Namibie – Paragomphus sabicus (Pinhey, 1950)

Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l'Okavango, 10/02/2020
Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l’Okavango, 10/02/2020

Si j’ai finalement fait de nombreuses photos de Paragomphus sabicus (Gomphidae) c’est que nous sommes revenus plusieurs fois au même endroit, qui se trouvait très près de notre lodge à Rundu, au bord de l’Okavango. Dans cette prairie inondée par les crues nous avons observé mâles et femelles, parfois de très près, et ils se sont montrés patients pour la dizaine de photographes qui les admiraient.

Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l'Okavango, 10/02/2020
Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l’Okavango, 10/02/2020

Ils sont faciles à identifier… à posteriori car sur le terrain quand on rencontre 6 ou 8 Gomphidae différents dans la même journée, c’est une autre affaire.
On ne peut les confondre, bien sûr, qu’avec ceux qui présentent des expansions ventrales sur les derniers segments, c’est à dire tout de même Ictinogomphus ferox, Phyllogomphus selysi (non contacté), Paragomphus elpidius, Paragomphus genei, Paragomphus cognatus (non contacté); ici ces expansions sont vraiment spectaculaires et lui valent son nom commun anglais de Flapper Hooktail.

Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l'Okavango, 10/02/2020
Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l’Okavango, 10/02/2020

L’identification certaine est donnée par les cercoïdes divergents (2° photo), spectaculairement longs et fins, fortement recourbés en crochets et la forme de la lame anale. Et contrairement à P. elpidius ou P. genei son thorax n’est pas verdâtre. Il est aussi plus grand qu’eux avec une longueur totale de 53 mm.

Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Divundu le long de l'Okavango, 15/02/2020
Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Divundu le long de l’Okavango, 15/02/2020

Je suis très content de la photo ci-dessous qui semble pourtant assez bizarre pour la curieuse forme de la tête de ce sujet; son attention a certainement été attirée par une proie qui passait au dessus de lui. On constate ainsi que les yeux des Anisoptères sont bien plus hauts que larges… et d’ailleurs ils sont divisés de telle sorte que leur moitié haute possède une fonction différente de leur moitié basse. Voir ces publications sur les yeux.

Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l'Okavango, 21/02/2020
Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l’Okavango, 21/02/2020

On note qu’ils aiment se percher à l’extrémité d’un rameau, d’une plante desséchée, à faible hauteur.
Il est connu pour se plaire sur les grands fleuves et en Namibie il fréquente l’Okavango et le Zambèze ou il est parfois localement commun.

Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l'Okavango, 10/02/2020
Paragomphus sabicus mâle, Namibie, Rundu le long de l’Okavango, 10/02/2020

Les femelles portent également de fortes expansions ventrales et montrent un abdomen très massif avec un 7° segment très dilaté par rapport au mâle. Elles paraissent ainsi beaucoup plus courtes alors qu’au contraire leur abdomen (36 à 38 mm) peut être plus long que celui des mâles (36 mm).

Paragomphus sabicus femelle, Namibie, Rundu le long de l'Okavango, 10/02/2020
Paragomphus sabicus femelle, Namibie, Rundu le long de l’Okavango, 10/02/2020

C’est une grande espèce, spectaculaire et très agréable à regarder, avec une coloration fortement contrastée.
La vue arrière ci-dessous souligne la masse importante de son ovipositeur.

Le nom de genre souligne avec le préfixe grec para (à côté) qu’ils sont très étroitement liés aux Gomphus (Leach, 1815). Sabicus car les sujets types ont été capturés dans la vallée de la Sabi au Zimbabwe.

C’est un espèce de l’Afrique de l’Est, du Kenya au Nord-Est de l’ Afrique du Sud incluant Zambie et Zimbabwe qui s’aventure au Botswana et dans l’Est de la Namibie.

Paragomphus sabicus femelle, Namibie, Rundu le long de l'Okavango, 10/02/2020
Paragomphus sabicus femelle, Namibie, Rundu le long de l’Okavango, 10/02/2020



Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.