Sympetrum vulgatum accouplement

Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021
Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021

Cette fin d’août est fraîche dans le Jura et il fait environ 18 °C sur les rives du lac de Lamoura où les éclaircies sont rares. Mais dès que le soleil apparaît l’odonatofaune s’agite et c’est la première fois que j’assiste à un accouplement de Sympetrum vulgatum.
On voit très bien sur la photo ci-dessous les insertions alaires postérieures rouges, qui le différencient de S. striolatum.

Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021
Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021

Il y a peu d’individus, peut-être une dizaine ou une douzaine, mais j’ai eu tout de même la chance d’observer 2 accouplements différents en quelques minutes, les 2 autour de 14 heures. Et ils se sont montré patients ce qui m’a permis de m’approcher.


Si on craint toujours de les confondre avec S. striolatum, on observe très bien le thorax dans ces circonstances et on constate comme il en est finalement éloigné avec l’absence de cette bande rouge encadrée de 2 bandes jaunes. Pour S. vulgatum ce serait plutôt un thorax assez uniforme, montrant une zone un peu plus foncée entourée de 2 zones claires lavées de rouge… !

Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021
Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021

Là encore j’ai pu approcher le couple et mettre en évidence la technique de capture du mâle : on note les cercoïdes (qui atteignent presque le pronotum) en arrière de la tête de la femelle. La lame supraanale, non visible ici, est en contre-appui entre les 2 yeux… La larme noire de cette femelle est bien évidente, ainsi que les pattes sombres striées postérieurement de clair.

Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021
Sympetrum vulgatum accouplement, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021

48 heures plus tard malgré le temps frais et le soleil paresseux, c’est sur une tourbière du lac des Rousses que je verrai le dernier accouplement de cette série. Et c’est une photo méritée, car j’ai passé beaucoup de temps à les approcher alors qu’ils s’enfuyaient de support en support 🥵.

Sympetrum vulgatum accouplement, lac des Rousses (France-39), 29/08/21
Sympetrum vulgatum accouplement, lac des Rousses (France-39), 29/08/21
bouton accueil big

Orthetrum cancellatum : le crash !

J’ai observé plusieurs accouplements se former sur l’étang du Bois de Ham, ce 12 septembre 2021. Dire se former est un euphémisme, car il s’agit à chaque fois d’un rapt, le mâle tombant sur la femelle en train de pondre et l’entraînant dans les airs pour s’accoupler brièvement ou se posant pour consommer plus longuement la chose.
En principe tout se passe bien, façon de parler pour la femelle…. Mais ici mauvais paramètres de vol (la météo était excellente, bonne visibilité, très peu de vent 🙂 ), faute de pilotage, problème mécanique, mauvaise communication entre pilote et copilote, on ne le saura jamais, j’ai vu le couple s’abîmer dans les flots, assez loin de moi.

Orthetrum cancellatum tombés à l'eau, Étang du Bois de Ham (France-49), 12/09/2021
Orthetrum cancellatum tombés à l’eau, Étang du Bois de Ham (France-49), 12/09/2021

Cela n’a pas trop inquiété le mâle, pourtant affréteur et commandant de bord, qui à peine mouillé à redécollé aussitôt, abandonnant sa passagère à son triste sort. Je n’ai eu le temps que de la photo ci-dessus avant qu’il ne commette ce délit de fuite.

Orthetrum cancellatum tombés à l'eau, Étang du Bois de Ham (France-49), 12/09/2021
Orthetrum cancellatum tombés à l’eau, Étang du Bois de Ham (France-49), 12/09/2021

Pendant une dizaine de secondes la femelle a essayé de battre des ailes pour s’extraire de l’eau, sans succès. Puis elle s’est laissé flotter sans plus faire d’effort. Je me suis demandé si dans un élan odonatesque le mâle allait prendre ses responsabilités et venir la sauver ? Que nenni !

Orthetrum cancellatum tombés à l'eau, Étang du Bois de Ham (France-49), 12/09/2021
Orthetrum cancellatum tombés à l’eau, Étang du Bois de Ham (France-49), 12/09/2021

Le couard avait fui sans remords, sans doute occupé déjà par une autre conquête.
L’histoire ne se termine tout de même pas de façon tragique pour la femelle, car la voyant inerte, je me suis approché et j’ai glissé un doigt sous elle pour la soulever.
Elle s’est presque aussitôt envolée. Sans le moindre remerciement !

Sympetrum vulgatum tandem 1/1

Sympetrum vulgatum tandem, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021
Sympetrum vulgatum tandem, lac de Lamoura (France-39), 27/08/2021

Les tandems (comme les accouplements…) sont l’occasion de comparer facilement mâles et femelles ; ils apparaissent finalement très proches, et en dehors de l’épaisseur de l’abdomen de la femelle, les couleurs sont seulement plus affirmées pour le mâle (indépendamment des pièces génitales et des appendices anaux…).
J’ai tout de même été surpris de voir les femelles si rouges, ce qu’on ne voit jamais pour S. striolatum dont les femelles ne montrent en vieillissant qu’une ligne rouge le long de la carène dorsale abdominale. N’ayant pas l’habitude d’observer cette espèce, je ne sais pas si cette forte coloration est commune.

Ce même jour j’ai vu plusieurs accouplements à proximité et je pense que ces sujets (2 couples différents) venaient aussi de s’accoupler, car je n’ai jamais pu observer de couples en ponte. En principe, pour les Sympetrum, la ponte suit aussitôt l’accouplement et le couple part pondre en tandem, le mâle laissant souvent la femelle continuer à pondre seule après quelques instants. Mais ici, je pense que le temps froid et capricieux, le soleil était fréquemment caché, a littéralement refroidi le couple qui attend un peu de chaleur pour poursuivre son œuvre.

bouton accueil big

Sympetrum vulgatum femelle émergente

Sympetrum vulgatum femelle émergente, Lac de Lamoura (France-39), 26/08/2021
Sympetrum vulgatum femelle émergente, Lac de Lamoura (France-39), 26/08/2021

Le temps est plutôt frais en cette fin d’août sur les lacs d’altitude du Jura, environ 10 à 12° le matin et 17° l’après-midi. Ainsi les émergences doivent-elles se produire plus tard et traîner en longueur.
Pour ces 2 sujets, nous sommes vraiment au bord de l’eau et si ce n’est sans doute pas leur vol inaugural, nous n’en sommes qu’à quelques « bonds ». Sur ces supports ces femelles sont encore assez profondément enfouies dans la végétation rivulaire, leurs ailes brillantes semblent encore molles…

Sympetrum vulgatum femelle émergente, Lac des Rousses (France-39), 29/08/2021
Sympetrum vulgatum femelle émergente, Lac des Rousses (France-39), 29/08/2021

L’identification est aisée dans la mesure ou l’on voit bien les pattes noires striées postérieurement de jaune et la larme noire sous les yeux est évidente : Sympetrum vulgatum est le seul odonate de nos contrées à associer ces 2 caractéristiques morphologiques, mâles ou femelles. En prime on peut observer la lame vulvaire saillante sur la 2° photo.

bouton accueil big

Sympetrum vulgatum femelle mature 1/1

Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021
Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021

J’ai cru que je n’arriverai pas à voir de femelles matures et j’ai dû m’écarter d’une cinquantaine de mètres de l’eau du lac des Rousses pour en surprendre une. Finalement sur 5 ou 6 séances de prospection, je n’en ai vu que 3, presque toutes posées sur la végétation typique de ces tourbières d’altitude, l’Airelle des Marais (vaccinium uliginosum).

Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021
Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021

On retrouve les caractéristiques qui permettent d’identifier les mâles : les pattes noires rayées postérieurement de clair, la face latérale du thorax à peu près unie, la forte larme noire sous les yeux et bien sûr, exclusivité des femelles, la lame vulvaire saillante, perpendiculaire à l’abdomen. Cette lame vulvaire est très visible et permet de séparer facilement ces femelles des autres femelles Sympetrum présentes.

Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021
Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021

Si elles sont globalement bien moins rouges que les mâles elles le sont certainement beaucoup plus que les femelles S. striolatum avec lesquelles on peut les confondre. Quand elles vieillissent, leur thorax, ainsi que la face postérieure des leurs pattes présente également une coloration rosée qu’on ne retrouve pas chez S. striolatum.

Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021
Sympetrum vulgatum femelle mature, Lac de Rousses (France-39), 29/08/2021

On retrouve pour ces femelles ce critère qui permet de les séparer de S. striolatum (mais pas de S. sanguineum !) sur une vue strictement dorsale, quand aucun autre critère n’est visible : toutes les insertions alaires sont rouges, pas seulement les antérieures comme pour S. striolatum.
Noter la lame vulvaire qui apparaît sous l’abdomen de la photo ci-dessous, à gauche.

Si l’on trouve ces femelles à distance des lacs ou des étangs, c’est qu’en dehors des périodes de ponte, elles viennent trouver le calme à distance des mâles qui restent près de l’eau à se faire la guerre pour défendre leur territoire. Dès qu’elles approchent, elles sont harcelées par les mâles qui n’auront de cesse que de s’accoupler et d’accompagner ces dames à la ponte…

J’aurais aimé voir ces femelles plus souvent posées sur ce type de support fleuri : les Callunes, ces fausses bruyères, sont très abondantes sur les tourbières du lac et vont très bien au teint de cette femelle, celle-ci étant certainement un peu plus jeune que les autres montrées sur cette page.

Sympetrum vulgatum femelle mature, lac des Rousses (France-39), 01/09/2021
Sympetrum vulgatum femelle mature, lac des Rousses (France-39), 01/09/2021

J’ai eu l’impression d’avoir beaucoup de difficultés à approcher ces femelles. Sans doute parce qu’elles étaient rares et isolées ; en effet on s’aperçoit souvent que moins il y a d’odonates, plus ils sont difficiles à approcher…

bouton accueil big