Pérou – Telebasis obsoleta (Selys, 1876)

Telebasis obsoleta mâle, Pérou, Tahuayo, Cocha Trabix, 13/08/2023
Telebasis obsoleta mâle, Pérou, Tahuayo, Cocha Trabix, 13/08/2023

Telebasis obsoleta (Coenagrionidae) est une espèce qui a beaucoup voyagé ; il a été décrit d’abord par Selys (1) sous le nom de Leptagrion obsoletum, puis par Calvert comme Acanthagrion chirihuanum (Calvert, 1909) (2). Machado crée le genre Helveciagrion en 1980 et y intègre l’espèce sous le nom de Helveciagrion chirihuanum. Lencioni en 2006 établi la synonymie avec la description de Selys et lui redonne son nom d’espèce le nommant Helveciagrion obsoletum. Enfin, Garrison en 2012 (3) a considéré les Helveciagrion comme des synonymes juniors des Telebasis et a modifié le nom d’espèce vers le féminin pour s’accorder avec le nom de genre selon le code ICZN (Code International de Nomenclature Zoologique). Mais je ne suis pas certain que la taxinomie de cette espèce soit figée.
En effet, F.A.A. Lencioni, a publié en février 2023 « Analysis of Telebasis Selys, 1865—Part I. (Odonata: Coenagrionidae) » dans lequel le genre Helveciagrion n’est plus synonyme de Telebasis et est à nouveau un genre valide. Je n’ai pas pu lire ce document, car son accès est payant.

Telebasis obsoleta mâle, Pérou, Tahuayo, Cocha Trabix, 13/08/2023
Telebasis obsoleta mâle, Pérou, Tahuayo, Cocha Trabix, 13/08/2023

Je n’ai pas réussi à accéder à la description de Selys (1), en espagnol d’ailleurs. La taille de l’insecte est donnée par Calvert, 25.5 mm pour l’abdomen. Je ne peux donner la taille totale, n’ayant pas de profil correct, sans doute dans 32 ou 33 mm.
Il est original parmi les Telebasis qui sont habituellement rouges ou orangés (ici Telebasis salva au Mexique) et il m’a fait le même effet singulier que lorsque j’ai rencontré Crocothemis nigrifrons, bleu, alors que tous les autres dont notre Crocothemis erythraea « européen » sont rouges.
Nous n’avons pas pu approcher ce Telebasis obsoleta, repéré à travers des branchages ; après quelques photos, nous avons essayé de nous en rapprocher, mais il a disparu, c’est le seul que nous ayons contacté.

Ils habitent les rives des lacs (comme ici), les mares, les pièces d’eau dans les marécages.
Il est très largement distribué dans la région amazonienne, depuis l’Équateur jusqu’au Brésil, à travers le Pérou. Mais aussi, dans l’est de l’Amérique du Sud, atteignant la Bolivie et le nord de l’Argentine.
IUCN Red List

Telebasis obsoleta mâle, Pérou, Tahuayo, Cocha Trabix, 13/08/2023
Telebasis obsoleta mâle, Pérou, Tahuayo, Cocha Trabix, 13/08/2023

Telebasis (4), des mots grecs tele, –loin et basis, – base et reflète la longue pétiolation de l’aile.
Obsoleta, du latin obsoletus signifie vieux, usé, souillé. Il semble que Selys dans sa description signale que les appendices anaux sont souillés et en mauvaise condition. C’est peut-être seulement cette dégradation qui est évoquée par le nom d’espèce. Ceci, sans certitude.

1- Selys-Longchamps, E. de, 1857. Odonates de Cuba. In: de Ia Sagra, R. (ed.) « Histoire physique, politique et naturelle de I’ lie de Cuba. Seconde parte. Histoire Naturelle. Tome VII. Crustaces, arachnids et insectes. » Animaux articles 7 (2), Arthus Bertrand, Paris, pp. 436-472.
2- Philip P. Calvert, Contributions to a knowledge of the Odonata of the Neotropical region, exclusive of Mexico and Central America , Annals of the Carnegie Museum, 1909, p173
3- Rosser W. Garrison (2009): A synopsis of the genus Telebasis (Odonata: Coenagrionidae), International Journal of Odonatology, 12:1, 1-12, p88.
4- Heinrich Fliedner, Ian Endersby, The Scientific Names of North American Dragonflies – Busybird Publishing, 2019

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Retour en haut