Namibie – Trithemis arteriosa (Burmeister, 1839)

Trithemis arteriosa mâle, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/2020
Trithemis arteriosa mâle, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/2020

Encore un Trithemis qui n’est pas trop difficile à identifier avec son abdomen très fin qui porte des triangles noires de plus en plus importants vers l’extrémité ; en fait la coloration noire remonte progressivement quand on progresse vers la fin de l’abdomen, au point que S8 est à moitié noir, et S9 complètement noir le plus souvent. Le reste de l’abdomen est rouge assez clair alors que le thorax est cramoisi ou vineux, un peu comme T. annulata. Le front est rouge sans tache métallisée sombre.
Trithemis arteriosa est grand comme un petit Sympetrum de nos régions, 31 à 38 mm.

Trithemis arteriosa mâle, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/2020
Trithemis arteriosa mâle, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/2020

Cette position avec les ailes plus basses que le thorax est une posture préférentielle des Trithemis, qui prennent d’ailleurs le nom générique de Dropwing en anglais. 
En l’occurence il s’appelle Red-veined Dropwing, et il n’est pas besoin d’expliquer ce que sont les veines rouges 🙂 
Et on les observe très, très souvent dans cette position…

Trithemis arteriosa mâle, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/2020
Trithemis arteriosa mâle, Namibie, Shitemo sur l’Omatako River, 21/02/2020

Heureusement de temps en temps on arrive à les surprendre avant qu’ils ne s’installent sur leur perchoir, ici quelques secondes après un atterrissage contre le vent.  Et cette photo est intéressante pour l’identification des mâles, mais surtout des femelles qui sont souvent très difficiles pour les Trithemis ; on note sur le thorax de ce mâle mature (mais pas trop !) les 3 bandes sombres obliques nettement séparées ; mais aussi un petit trait noir plus antérieur, plus haut sur le thorax, et un autre en bas qui soulignent la suture ante humérale en s’interrompant en son milieu.

Trithemis arteriosa mâle, Namibie, mare près de Katima Mulilo sur le Zambèze, 15/02/2020
Trithemis arteriosa mâle, Namibie, mare près de Katima Mulilo sur le Zambèze, 15/02/2020

Le même mâle quelques secondes plus tard qui a adopté la classique attitude des Dropwing.

Trithemis arteriosa mâle, Namibie, mare près de Katima Mulilo sur le Zambèze, 15/02/2020
Trithemis arteriosa mâle, Namibie, mare près de Katima Mulilo sur le Zambèze, 15/02/2020

Nous l’avons rencontré le long de l’Okavango, de l’Omatako, et sur différentes mares.

Les femelles sont plus difficiles à identifier et peuvent être confondues avec celles de Trithemis annulata. Après un tri minutieux, je n’ai finalement de photos que d’une seule femelle, photos à peu près identiques ; il faut dire que Trithemis arteriosa est moins commun que son cousin T. annulata.

Trithemis arteriosa femelle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020
Trithemis arteriosa femelle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020

On voit très bien sur la femelle ci-dessous les caractères d’identification mentionnés pour le mâle : les 3 lignes noires thoraciques, la plus antérieure interrompue en son milieu, les triangles sombres abdominaux de plus en plus importants qui finissent par donner un S9 complètement noir. Ici une photo de T. annulata femelle pour comparaison.
Cette photo d’une libellule posée sur une épine d’acacia m’a fait penser que le travail de la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) doit être simple en Afrique avec de tels instruments et elle m’a rappelé cette photo d’une Cordulia aenea empalée…

Trithemis arteriosa femelle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020
Trithemis arteriosa femelle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020

C’est une espèce africaine que l’on rencontre depuis Mayotte et Madagascar jusqu’en Afrique du nord, Oman et la Turquie.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *