Différencier Lestes sponsa et Lestes dryas

L’identification doit séparer L. dryas de L. sponsa, son plus proche cousin.
Le critère absolu pour les mâles, quelque soit l’âge de l’individu, reste la forme des appendices anaux qui sont assez courts, spatulés à leur extrémité et recourbés vers l’intérieur pour L. dryas. Ceux de L. sponsa sont plus longs et droits.

Comparaison des appendices anaux de Lestes sponsa et Lestes dryas
Comparaison des appendices anaux de Lestes sponsa et Lestes dryas

Pour les mâles adultes et pruineux, la pruinosité de Lestes dryas doit respecter le dernier tiers du 2° segment abdominal. Mais attention c’est parfois le cas pour L. sponsa. Dans ce cas les limites de la pruinosité sont moins nettes, comme floues.

Pour les Lestes dryas émergents, jeunes et non encore pruineux, le lobe latéral du pronotum est recouvert de coloration métallique, ce qui n’est pas le cas de L. sponsa. Ceci pour les mâles et les femelles.

La forme de la tache portée par l’infra épisterne mésothoracique, c’est à dire la zone située juste au dessus de la coxa (la hanche) de la patte moyenne; si elle est bien individualisée elle indique Lestes sponsa (♂ & ♀). Si elle est confondue avec le reste de la coloration c’est sans doute Lestes dryas, mais attention certains Lestes sponsa sont limites sur ce détail, d’autant plus qu’ils sont âgés.

Comparaison lobe pronotum et tache colorée L. sponsa / L. dryas
Comparaison lobe pronotum et tache colorée L. sponsa / L. dryas

D’autres critères sont difficiles à apprécier sur le terrain, sans comparaison ou sans capture notamment la couleur des yeux des mâles matures, bien difficile à décrire, unique. Un bleu profond qu’il est sans doute le seul de nos odonates européens à présenter.

Lestes dryas et ses yeux bleu céramique.
Lestes dryas et ses yeux bleu céramique.

Difficile également à apprécier sur photo sans capture est la forme de la coloration métallique sur le 1° segment abdominal qui prend la forme de 2 rectangles juxtaposés pour L. dryas alors que l’on décrit 2 triangles pour L. sponsa (♂ & ♀).

Comparaison premier segment abdominal L. dryas vs L. sponsa
Comparaison premier segment abdominal L. dryas vs L. sponsa

Il faut une bonne habitude pour apprécier la forme et la couleur des ptérostigmas de L. dryas sur le terrain, il faut bien avoir en mémoire ceux de L. sponsa et on ne peut pas faire de ces différences un critère. Ceux de L. dryas sont plus sombres (un peu…), plus épais et plus courts que ceux de L. sponsa, ou en tout cas paraissent plus courts car ils sont nettement (en tout plus nettement que ceux de L. sponsa) bordés de zones claires de chaque côté pour les individus matures, mais ces zones claires s’estompent avec le vieillissement.

On note souvent pour les lestes dryas mâles ou femelles la présence d’une pointe thoracique colorée, presque à la façon de Lestes viridis, ce qui est extrêmement rare pour L. sponsa (en tout cas je ne l’ai jamais vu).

Lestes dryas, France, réserve du Pinail (85), 02/06/2013
Lestes dryas mâle immature, France, réserve du Pinail (85), 02/06/2013

Il est facile de différencier L. dryas de L. sponsa pour les sujets émergents grâce à un détail inattendu; les L. sponsa émergents, mâles ou femelles, montre une coloration orangée, presque façon soleil couchant(!), vraiment spectaculaire, sur les parties claires du thorax et de l’abdomen, d’ailleurs tout à fait en accord avec leurs yeux à ce stade.

Lestes sponsa émergent, France, Chanteloup les bois, 22/05/2011
Lestes sponsa émergent, France, Chanteloup les bois, 22/05/2011

Enfin on lit que l’identification des femelles passe par l’examen de l’ovipositeur, celui de L. dryas dépassant le 10° segment abdominal; malheureusement c’est extrêmement rare et je n’ai qu’une photo ou l’on peut difficilement le constater. Mais il est certain que l’ovipositeur de L. dryas est en moyenne indéniablement plus long que celui de L. sponsa.
Ci-dessous une femelle dont l’ovipositeur dépasse S10:

Lestes dryas femelle, ovipositeur, lac de Bourdouze (63), 22/07/2017
Lestes dryas femelle, ovipositeur, lac de Bourdouze (63), 22/07/2017

Malheureusement on en trouve comme celle-ci où l’ovipositeur ne répond pas à la norme… :

Lestes dryas femelle, ovipositeur, réserve du Pinail, (86), 02/06/2013
Lestes dryas femelle, ovipositeur, réserve du Pinail, (86), 02/06/2013

Il faut donc retenir que lorsque l’ovipositeur dépasse le S10 c’est L. dryas, mais s’il est plus court ce n’est pas forcément L. sponsa…
Quand à l’écaille vulvaire qu’on voit ici très bien, triangulaire à pointe distale, qui prend naissance sur l’ovipositeur à la jonction du 8° et du 9° segment et qu’on dit différente entre les femelles L. sponsa et L. dryas, je n’ai jamais réussi à lui trouver une forme suffisamment constante au sein d’une même espèce pour en tirer une quelconque indication pour affirmer une identification…




2 réflexions sur « Différencier Lestes sponsa et Lestes dryas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *