Namibie – Elattoneura glauca (Selys, 1860)

Elattoneura mâle, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/2020
Elattoneura mâle, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/2020

Elattoneura glauca est le seul Protoneuridae que nous avons rencontré en Namibie mais il y est largement répandu et commun ce qu’exprime son nom vernaculaire Common threadtail. Threadtail est le nom générique qui exprime bien la finesse de son abdomen.

Elattoneura mâle, Namibie, Rundu sur l'Okavango, 10/02/2020
Elattoneura mâle, Namibie, Rundu sur l’Okavango, 10/02/2020

Quand à son nom d’espèce scientifique, glauca, de glaucus, bleu-gris, il se réfère à la coloration bleuté de la pruinosité qui envahit partiellement les mâles adultes.
Son identification est aisée par la longueur de son abdomen qui le sépare facilement des Coenagrionidae comme les Pseudagrion et par le fait qu’il est le seul de son genre et même de sa famille en Namibie.

Elattoneura mâle, Namibie, Popa Falls Resort sur l'Okavango, 18/02/2020
Elattoneura mâle, Namibie, Popa Falls Resort sur l’Okavango, 18/02/2020

On le rencontre essentiellement sur les rivières, parfois rapides mais dans leurs parties calmes, dans la végétation et en particulier assez bas dans les roseaux et parfois bien à l’ombre, ce qui explique que nombre de mes photos soient sombres…
Ci-dessous à gauche, à Nyangana, sur un bras de l’Okavango, le 13/02/2020 , à droite à Rundu, sur l’Okavango également , le 12/02/2020.

Les jeunes mâles sont bien sûr très différents et comme le fait remarquer De Selys dans la description originale de l’espèce (sous le nom de Disparonevra glauca) ils ressemblent à notre Platycnemis pennipes jeune:

Elattoneura mâle immature, Namibie, Nyangana, sur un bras de l'Okavango, 13/02/2020
Elattoneura mâle immature, Namibie, Nyangana, sur un bras de l’Okavango, 13/02/2020

Les femelles sont bien plus discrètes et je n’en aurai fait qu’une photo, bien à l’ombre et en fin d’après midi, sur un tout petit bras de l’Okavango.

Elattoneura femelle, Namibie, Popa Falls Resort sur l'Okavango, 18/02/2020
Elattoneura glauca femelle, Namibie, Popa Falls Resort sur l’Okavango, 18/02/2020

A l’Ouest de l’Afrique sa distribution s’étend de la Guinée au nord de la Namibie et du Botswana. A l’est, de l’Ethiopie jusqu’au sud de l’Afrique du Sud.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Paragomphus cataractae (Pinhey, 1963)

Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020
Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020

Paragomphus cataractae est une rareté, d’ailleurs il est difficile d’en trouver des photos sur le Web. Il est facile à identifier, il est le seul à montrer un thorax vert pomme pratiquement dépourvu de lignes sombres.
Phil Benstead, tour leader, nous amenait sur ce site pour la 4° fois car il nous manquait encore certains Gomphidae locaux et c’est en repartant vers les véhicules, le long du chemin forestier, à une centaine de mètres du Zambèze et de ses rapides, que l’un d’entre nous a fait cette belle découverte.

Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020
Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020

C’est en effet une espèce typique des larges rivières et surtout de leurs zones de rapides, tout comme Platycypha caligata et Zygonyx natalensis que nous rencontrerons plus tard sur l’Okavango, à Popa Falls.
D’ailleurs son nom d’espèce cataractae souligne sa préférence pour les courants rapides, cataractae signifiant « des rapides » ou « des chutes d’eau ». La description originale de l’espèce a été faite à partir de sujet pris dans les rapides des Victoria Falls et Katambora, donc sur le Zambèze également, à une soixantaine de kilomètres seulement du lieu de ces photos.

Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020
Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020

Son abdomen mesure environ 30 mm (sans les appendices anaux) soit une longueur totale d’environ 45 mm.
L’espèce a une distribution très limitée en Namibie: de l’endroit où nous l’avons observé à Katima Mulilo sur le Zambèze jusqu’aux Victoria falls et sur un tributaire du Zambèze, sur l’Okavango River à Popa Falls et sur la Kunene River à Epupa Falls. Il y aurait également une donnée du nord de la Zambie.

Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020
Paragomphus cataractae mâle, Namibie, Katima Mulilo, Wenela border post, le long du Zambèze, 17/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Agriocnemis ruberrima albifrons (Balinski, 1963)

Agriocnemis ruberrima albifrons,Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis ruberrima albifrons, Namibie, Parc National de Bwabwata, Kwando River, Bum Hill, 14/02/2020

Cet petit Agriocnemis semble poser (en tout cas pour moi) un problème de taxonomie. Il s’agirait de la sous-espèce albifrons d’Agriocnemis ruberrima. Albifrons, on comprend bien pourquoi, son front est en effet couvert d’une pruinosité blanchâtre.
Ruberrima pas contre est relatif à l’abdomen rouge de l’espèce, or ici, il n’est pas plus rouge que les autres espèces rencontrées, A. exilis, A. victoria ou A. gratiosa.
L’espèce nominale Agriocnemis ruberrima (localisée à la côte est de l’Afrique du Sud) n’a pas le front blanc et montre en effet un abdomen complètement rouge orangé (même à maturité) sauf les 2 premiers segments verts latéralement sombres au dessus et la moitié du 3° sombre…
Sur le site de l’ADDO, qui fait référence, c’est cette « sous-espèce » à front blanc qui illustre Agriocnemis ruberrima (sans qu’il soit ajouté albifrons)… mais la carte de répartition inclus la forme Sud Africaine sans front blanc et à abdomen rouge!
Je suis bien sûr incapable de trancher mais il semblerait logique d’en faire 2 espèces différentes.

