Anax imperator : femelle en ponte 5/5

Anax imperator femelle en ponte, Lugan (France-81), 19/06/2021
Anax imperator femelle en ponte, Lugan (France-81), 19/06/2021

En milieu d’après-midi, le 19 juin 2021, j’ai observé une Impératrice errer à la surface de l’eau sur un étang d’arrosage d’une centaine de mètres de long, bordé sur 2 de ses longueurs par une zone forestière. Au niveau de l’exutoire de nombreuses branches sont arrêtées par la digue et c’est l’endroit qu’a fini par choisir cette femelle pour pondre.

La technique est la même pour nos Aeshnidae européens ; un stylet, que l’on voit très bien ci-dessous, permet de percer le substrat, qu’il s’agisse de végétaux vivants ou de bois mort pourrissant comme ici. L’œuf est inséré ensuite en plaquant l’ovipositeur sur l’orifice ainsi formé et échappe de ce fait à l’observation.

Anax imperator femelle en ponte, Lugan (France-81), 19/06/2021
Anax imperator femelle en ponte, Lugan (France-81), 19/06/2021

Ci-dessous on voit brièvement le travail de cette femelle pour enfoncer ses œufs dans le bois pourrissant, c’est une action qu’elle va répéter des centaines de fois dans la journée…

Anax imperator : exuvies 3/3

Biotope des exuvies d'Anax imperator, Saint Rémy en Mauges (France-49), 15/08/2015
Biotope des exuvies d’Anax imperator, Saint Rémy en Mauges (France-49), 15/08/2015

En ce qui concerne les lieux accueillants nous n’avons sans doute pas les mêmes goûts que l’Anax empereur. Il s’agit d’une ancienne carrière d’argile dans un bois qu’on pourrait qualifier de forêt, aux berges érodées, envahies d’ajoncs et de quelques feuillus qui tentent de survivre au gré des variations de niveau.
Il est vrai que l’eau y est claire et c’est peut-être ce qui a séduit l’Impératrice (ou les Impératrices ?) l’année précédente. En tout cas son choix s’est avéré judicieux puisque le milieu s’est révélé tout à fait adapté à la croissance de ses rejetons !

Anax imperator exuvies, Saint Rémy en Mauges (France-49), 15/08/2015
Anax imperator exuvies, Saint Rémy en Mauges (France-49), 15/08/2015

D’abord des triplés !

Mais aussi de nombreux frères et sœurs !
Il est difficile de faire des photos d’ensemble qui permettent à un lecteur de se rendre compte de la quantité d’exuvies présente, elles ne mesurent tout de même que 50 mm.
S’il y a sans doute bien plus d’une centaine de dépouilles larvaires ce n’est pas un cas extraordinaire ; c’est sans doute la particularité de la végétation qui permet de le visualiser facilement. Les Anax imperator sont en effet coutumiers d’émergences massives, car elles se déroulent souvent sur une très courte période, la très grande majorité d’une population émergeant sur quelques jours.

Quand on constate la présence massive d’exuvies, quelque soit l’espèce, la même question revient toujours ; mais où sont passés les adultes, car si un ou deux surveillaient leur territoire en cette mi-août, les autres étaient-ils encore en vacances ?
En fait, on pense très peu d’individus participent à la reproduction, la majorité de la population attendant son jour de gloire dans la canopée ou ils se nourrissent, invisibles à notre curiosité…