogomphus clavatus (Fabricius, 1775)

Sinictogomphus clavatus mâle, Vietnam, Phủ Lý, 13/06/2018
Sinictinogomphus clavatus mâle, Vietnam, Phủ Lý, 13/06/2018

Une station d’essence est un lieu peu commun pour prospecter les libellules mais le jardin et la longue mare qui la séparaient de la route entre Hanoï et Cuc Phong ont été pour moi l’occasion de ces premières photos de Sinictinogomphus clavatus, une espèce spectaculaire; malheureusement le temps est gris et les photos manquent de gaieté. Néanmoins on note ses spectaculaires appendices foliacés qui s’étendent de part et d’autre de S8. 
L’endroit où il est perché, 20 cm au dessus de l’eau,  a du être le siège d’un drame car juste en avant des pattes de ce Gomphidae, 2 autres pattes de libellules pendent au vent, prises dans une toile d’araignée. Un peu en arrière et plus bas il semble que ces autres pattes soient les restes d’une exuvie. Une hypothèse est qu’une émergence de libellule ait fait le repas d’une araignée…

Sinictogomphus clavatus mâle, Vietnam, Phủ Lý, 13/06/2018
Sinictinogomphus clavatus mâle, Vietnam, Phủ Lý, 13/06/2018

Il partage le privilège de cet appendice foliacé avec une autre espèce (entre autres) que nous avons rencontrée, Ictinogomphus pertinax, mais ce dernier ne possède pas cette tache semi-circulaire jaune sur cet outil dont à ma connaissance on ignore l’utilité (s’il en a une).
Il est aussi spectaculaire par sa taille, 70 mm, et son vol solide, de perchoir en perchoir au dessus des eaux calmes d’une mare ou d’un étang. Sa distribution est immense depuis le Népal, le Myanmar et la Thaïlande, une grande partie de la Chine jusqu’au Japon et à la Corée à l’est et la fédération de Russie à l’ouest.
Il sait aussi adopter d’étranges positions, sans doute dictées par la taille de ses pattes et le choix d’un support qui paraît peu adapté à son gabarit:

Sinictogomphus clavatus mâle, Vietnam, Cuc Phong, 14/06/2018
Sinictinogomphus clavatus mâle, Vietnam, Cuc Phong, 14/06/2018

En sortant de notre bungalow au petit matin, dans le parc de Cuc Phong nous avons eu le plaisir de découvrir une femelle encore au perchoir, certainement sur le support ou elle a passé la nuit. Elle aussi porte cet appendice foliacé, ce qui semble écarter une éventuelle participation de cet outil à la reproduction ou à la capture…

Sinictogomphus clavatus femelle, Vietnam, Cuc Phong, 14/06/18
Sinictinogomphus clavatus femelle, Vietnam, Cuc Phong, 14/06/18

Il ne faisait sans doute pas assez chaud encore pour que cette femelle Sinictinogomphus clavatus s’envole, et elle a été suffisamment patiente pour supporter des gros plans.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Macromia urania (Ris, 1916)

Macromia urania femelle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Macromia urania femelle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Ris a capturé le spécimen qu’il a décrit en 1916 au Tonkin, c’est à dire l’actuel nord Vietnam. Je n’ai pas eu accès à la description originale, en allemand, seulement à une clé des mâles par Lieftinck ou il donne une longueur de l’abdomen de 48 à 49 mm pour la femelle (comme ici) soit une longueur totale de 66 mm environ (A Revision of the known malaysian Dragonflies of the genus Macromia Rambur). 
L’espèce est connue en Chine (Fujian, Guangdong, Hainan, Hong Kong et Taiwan), au Japon, au Vietnam et aussi en Malaisie mais cette dernière localisation semble curieusement ignorée par l’IUCN.

Macromia urania femelle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Macromia urania femelle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Cette femelle a été capturée sur une rivière au fond de sable et de gravillons dans un environnement boisé et vallonné, où le cortège de Gomphidae et de Macromia est spectaculaire. 
Les 3 photos de cette page sont différentes photos de la même femelle à quelques secondes d’intervalle. Je suis très surpris de constater la densité des épines sur les tibias des pattes moyennes sur la photo ci-dessus. Ici, un agrandissement de cette photo.
Il semble, que comme toujours il y ait 2 rangées d’épines sur les tibias ouvertes en « V » vers l’avant mais aussi la même chose vers l’intérieur avec des épines plus courtes. Les épines sur le fémur semblent aussi plus nombreuses que d’ordinaire, et cette singularité semble toucher aussi les pattes antérieures… C’est peut-être le cas d’autres Macromia, mais je n’avais jamais eu l’occasion d’observer ce type de répartition des épines sur un autre odonate. Ces Macromia se servent-elles aussi des pattes moyennes pour capturer leurs proies alors que ce rôle est plutôt habituellement dévolu aux pattes antérieures ?

Macromia urania femelle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Macromia urania femelle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Sur cette dernière photo on admire ses yeux superbes, avec 2 zones bien délimitées qui correspondent à 2 structures différentes, 2 nappes différentes d’yeux simples ou ommatidies qui réalisent l’œil composé des odonates. Chacune de ces zones a un rôle défini.
Mais on remarque aussi les taches sombres dans la partie inférieure de l’œil, taches qui semblent situées au fond de l’œil et que l’on aperçoit par transparence: il s’agit de ce qu’on appelle des pseudo pupilles. 
Les pseudo pupilles correspondent aux régions où la direction des ommatidies est la même que celle de l’axe optique de l’observateur et ce phénomène se matérialise sous la forme de taches (virtuelles) noires. 
A noter aussi les curieuses cornes qu’elle porte sur le front.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Euthygomphus koxingai (Chao, 1954)

Euthygomphus koxingai mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Euthygomphus koxingai mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Euthygomphus koxinga a été décrit sous le nom de Anisogomphus koxingai par Chao. C’est Oleg Kosterin qui en 2016 a introduit le nouveau genre Euthygomphus pour mettre fin « au désordre » qui régnait dans les genres Merogomphus et Anisogomphus qui regroupaient des Gomphidae possédant des appendices anaux très divers. Les Euthygompus concernent  maintenant ces Gomphidae asiatiques qui montrent des cercoïdes (cerci en anglais) « simple, parallel or slightly diverging, straight or slightly arched in lateral view and / or curved out in dorsal view, without protuberances or processes but small ventrocaudal knobs and / or terminal spine; » (Oleg E. Kosterin. 2016. Reconsideration of the Genera Merogomphus Martin, 1904, and Anisogomphus Selys, 1857, including Erection of A New Genus, with A New Species and Discussion of Additional Specimens from Cambodia. Zootaxa. 4171(1); 51–76. DOI: 10.11646/zootaxa.4171.1.2.).
Ici on est clairement dans le cas des appendices simples, divergents avec une épine ventrale terminale. Pour ce dernier détail il faut me faire confiance car la photo qui me permet de l’affirmer n’est pas publiable  🙂  .

Euthygomphus koxingai mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Euthygomphus koxingai mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Dans ce même document O. kosterin précise que ce sont de Gomphidae de taille moyenne possédant de longs fémurs postérieurs atteignant S3, garnis d’un faible nombre de fortes épines, comme on le voit ci-dessus. Ils montrent également de longs segments terminaux, avec S10 pas plus court que large. E. koxingai mesure environ 50 mm.
Le nom de genre vient du grec latinisé euthys, pour simple, droit (les appendices anaux) et bien sûr de  gomphus cheville, clou, vis ou broche, faisant allusion à la forme de l’abdomen du mâle dans la plupart des espèces, qui apparaît comme un boulon utilisé pour la construction navale. Koxingai est un pirate et général chinois considéré comme un des  pères de la nation taïwanaise, et Taïwan est la contrée d’où est issu l’holotype.

Euthygomphus koxingai mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018
Euthygomphus koxingai mâle, Vietnam, Cao Bang, 06/06/2018

Ci-dessus on se rend bien compte de la taille spectaculaire de son fémur postérieur.
Le biotope à Cao Bang est une rivière de moyenne largeur (10 à 15 m) au fond sableux ou parsemé de gravillons, la rive étant occupé d’arbustes puis de forêt un peu plus loin. Le cortège odonatologique est très important, en particulier les Gomphus et Chlorogomphus.
On le rencontre dans les provinces du sud de la Chine contiguës au Vietnam (Xangxi, Yunnan) mais aussi Hainan, Guangdong et même Hong Kong.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.

Vietnam 2018 – Protosticta nigra (Kompier, 2016)

Protosticta nigra mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018
Protosticta nigra mâle, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

Cette espèce est restée confondue avec Protosticta satoi jusqu’à la publication par Tom Kompier de New species of Protosticta Selys from Vietnam with a key to the males of the P. curiosa group (Odonata: Platystictidae), Zootaxa 4193 (2). Jusqu’à cette date on décrivait en effet pour P. satoi une forme claire et une forme sombre. 
L’étymologie de son nom d’espèce, nigra, pour « noir » vient justement du fait que c’est cette forme sombre qui a été élevé au rang d’espèce en raison de fines différences structurales, en particulier sur une vue dorso latérale des appendices anaux.

Protosticta nigra mâles, Vietnam, Pia Oac, 05/06/2018

C’est en tout cas la seule que nous ayons vu à montrer un thorax complètement noir.
Il mesure environ 48 mm.
On le trouve bien sûr dans le même type d’environnement que P. satoi, c’est à dire près des ruisseaux et rivières en sous bois, parfois très à l’ombre (la photo de droite: Iso 3200, F/4, 1/30s).
Sa répartition géographique le limite pour l’instant au nord Vietnam.




Cet article fait partie des odonates observés au Vietnam, pour revenir à la page des Odonates du Vietnam cliquer ici.