Namibie – Orthetrum stemmale (Burmeister, 1839)

Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020
Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020

Ici, sur cette mare de la bande de Caprivi nous sommes très près de la Zambie à une centaine de kilomètres des chutes Victoria, et si nous avions vus déjà O. brachiale cela valait la peine de vérifier s’il ne se glissait pas quelques Orthetrum stemmale parmi eux.
Malheureusement ils sont très ressemblants et ressemblent aussi à O. julia.
On sépare généralement ce dernier assez facilement par la couleur de ses ptérostigmas qui sont sombres, mais malheureusement il arrive que ceux de O. stemmale le soient aussi, comme on le voit également ci-dessous.

Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020
Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020

Comme souvent il faut avoir recours à l’examen de l’appareil génital secondaire sous le 2° segment abdominal; ce qui implique soit de capturer soit de s’approcher très près du sujet avec un angle correct… Ici pas de doute la forme de l’hameçon correspond à celle d’O. stemmale, celui de O. julia en est assez éloigné (et n’est pas présent dans la bande de Caprivi).

Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020
Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020

Et puisque j’étais très très près de lui je ne me suis pas privé de faire une photo de ses yeux qui montrent ses ommatidies (yeux élémentaires). On note également la posture classique des Libellulidae avec les pattes antérieures repliées derrière la tête; on aperçoit ses genoux sous forme d’une tache claire.

Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020
Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020

On avance certains autres caractères pour différencier O. stemmale de O. brachiale, en particulier le motif de la partie postérieure du thorax qui serait différent, plus sombre pour O. stemmale et la coloration noire des segments 5 à 10 qui serait plus étendue ou plus complète. Comme déjà dit les ptérostigmas de O. brachiale sont clairs, ceux de O. stemmale peuvent être sombres. Ceci bien sûr n’est valable que pour les jeunes sujets ou la pruine n’a pas encore masqué tous les motifs. A priori je n’ai rien pour montrer qu’un des très nombreux Orthetrum matures bleus que j’ai photographiés est plus un O. stemmale que brachiale et je préfère donc ne pas en montrer.

Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020
Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020

Je précise que toutes les photos de cette page montrent le même sujet, prises sur un intervalle de temps de quelques minutes.
Il mesure 43 à 50 mm et se limiterait aux mares, étangs et trous d’eau, fréquentant moins souvent les rivières que son cousin O. brachiale.
Juste à côté de ce mâle, une femelle portant exactement la même livrée est très certainement Orthetrum stemmale également d’autant qu’on remarque ses cercoïdes clairs, ceux de O. brachiale seraient toujours sombres:

Orthetrum stemmale femelle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020
Orthetrum stemmale femelle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020

Il est présent en Afrique tropicale, du Sénégal à l’Ethiopie au nord jusqu’à l’est de l’Afrique du sud, absent du Botswana et de Namibie, sauf de la bande de Caprivi.

Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020
Orthetrum stemmale mâle, Namibie, Est de Katima Mulilo, 15/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.