Agriocnemis ruberrima albifrons,Namibie, Parc National de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Agriocnemis ruberrima albifrons, Namibie, Parc National de Bwabwata, Kwando River, Bum Hill, 14/02/2020 (rotation de la photo pour un plus grand affichage)

Je n’ai malheureusement qu’une série de photos toutes sous le même angle; ils naviguent parmi les herbes hautes, dans une zone marécageuse de la Kwando River, et ils sont si petits, 21 mm, que dès qu’ils bougent ils disparaissent dans la végétation dense.
Il n’est connu, sous cette forme à front blanc, que de cette région de la bande de Caprivi en Namibie, mais aussi dans le delta de l’Okavango (Botswana) et en Zambie (?).




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Ischnura senegalensis (Rambur, 1842)

Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020

La Namibie est le 11° pays où je rencontre Ischnura senegalensis et je n’ai pas vraiment cherché à faire des efforts pour le prendre en photo, d’autant que nous l’avons rencontré presque tous les jours: il est présent depuis l’Afrique du Sud jusqu’à la Mauritanie à l’Ouest et à l’Est jusqu’au Japon et à la Mongolie à travers l’Asie centrale et tropicale, et à travers l’Indonésie jusqu’à la Papouasie Nouvelle Guinée!
Les femelles immatures sont cependant toujours spectaculaires.

Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis femelle immature, Katima Mulilo, 17/02/2020

Et si je mets cette seconde femelle c’est qu’elle m’a joué un tour que j’expliquerai quand j’aurais mis une autre espèce sur le site, une espèce que j’ai confondue avec cette femelle:

Ischnura senegalensis femelle, Namibie, Rundu, 10/02/2020
Ischnura senegalensis femelle, Namibie, Rundu, 10/02/2020

Il paraît bien mignon et inoffensif avec sa petite taille, 28 mm en moyenne; mais il est agressif, tant pour la défense de son territoire qu’en ce qui concerne son alimentation et il s’attaque volontiers à des proies de grande taille. Il ne dédaigne pas les repas de famille puisque ci-dessous ce mâle dévore un jeune mâle de sa propre espèce.

Ischnura senegalensis dévorant un jeune mâle I. senegalensis, Namibie, émissaire du barrage Von Bach, 08/02/2020
Ischnura senegalensis dévorant un jeune mâle I. senegalensis, Namibie, émissaire du barrage Von Bach, 08/02/2020

Et alors que nous avons eu bien du mal à trouver des Agriocnemis ( les plus petits des Coenagrionidae ) sur les berges de cette grande mare, cet Ischnura senegalensis s’est moqué de nous, en dégustant un Agriocnemis exilis…

Ischnura senegalensis accouplement, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis dévorant un Agriocnemis exilis, Katima Mulilo, 17/02/2020

Une dernière réflexion à propos de cette espèce si commune; il semble que les sujets africains n’aient qu’une fine, voire très fine bande antéhumérale verte; celui-ci n’en a pratiquement pas, comme certains que j’avais rencontrés en Afrique du Sud ou à la Réunion. Celle des sujets asiatiques est plus large.

Ischnura senegalensis jeune mâle, Katima Mulilo, 17/02/2020
Ischnura senegalensis jeune mâle, Katima Mulilo, 17/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Namibie – Parazyxomma flavicans (Martin, 1908)

Parazyxomma flavicans mâle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020
Parazyxomma flavicans mâle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020

Dans la journée c’est à l’ombre, parfois dense, que l’on trouve Parazyxomma flavicans (Libellulidae). Il fait tout de suite penser à Brachythemis leucosticta par ses taches alaires, ou même à Tholymis tillarga dont il partage le comportement, posé à l’ombre en journée et ne se « réveillant » qu’en soirée. Il est très proche de ces 2 espèces et K-D. Dijkstra a d’ailleurs affirmé la synonymie de Brachythemis liberiensis avec Parazyxomma flavicans (1).

Parazyxomma flavicans mâle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020
Parazyxomma flavicans mâle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020

Après l’avoir longuement cherché nous l’avons finalement découvert à une vingtaine de mètres d’un petit bras de l’Okavango, dans un bouquet de buissons hauts de 3 ou 4 mètres. Il était toujours placé en hauteur, le corps horizontal, un peu haut malheureusement pour qu’on puisse facilement admirer ses yeux exceptionnels. Ce motif particulier est sans doute à mettre en relation avec son activité tardive et son aptitude à ne se déplacer qu’en faible luminosité.
On notera que les Brachythemis dont il est très proche présentent eux aussi des dessins très particuliers sur les yeux, dessins qui suffisent à identifier le genre.

Parazyxomma flavicans mâle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020
Parazyxomma flavicans mâle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020

Il mesure en moyenne 38 mm.
Sa distribution le localise depuis le Sénégal jusqu’à l’Afrique du Sud (ou il est très localisé) en suivant la zone sub tropicale à traves l’Afrique centrale (Congo) jusqu’à la Zambie et la bande de Caprivi en Namibie, mais sans avoir été encore observé en Angola ou au Mozambique.
Ci-dessous les 2 photos toujours au même lieu et le même jour puisque c’est la seule fois que nous l’avons rencontré.

Enfin une femelle parmi les quelques mâles perchés sous ces arbustes:

Parazyxomma flavicans femelle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020
Parazyxomma flavicans femelle, Namibie, Bwabwata National Park (Mahango Core Area), 20/02/2020

-1- Brachythemis liberiensis is Parazyxomma flavicans, with a note on the Zyxommatini (Odonata: libellulidae). International Journal of Odonatology, 6, 17-21.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.