Blog

Namibie – Orthetrum abbotti (Calvert, 1892)

Orthetrum abotti mâle, Waterberg Plateau National Park, 09/02/2020
Orthetrum abbotti mâle, Waterberg Plateau National Park, 09/02/2020

Bien que l’aire de distribution d’Orthetrum abbotti (Libellulidae) s’étende à tout l’Afrique sub-saharienne jusqu’au sud de l’Afrique du Sud, il est localisé à quelques places en Namibie, dont celle-ci bien connue, au pied du plateau de Waterberg.
Il s’agit d’un ruisseau vraiment vraiment faible, envahi de végétation, traversant plus ou moins une route pavée du resort. Nous l’avons trouvé à la fois sur les bords de la route, mais aussi enfoui dans la végétation.

Ci-dessus 2 mâles, l’un totalement pruineux l’autre montrant encore la teinte jaune des couleurs de sa jeunesse, qui ne seront parfois pas complètement recouvertes de pruinosité bleue, comme c’est presque toujours le cas pour les Orthetrum.
Ci-dessous ce mâle est immature et porte encore l’habit des femelles:

Orthetrum abotti mâle immature, Waterberg Plateau National Park, 09/02/2020
Orthetrum abotti mâle immature, Waterberg Plateau National Park, 09/02/2020

C’est le plus petit des Orthetrum du sud de l’Afrique avec 35 mm en moyenne.
Si on le rencontre en Namibie sur des ruisseaux même très dégradées, en Afrique du Sud il est mentionné sur les habitats marécageux avec végétation émergente.
On retrouve sur la femelle le pattern abdominal caractéristique avec la ligne noire médiane séparant des paires de points dans la partie distale des segments.
On note également la taille importante des ptérostigmas sur ces ailes minuscules.

Orthetrum abbotti femelle, Waterberg Plateau National Park, 08/02/2020
Orthetrum abbotti femelle, Waterberg Plateau National Park, 08/02/2020

Le nom d’espèce est un hommage à William Louis Abbott qui a capturé l’espèce, décrite par Calvert, en Tanzanie (Kilimandjaro).




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Orthetrum brachiale (Burmeister, 1839)

Orthetrum brachiale, Namibie, Parc National du Plateau de Waterberg, 08/02/2020
Orthetrum brachiale, Namibie, Parc National du Plateau de Waterberg, 08/02/2020

Il est impossible de différencier les mâles matures d’Orthetrum brachiale et d’ Orthetrum stemmale sur photo, en tout cas sans voir les organes sexuels sous le 2° segment abdominal. Je n’ai donc choisi de ne montrer que des sujets photographiés dans une zone où il n’y a pas d’Orthetrum stemmale, c’est à dire hors de la bande de Caprivi, même s’il y est considéré comme très peu fréquent. Mais présent puisque je montre sur le site une photo d’un mâle immature et de ses genitalia.
Ci-dessous les 2 sujets le 12/02/2020 près de Rundu, sur l’Omatako, un affluent de l’Okavango.

On les identifie à leur couleur bleue due à la pruinosité qui les recouvre presque entièrement, leurs ptérostigmas clairs (non noirs pour éliminer O. julia), les nervures transverses issues de la sous-costale (Ax) claires quoique ce dernier caractère mérite d’y regarder à 2 fois, en fonction de l’incidence de la lumière.
On doit aussi compter le nombre de cellules dédoublées au dessus de la veine radiale supplémentaire (Rspl); elles sont nombreuses (c’est ce qu’on lit !), sans doute aussi nombreuses que celles de O. stemmale, sans doute toujours plus d’une douzaine (total des 4 ailes).
En fait il semble que personne ne se soit jamais penché sur la question.

Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020
Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020

Ci-dessus ce vieux mâle compte 6 cellules dédoublées au dessus de la Rspl sur l’aile antérieure gauche, ce qui laisse supposer qu’il en a … pas mal sur le total de ses 4 ailes, même si celles-ci montrent qu’il a déjà vécu beaucoup d’aventures.
Qui dit vieux dit sage et il sait bien qu’il n’a rien à craindre de moi, aussi s’est-il laissé approcher:

Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020
Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020

Il est toujours amusant de constater sur ces photos rapprochées, en dehors de la structure des yeux, la façon dont sont repliées les pattes antérieures, juste en arrière des yeux, de telle sorte que le la marque claire correspond à ses genoux (articulation tibio-fémorale).
Ci-dessous 2 mâles immatures, celui de droite sans doute un tout petit peu plus âgé que l’autre comme en témoigne la coloration de ses yeux et la minime apparition de coloration bleue sur le 3° segment. Ils ont respectivement 17 et 15 cellules dédoublées.

On note également leurs cercoïdes noirs alors que la lame supra anale est claire; c’est une des rares différences avec Orthetrum stemmale dont les cercoïdes sont clairs comme la lame supra anale. Orthetrum brachiale porterait également moins de couleur noire sur les derniers segments (5 à 10) qu’O. stemmale; on peut vérifier ces 2 éléments d’identification sur la photo ci-dessous:

Comparaison Orthetrum brachiale et Orthetrum stemmale, sujets immatures

Sans surprise on vérifie le critère des cercoïdes sombres chez les jeunes femelles qui comme presque toujours pour les Libellulidae ont le même habitus que les mâles immatures.
Les 2 femelles ci-dessous dans le parc national de Bwabwata le 20/02/2020.

Son territoire occupe toute la moitié sud de l’Afrique, du Sénégal à la Somalie jusqu’au nord-est de l’Afrique du Sud.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Anax imperator (Leach, 1815)

Anax imperator femelle, Namibie, barrage Von Bach, 22/02/2020

Si nous avons souvent aperçu Anax imperator (Aeshnidae) en vol, je ne l’ai jamais vu posé durant ce séjour. Mais à 2 reprises à 2 semaines d’intervalle sur le même plan d’eau nous avons observé une femelle Anax imperator en ponte. Malheureusement bien loin de nous.
Bien sûr on trouvera beaucoup plus de détails sur cette espèce commune en Afrique et en Europe dans les pages qui lui sont consacrées en France.

Anax imperator femelle, Namibie, barrage Von Bach, 22/02/2020

Si c’est une des plus grandes espèces européennes ce n’est pas le cas en Afrique où elle est dominée par 2 géants que nous avons également pu observer, Anax ephippiger et surtout Anax tristis qui est seulement moitié plus grand que l’Empereur européen (77 mm contre 114 mm en moyenne).
Mais quand il se compare au Pseudagrion , ici sans doute pseudagrion massaicum mâle, il reste un géant des mares et des eaux faiblement courantes.

Anax imperator femelle, Namibie, barrage Von Bach, 08/02/2020
Anax imperator femelle & Pseudagrion massaicum, Namibie, barrage Von Bach, 08/02/2020

Son aire de distribution est gigantesque; toute l’Afrique y compris les Mascareignes, presque toute l’Europe puisque « grâce » au réchauffement global on le rencontre maintenant en Suède et en Écosse, et à l’est jusqu’au Bengale occidental.
Je l’avais observé à la Réunion et très brièvement en Afrique du Sud.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Nesciothemis farinosa (Forster, 1898)

Nesciothemis farinosa mâle, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/20
Nesciothemis farinosa mâle, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/20

Nesciothemis farinosa (Libellulidae) est commun en Namibie, en tout cas dans la bande de Caprivi. J’avais eu le plaisir de le rencontrer en Afrique du Sud et surtout en Ethiopie où j’avais pu admirer des mâles semi immatures assez spectaculaires, moitié bleus, moitié jaunes. Mais je n’avais jamais vu de mâles pleinement matures, devenus bleus et noirs.
Les 2 photos ci-dessous à Rundu, sur l’Okavango, les 10 et 12/02/2020.

Ils mesurent environ 43 mm et sont ubiquistes acceptant aussi bien les eaux faiblement courantes que les mares. Ils se tiennent souvent au bord de l’eau sur des tiges émergentes, surveillant leur territoire. A quelque distance il est assez facile de les confondre avec l’un des multiples Orthetrum bleu qui peuplent la région, et c’est encore plus vrai pour les immatures et surtout les femelles, qui pour ajouter à la confusion, montrent des expansions ventrales sur le 8° segment ce qui est peu commun en dehors des Orthetrum (et apparentés comme certains Orthemis américains, ou Potamarcha congener en Asie)
Ci-dessous à gauche, à Rundu sur l’Okavango, le 11/02/20. A droite sur une mare, un bras mort de la Kwando River à Singalamwe, le 16/02/2020, que nous avons partagé avec un hippopotame bien pacifique.

Le nom d’espèce n’a pas besoin de longues explications et traduit l’aspect farineux de leur pruine bleutée.
Comme dit plus haut les mâles immatures ressemblent aux Orthetrum mais dès qu’on approche la différence est flagrante avec la bande claire qui parcourt le sommet de leur thorax et se prolonge entre les ailes.
Ci dessous, à gauche dans le parc national de Bwabwata le 14/02/2020. A droite le 19/02/2020 sur l’Okavango à Popa Falls.

L’apparence des femelles est très proche de celle des mâles immatures; elles s’en distinguent bien sûr par les appendices anaux mais aussi par une discrète tache sombre à l’apex des ailes et par les expansions ventrales du S8, particulièrement visibles sur la photo ci-dessous.

Nesciothemis farinosa femelle, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/20
Nesciothemis farinosa femelle, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/20

Sa distribution occupe tout l’est de l’Afrique (Eastern blacktail), de l’Egypte à l’Afrique du Sud, limitée à l’ouest par une ligne de l’ouest l’Angola à l’Egypte.
Les 3 photos de femelles ci-dessous le 10 et le 11/02/2020 à Rundu sur l’Okavango, la 3° montrant un sujet assez jeune, peu coloré.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Agriocnemis victoria (Fraser, 1928)

Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

Agriocnemis victoria (Coenagrionidae) a trouvé son nom sur les berges du lac Victoria, où il a été capturé en 1927.
J’aime beaucoup les Agriocnemis, fluets et colorés et je suis très déçu des photos que j’ai faite; j’ai vu 2 ou 3 sujets dans les marais de Kwando River, alors que nous cherchions surtout la star locale Agriocnemis bumhilli,mais ils étaient toujours glissés dans un fouillis d’herbes hautes, et le temps était bien sombre…

Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

Fraser dans sa description originale (1) de l’espèce donne un abdomen de 15 mm et il mesurerait tout juste 19 mm au total !
Il fait partie des 6 Agriocnemis de Namibie et malgré leur toute petite taille il se différencie facilement des autres par ses appendices anaux, qui bien que minuscules, sont bien plus spectaculaires que ceux des autres espèces, formant une véritable pince. Celui lui vaut un de ses nom anglais : Lesser Pincer-tailed Wisp (Lesser, par opposition au Greater Pincer-tailed Wisp, Agriocnemis forcipata que l’on rencontre plus au nord de l’Afrique).

Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

Il était un peu plus de midi, l’heure du repas, et en effet parmi les quelques photos que j’ai pu conserver beaucoup les montrent au pique-nique 🙂

Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

On le rencontre au nord, du Sénégal à l’Ouganda et sa limite sud est le nord du Botswana et la bande de Caprivie en Nambie, où il ne serait présent que sur la Kwando River.

Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis victoria mâle, Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

-1- « Odonata of the African continent », Transactions Entomological Society London, Fraser 1928.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.