Namibie – Tholymis tillarga (Fabricius, 1798)

Tholymis tillarga mâle, Namibie, mare près de Rundu, 11/02/2020
Tholymis tillarga mâle, Namibie, mare près de Rundu, 11/02/2020

J’avais déjà très brièvement rencontré Tholymis tillarga (Libellulidae) au Sri Lanka au bord d’un lac, de très bonne heure le matin, un couple en ponte, mais je n’avais pas pu faire de photos de l’insecte posé. Il est commun en Namibie, parfois abondant localement.

Tholymis tillarga mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 16/02/2020
Tholymis tillarga mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 16/02/2020

Il est très peu actif dans la journée, préférant l’aube ou la soirée, et se pose dans les arbustes, le plus souvent caché à l’ombre. D’ailleurs durant ces 12 jours de prospection je n’en ai pas vu voler sauf ceux que nous avons dérangés.
Les mâles sont spectaculaires avec leurs taches alaires ambrées puis nuageuses, bien que le sujet ci-dessus n’ait que la moitié du décor !
En raison de cette coloration alaire ils sont faciles à identifier, aucun autre odonate en Afrique ne porte ce type de motif.

Tholymis tillarga mâle, Namibie, Rundu, 11/02/2020
Tholymis tillarga mâle, Namibie, Rundu, 11/02/2020

C’est un migrant mais il est permanent dans les zones tropicales, parfois en nombre comme dans les plaines inondées de l’Okavango ou chaque arbuste semblait en abriter un ou plusieurs. Mais il accepte les eaux lentiques, bassin, mares ou lacs.
Il mesure selon les sources 44 à 48 mm.

Tholymis tillarga mâle, Namibie, Shitemo sur Omakato River, 21/02/2020
Tholymis tillarga mâle, Namibie, Shitemo sur Omakato River, 21/02/2020

Pour l’origine du nom de genre une explication assez peu satisfaisante est fournie dans Dragonflies and Damselflies of Namibia par Suhling et Martens. Tholymis viendrait des 2 mots grecs thorax, pas besoin de traduction, et lygaios, pour ombragé ou sombre. Seulement ce sont plutôt les ailes qui semblent porter une zone sombre ou nuageuse.
Le nom d’espèce est une énigme, sans doute un nom propre car il a d’abord été écrit avec une majuscule.
Les immatures sont, comme toujours, très différents des sujets matures et très ressemblants aux femelles, comme on le verra sur les « photos de groupe plus bas ».

Tholymis tillarga jeune mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, 20/02/2020
Tholymis tillarga jeune mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, 20/02/2020

Les femelles sont moins évidentes à identifier au premier coup d’œil car elles ne portent pas de vraies taches alaires, les 2 ailes sont simplement fumées pour les sujets âgés.

Tholymis tillarga femelle, Namibie, Rundu, 11/02/2020

Mais leurs yeux à double coloration, leur position et situation dans la végétation, et leur nervation caractéristique permettent de les identifier facilement.

Ces femelles ont un comportement très particulier et amusant lors de la ponte ce qui donne à l’espèce le nom anglais de Twister : comme on le voit sur cette mauvaise photo elles larguent leurs œufs dans l’eau d’un bref coup d’abdomen, comme bien d’autres espèces de Libellulidae ; mais aussitôt après elles effectuent un demi-tour sur place pour pondre à nouveau ou font encore un autre demi-tour avant de pondre dans la direction initiale, et ceci des dizaines de fois. Une danse vraiment étonnante !
Ci-dessous une très jeune femelle aux yeux encore très pâles dont les ailes encore brillantes accrochent un beau reflet doré :

Tholymis tillarga, Namibie, parc National de Bwabwata, 20/02/2020
Tholymis tillarga, Namibie, parc National de Bwabwata, 20/02/2020

Sa distribution géographique est gigantesque, toute l’Afrique sauf le nord, jusqu’au … Japon et au Sud l’Australie.
C’est amusant de constater comme on les trouve parfois en nombre, exactement dans la même position :




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *