Namibie – Orthetrum brachiale (Burmeister, 1839)

Orthetrum brachiale, Namibie, Parc National du Plateau de Waterberg, 08/02/2020
Orthetrum brachiale, Namibie, Parc National du Plateau de Waterberg, 08/02/2020

Il est impossible de différencier les mâles matures d’Orthetrum brachiale et d’ Orthetrum stemmale sur photo, en tout cas sans voir les organes sexuels sous le 2° segment abdominal. Je n’ai donc choisi de ne montrer que des sujets photographiés dans une zone où il n’y a pas d’Orthetrum stemmale, c’est à dire hors de la bande de Caprivi, même s’il y est considéré comme très peu fréquent. Mais présent puisque je montre sur le site une photo d’un mâle immature et de ses genitalia.
Ci-dessous les 2 sujets le 12/02/2020 près de Rundu, sur l’Omatako, un affluent de l’Okavango.

On les identifie à leur couleur bleue due à la pruinosité qui les recouvre presque entièrement, leurs ptérostigmas clairs (non noirs pour éliminer O. julia), les nervures transverses issues de la sous-costale (Ax) claires quoique ce dernier caractère mérite d’y regarder à 2 fois, en fonction de l’incidence de la lumière.
On doit aussi compter le nombre de cellules dédoublées au dessus de la veine radiale supplémentaire (Rspl); elles sont nombreuses (c’est ce qu’on lit !), sans doute aussi nombreuses que celles de O. stemmale, sans doute toujours plus d’une douzaine (total des 4 ailes).
En fait il semble que personne ne se soit jamais penché sur la question.

Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020
Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020

Ci-dessus ce vieux mâle compte 6 cellules dédoublées au dessus de la Rspl sur l’aile antérieure gauche, ce qui laisse supposer qu’il en a … pas mal sur le total de ses 4 ailes, même si celles-ci montrent qu’il a déjà vécu beaucoup d’aventures.
Qui dit vieux dit sage et il sait bien qu’il n’a rien à craindre de moi, aussi s’est-il laissé approcher:

Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020
Orthetrum brachiale, Namibie, Divundu, 12/02/2020

Il est toujours amusant de constater sur ces photos rapprochées, en dehors de la structure des yeux, la façon dont sont repliées les pattes antérieures, juste en arrière des yeux, de telle sorte que le la marque claire correspond à ses genoux (articulation tibio-fémorale).
Ci-dessous 2 mâles immatures, celui de droite sans doute un tout petit peu plus âgé que l’autre comme en témoigne la coloration de ses yeux et la minime apparition de coloration bleue sur le 3° segment. Ils ont respectivement 17 et 15 cellules dédoublées.

On note également leurs cercoïdes noirs alors que la lame supra anale est claire; c’est une des rares différences avec Orthetrum stemmale dont les cercoïdes sont clairs comme la lame supra anale. Orthetrum brachiale porterait également moins de couleur noire sur les derniers segments (5 à 10) qu’O. stemmale; on peut vérifier ces 2 éléments d’identification sur la photo ci-dessous:

Comparaison Orthetrum brachiale et Orthetrum stemmale, sujets immatures

Sans surprise on vérifie le critère des cercoïdes sombres chez les jeunes femelles qui comme presque toujours pour les Libellulidae ont le même habitus que les mâles immatures.
Les 2 femelles ci-dessous dans le parc national de Bwabwata le 20/02/2020.

Son territoire occupe toute la moitié sud de l’Afrique, du Sénégal à la Somalie jusqu’au nord-est de l’Afrique du Sud.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *