Libellula quadrimaculata femelle émergente 1/1

Libellula quadrimaculata femelle émergente, Beaupréau (France-49), 18/06/2009
Libellula quadrimaculata femelle émergente, Beaupréau (France-49), 18/06/2009

Cette très jeune femelle vient de faire son vol inaugural, depuis ma petite mare jusqu’à ces Orangers du Mexique qui en sont éloignés à peine de 2 mètres. C’est un support fréquemment adopté, car il est à l’abri du vent et en plein soleil à cette heure (13 heures 30).
Les ailes brillantes montrent une coloration diffuse sous les nodus et ptérostigmas, qui caractérise les sujets du type praenubila. On retrouve la même singularité sur la femelle ci-dessous :

Libellula quadrimaculata femelle émergente, Saint Rémy en Mauges (France-49), 14/05/2010
Libellula quadrimaculata femelle émergente, Saint Rémy en Mauges (France-49), 14/05/2010
Libellula quadrimaculata femelle émergente, Coligny (France-01), 08/05/2021
Libellula quadrimaculata femelle émergente, Coligny (France-01), 08/05/2021

Malheureusement tout ne se passe pas toujours aussi bien et si la femelle ci-dessus va décoller sans problème malgré une petite imperfection des ailes gauches, la dernière n’aura pas cette chance…

Libellula quadrimaculata femelle émergente, Coligny (France-01), 08/05/2021
Libellula quadrimaculata femelle émergente, Coligny (France-01), 08/05/2021

Il faut encore remarquer ici le cloisonnement des sacs aériens, à la fois sur le thorax et l’abdomen… Je ne connais pas d’autre espèce ou il est si visible à cet âge.
Ces sacs aériens semblent occuper une bonne partie de la face dorsale de l’abdomen et leur rôle mériterait certainement des investigations supplémentaires…

Libellula quadrimaculata femelle émergente, Coligny (France-01), 08/05/2021
Libellula quadrimaculata femelle émergente, Coligny (France-01), 08/05/2021

Car il ne s’agit pas de sacs aériens trachéaux et je n’ai jamais lu qu’ils sont en communication avec le système respiratoire des odonates… Sont-ils là simplement pour raidir la structure sans ajouter de poids ?
Certains leur ont attribués un rôle de sustentation ; exposés au soleil, ils allégeraient l’odonate, à la façon d’un ballon à air chaud. Il faudrait alors que la différence de température entre l’air ambiant et l’air contenu dans ces cellules soit importante, ce qui semble incompatible avec la survie même de l’insecte…


Libellula fulva : respiration

Libellula fulva jeune femelle sur un tuteur de mon jardin, Beaupréau (France-49), 06/05/2011

Sur ces quelques secondes de vidéo on peut voir une femelle Libellula fulva respirer.
Ce phénomène est bien visible pour tous les Libellulidae. Je ne l’ai jamais observé chez les zygoptères. Peut-être se produit-il de la même façon, mais sa moindre amplitude et la taille beaucoup plus réduite de l’abdomen ne permet sans doute pas de le voir sans un fort grossissement.
On n’observe pas une telle dilatation pour le thorax alors que les stigmates sont bien visibles, surtout le stigmate métathoracique.
Le rôle des stigmates abdominaux, cachés à la face inférieure de l’abdomen, dans un repli de celui-ci est sans doute prépondérant.



Libellula depressa : respiration

Saint Rémy en Mauges (France-49), argilière du bois de Leppo, le 2 juin 2011

Chez les Libellulidae, la respiration est facile à mettre en évidence, plus particulièrement encore pour Libellula depressa qui a l’abdomen aplati, comme son nom le précise.
Le grand vent avait poussé cette femelle à se mettre à l’abri et les conditions météo sont sans doute la raison de sa patience avec moi.


Libellula depressa mâle en fin de maturation, Andrezé (France-49), 23/05/2021

Cette nouvelle scène se déroule le 23 mai 2021, le long du Beuvron, un joli ruisseau qui passe au pied du bourg d’Andrezé (France-49) et où un court méandre crée une petite zone humide.
Malgré le grand vent de ce jour j’y ai trouvé une femelle Calopteryx virgo et ce mâle Libellula depressa en fin de maturation ; c’est à ce moment que je les trouve les plus beaux, quand la pruinosité n’a pas encore totalement envahi la partie proximale de l’abdomen et qu’on devine encore le jaune initial.
On remarque donc les phases de dilatation et de contraction de son abdomen qui correspond aux temps inspiratoires et expiratoires.


Libellula quadrimaculata femelle 1/1

Je reprends cette page consacrée aux femelles Libellula quadrimaculata 12 ans après leur première publication sur mon site, en conservant le commentaire de la première photo…

Libellula quadrimaculata femelle, Le Puiset Foré (France-49), 01/05/2009
Libellula quadrimaculata femelle, Le Puiset Foré (France-49), 01/05/2009

En trois ans de prospection, c’est la première fois que je parviens à faire une photo de femelle. Autant les mâles sont actifs et facilement visibles posés sur les joncs et les tiges sèches des bords des plans d’eau, autant les femelles sont discrètes.
L’implantation écartée des cercoïdes, et sur cette vue l’absence nette de lame anale permettent de la distinguer des mâles immatures qui conservent un certain temps ce même aspect.

En 2021, je m’aperçois finalement que je n’ai vu qu’une seule femelle mature en 15 ans ! Celle-ci dessus, ma première, n’était pas si mature que ça, si on en croit ses yeux qui sont encore marron/rougeâtre.
Je considère cette femelle prise dans la tourbière de Sagne Redonde en Ardèche comme la seule femelle mature, mais non vieille, que j’ai pu photographier…

Libellula quadrimaculata femelle, Lanarce (France-07), 16/06/2013
Libellula quadrimaculata femelle, Lanarce (France-07), 16/06/2013

J’ai donc fait une recherche de photos de femelle de l’espèce sur le Web et, en effet, quand on exclut tous les sujets mâles matures incorrectement étiquetés comme des femelles, on ne trouve que de rarissimes femelles matures, aux yeux bien sombres, comme montrent également les mâles bien matures. De plus on a peu de chance d’en faire des photos lors des accouplements qui sont très brefs et aériens ! C’est le seul Libellulidae commun dans ma région pour lequel je n’ai pas de photo d’accouplement.
On peut donc les considérer comme très discrètes, beaucoup plus que la plupart des femelles Libellulidae.

Il faut noter comme les sacs aériens de l’abdomen sont visibles pour cette espèce avec une pseudo structure en nid d’abeille.



Libellula fulva : galerie

Pour voir les photos en plein écran, mais sans légende, cliquer sur la première, cliquer sur la « X » en haut à droite, faire défiler en cliquant sur les « > », pour fermer cliquer en dehors d’une photo…