Namibie – Trithemis hecate (Ris, 1912)

Trithemis hecate, Namibie, Kalambesa près d'un bras mort du Zambèze, 15/02/2020
Trithemis hecate, Namibie, Kalambesa près d’un bras mort du Zambèze, 15/02/2020

2 brèves rencontre avec Trithemis hecate, un très élégant Libellulidae d’environ 40 mm. Son abdomen est très fin, sombre, noir, avec parfois quelques très fines raies jaunes, le thorax est bleu, les yeux rouges très sombres avec la base bleutée, le front porte une tache bleue métallisée. Les ptérostigmas sont jaune clair.

Trithemis hecate, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 21/02/2020
Trithemis hecate, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 21/02/2020

C’est un des 5 Trithemis namibiens bleus et on peut, pour moi, le confondre avec Trithemis donaldsoni ou Trithemis aconita. Le premier est nettement plus clair et massif, mais le second est très ressemblant. Cependant Trithemis aconita montre de nettes lignes jaunes sur l’abdomen qui ne disparaissent pas complètement quand il vieillit, ses ptérostigmas sont brun foncé, il porte 10 à 12 1/2 anténodales contre 8 1/2 à 9 1/2 pour Trithemis hecate (voir la dernière photo de la page sur laquelle on voit bien ces veines transverses anténodales).
Évidemment l’idéal est de comparer les genitalia, et ici l’hameçon est trapu, alors qu’il est long pour T. aconita ou encore plus long pour T. donaldsoni :

Trithemis hecate, Namibie, Kalambesa près d'un bras mort du Zambèze, 15/02/2020
Trithemis hecate, Namibie, Kalambesa près d’un bras mort du Zambèze, 15/02/2020

Son nom d’espèce évoque Hecate, déesse de la magie et des spectres, peut-être en raison de sa couleur sombre et du fait qu’à quelque distance elle n’apparaît que comme une silhouette sur fond clair (d’où un de ses noms anglais de Silhouette Dropwing)
Il est classique de trouver les femelles dans les arbres, parfois loin de l’eau. Je n’étais pas certain de leur identification mais elles ont été confirmées par K.-D. Dijkstra. Le pattern thoracique, pas toujours facile à distinguer en raison de leur position ailes tombantes (Dropwing), associé à la finesse de l’abdomen, semble caractéristique.

Trithemis hecate femelle, Nambie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/2020
Trithemis hecate femelle, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/2020

Si en Afrique du Sud l’espèce apprécie les mares et les lacs aux rives plantées de roseaux, en Namibie elle fréquente les bras morts de rivières (qui forment des mares !) ou les sections marécageuses de ces rivières, comme le Zambèze ou l’Okavango.
Noter les ptérostigmas clairs.

Trithemis hecate femelle, Nambie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/2020
Trithemis hecate femelle, Nambie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/2020

C’est une espèce répandue dans l’Est et le Sud de l’Afrique, qui atteint cependant le Sénégal à travers le Tchad, le Nigeria et le sud du Mali. De façon étonnante l’espèce est assez largement répandue jusqu’à l’Atlantique dans le nord de la Namibie.

Ci-dessous le Silhouette Dropwing 🙂 On lui compte 8 1/2 nervures transverses anténodales.

Trithemis hecate, Namibie, Kalambesa près d'un bras mort du Zambèze, 15/02/2020
Trithemis hecate, Namibie, Kalambesa près d’un bras mort du Zambèze, 15/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *