Pérou – Psaironeura tenuissima (Selys, 1886)

Psaironeura tenuissima mâles, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023
Psaironeura tenuissima mâles, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023

Quel spectacle que d’observer ces mâles Psaironeura tenuissima (Protoneuridae) lutter pour leur territoire, dans l’ombre de la forêt amazonienne, au-dessus d’un petit ruisseau ! Ils sont extrêmement fins et souvent, on ne les repère quand par la tache rouge de leur thorax ou de leurs derniers segments qui semble errer dans les airs.
Selys (1) a décrit l’espèce sous le nom de Protoneura tenuissima et lui donne 25 à 27 mm pour l’abdomen, ce qui fait en moyen 29.5 mm de longueur totale. La proportion abdomen / thorax est vraiment incroyable puisque ce dernier fait moins de 4 mm de long. L’abdomen, dans sa partie la plus étroite, atteint 0.6 mm de diamètre.

Psaironeura tenuissima mâle, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023
Psaironeura tenuissima mâle, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023

Ce genre créé par Williamson (1917) (2) ne compte actuellement que six espèces, dont deux seulement en Amérique du Sud (3). Ils sont très rarement observés. Sur Inaturalist, si on exclut les observations de Tim Faasen, qui a écumé la zone que nous prospections, et les nôtres, l’espèce n’a été photographiée que 4 fois depuis 2002.
J’avais rencontré P. angeloi au Panama en 2012.

Psaironeura tenuissima, comme ses congénères, vit dans l’ombre de la forêt humide, sur des petits ruisseaux, mais sa biologie reste à découvrir. Voici précisément son biotope.
Il montre une large distribution dans le nord de l’Amérique du Sud : on le rencontre en Équateur, au Pérou, en Colombie, au Guyana, au Suriname, en Guyane Française et dans les états Brésiliens du nord.
IUCN Red List

Psaironeura tenuissima mâle, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023
Psaironeura tenuissima mâle, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023
Psaironeura tenuissima mâle, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023

Psaironeura, n’est pas précisément explicité par Williamson, mais il écrit : « The new generic names are suggestive of the manner of flight of these insects. Les nouveaux noms de genre [Williamson en crée 3] suggèrent le mode de vol de ces insectes. Seulement, je n’ai pas réussi à trouver ce que signifie « psairo »… Neura, du grec neuro, signifie nerf ou veine et se rapporte à la nervation alaire et au genre d’origine dont il est issu, Protoneura (1).

Tenuissima, un superlatif de tenuis, -mince, maigre, fin. Bien que cela ne soit pas expliqué par Selys ce qualificatif se réfère certainement à l’aspect général du spécimen, extrêmement élancé et fin.

Psaironeura tenuissima mâle, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023

1- SELYS-LONGCHAMPS, E. de, 1886. Révision du synopsis des agrionines, premiere partie comprenant les legions Pseudostigma-Podagrion-Platycnemis et Protonevra. Mem. Acad. roy. Belg. 38: 1-233 (p 217)
2- Williamson, E.B. (1915) Notes on neotropical dragonflies or Odonata. Entomological news, 27, 30–33.
3- Rosser William Garrison, An analysis of the Psaironeura tenuissima complex, including synonymy of P. machadoi De Marmels with P. bifurcata Sjöstedt (Odonata: Protoneuridae), March 2004, Odonatologica 33(1):83-89

Psaironeura tenuissima mâles, Pérou, San Pedro (Chino), Terra Firme, 22/08/2023
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Retour en haut