Namibie – Trithemis palustris (Damm & Hadrys, 2009) / Trithemis morrisoni (Damm & Hadrys, 2009)

Trithemis palustris / Trithemis morrisoni, Namibie, Popa Falls, 18/02/2020
Trithemis palustris / Trithemis morrisoni, Namibie, Popa Falls, 18/02/2020

Un double titre pour ce Trithemis car il est impossible sur photo de séparer Trithemis palustris de Trithemis morrisoni ; il est même impossible de les différencier lorsqu’on les capture et ce n’est que l’analyse génétique qui a permis de mettre en évidence ces 2 espèces. De plus les 2 espèces ont été trouvées sur le site de Popa Falls où j’ai fait ces photos quasi identiques.
Elles étaient autrefois cachées sous ce qu’on appelle maintenant le groupe stictica, c’est-à-dire qu’on les confondait sous l’habitus de Trithemis stictica. Seul l’examen stéréo microscopique de la dernière partie de leur pénis permet de les séparer de Trithemis stictica mais ne permet même pas à coup sûr de différencier T. palustris de T. morrisoni (1).

Ils montrent tous les 2 une différence essentielle par rapport à T. stictica, leur yeux sont très nettement bicolores, même adultes, bien que ceux de Trithemis palustris puissent devenir bleu en haut, mais conservant toujours une trace de marron. Sinon leurs dessins abdominaux et thoraciques sont identiques.
Ils se sépareraient également de T. stictica par leur nervation noire alors qu’elle est brunâtre pour leur cousin. Ils montreraient également une très petite tache ambrée tout à fait à la base de l’aile, mais certains T. stictica montrent également une très petite marque ambrée sur la membranule ce qui ne simplifie pas !
Ils sont de même taille, 32.4 mm pour T. morrisoni et 34.5 pour T. palustris et 33.5 mm pour T. stictica.
T. palustris fréquenterait des rivières ou des zones de rivières plus ouvertes et plus lentes.

Trithemis palustris / Trithemis morrisoni, Namibie, Popa Falls, 18/02/2020
Trithemis palustris / Trithemis morrisoni, Namibie, Popa Falls, 18/02/2020

En raison de la ressemblance de ces 3 espèces très difficiles à séparer de façon simple et de la relative nouveauté de la découverte, la distribution géographique des 2 nouvelles espèces est sujette à caution ; en tout cas pour l’instant elles n’ont été trouvées que de la bande de Caprivi et les zones attenantes des pays voisins, Angola, Zambie et le delta de l’Okavango au Botswana.
Le nom d’espèce Morrison rend hommage à Paul Morrison, poète et chanteur, fondateur du groupe The Doors.
Palustris est beaucoup plus conventionnel et se réfère à l’habitat de l’espèce, les régions marécageuses du delta de l’Okavango et de la rivière Kwando.


-1-  Trithemis morrisoni sp. nov. and T. palustris sp. nov. from the Okavango and Upper Zambezi Floodplains previously hidden under T. stictica (Odonata: Libellulidae) », Sandra Damm et Heike Hadrys, juin 2008, International Journal of Odonatology · April 2009.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *