Pyrrhosoma nymphula : accident d’émergence

Pyrrhosoma nymphula mâle émergent, Beaupréau en Mauges (France-49), 28/04/2010Pyrrhosoma nymphula mâle émergent, Beaupréau en Mauges (France-49), 28/04/2010
Pyrrhosoma nymphula mâle émergent, Beaupréau en Mauges (France-49), 28/04/2010

C’est à nouveau sur ma petite mare artificielle que j’ai observée cette femelle qui n’est pas parvenue à extraire une de ses ailes de son exuvie. Celle-ci est toujours accrochée au support d’émergence alors qu’il s’est passé plusieurs heures au moins depuis l’émergence, comme en témoigne la coloration déjà bien avancée de cette femelle.
Le lendemain, toujours sur mon bassin, j’ai cru rencontrer le même sujet mais c’est bien un mâle qui a son tour est victime de la même tragique mésaventure.

Pyrrhosoma nymphula mâle émergent, Beaupréau en Mauges (France-49), 29/04/2010
Pyrrhosoma nymphula mâle émergent, Beaupréau en Mauges (France-49), 29/04/2010

Ce qui est étonnant est que j’observe les Pyrrhosoma nymphula émerger de ma mare depuis maintenant 14 saisons et que je n’ai jamais revu ces accidents. Je ne me souviens pas des conditions météo de ce printemps et je suis incapable de savoir si seul le hasard m’a fait assister à ces 2 incidents similaires 2 jours successifs, ou si de la pluie ou du grand vent peuvent en être la cause.
Ces 2 sujets n’ont pas survécu.




Accueil Pyrrhosoma nymphula

Prédation sur Erythromma viridulum femelle émergente

L’Étang de Joreau sur les bords de la Loire est celui qui abrite la plus riche odonatofaune du département et lorsque que j’ai observé cette scène, je n’ai pas pu identifier la proie. Pour le prédateur c’est certainement une Tétragnathe.

Ce n’est que sur l’écran de l’ordinateur que j’ai pu observer le pronotum.
La largeur de la bande antéhumérale claire à droite est un piège et n’est due qu’au reflet du soleil ; sur un cliché à peine différent pourtant, elle apparaît tout à fait normale, comme celle de gauche.

Prédation sur Erythromma viridulum femelle émergente par Tétragnathe, Etang de Joreau (France-49), 01/06/2019.
Prédation sur Erythromma viridulum femelle émergente par Tétragnathe, Étang de Joreau (France-49), 01/06/2019.

Ma démarche d’identification pour les zygoptères à cet âge passe par l’examen du pronotum, mais celui-ci ne m’évoquait rien spontanément, surtout que je gardais dans un coin de ma tête la liste des espèces que j’avais observées ce jour.
Mais finalement, l’absence apparente de taches postoculaires, le point que l’on, distingue sur la face latérale du thorax et la taille des yeux m’ont orienté vers le genre Erythromma.
À partir de là il est facile d’éliminer Erythromma najas pour la forme du pronotum et Erythromma lindenii en raison de l’absence des tubérosités à la partie antérieure du synthorax.
Il me restait à vérifier que ce pronotum était compatible avec Erythromma viridulum femelle ; et en effet on retrouve cette petite indentation postérieure et surtout la tache, ou plutôt les 2 taches claires au centre du pronotum semblent diagnostiques de cette espèce.

Mais son identification ne l’aura pas sauvée de son tragique destin…




Accueil Erythromma viridulum

Comparaison des pronotum des femelles Coenagrion mercuriale et puella

Les femelles des Coenagrion mercuriale et puella sont difficiles à différencier sur photos et il n’y a pas beaucoup de solution pour y parvenir.
On peut écarter l’examen des ptérostigmas beaucoup trop variables (réputés à centre clair pour C. mercuriale, mais on en trouve aussi pour C. puella) et celle de la nervation qui n’est pas plus fiable (nombre de cellules avant la naissance de l’Ir1).
Il faut également oublier le trait coloré entre les taches postoculaires, qui bien que moins fréquent chez C. puella, est néanmoins parfois présent (même si souvent moins marqué).
On peut cependant s’appuyer sur la coloration des tarses quand la photo le permet ; ils sont alternativement sombres et clairs (zébrés) pour C. mercuriale, noirs pour C. puella, mais ils sont souvent difficiles à voir et parfois tachés en particulier chez les femelles qui ont beaucoup pondu.

Comparaison des pronotum de C. mercuriale et C. puella
Comparaison des pronotum de C. mercuriale et C. puella


Le juge-arbitre est le pronotum car faisant partie de l’exosquelette il ne varie pas, mais pas de chance, ils sont relativement voisins entre les 2 espèces et si les différences sont assez évidentes sur une vue dorsale, sur un profil ou un trois-quart l’analyse demande une certaine habitude.

Sur une vue dorsale, le pronotum de C. puella est classiquement décrit « en accolade » centré sur un lobe postérieur complètement aplati. Si pour C. mercuriale ce lobe est à peine plus marqué, le bord postérieur du pronotum, de chaque côté, est complètement rectiligne décrivant une … mouette.

Comparaison des pronotum de Coenagrion puella et mercuriale femelles
Comparaison des pronotum de Coenagrion puella et mercuriale femelles

L’idéal serait de pouvoir montrer des photos de profil strict, des vues postérieures ou de 3/4 prises depuis la même exacte incidence. Malheureusement je n’ai pas ces photos, et une faible différence d’incidence fausserait la démonstration ; à chacun d’expérimenter 🙂

Pronotum des Coenagrion puella et mercuriale femelles
Pronotum des Coenagrion puella et mercuriale femelles



Accueil mercuriale
accueil-puella


Prédation sur Ischnura elegans – 1/1 –

Il n’y a pas d’âge pour mourir quand on est un odonate… Ce mâle Ischnura elegans qui vient tout juste de sortir de sa larve n’a même pas eu le temps de développer ses ailes ni son abdomen. Ce n’est pas cette punaise sus-aquatique qui l’a capturé, elle est simplement opportuniste, et je ne sais pas ce qui a provoqué sa chute sur l’eau de mon bassin. Toujours est-il que le Gerris s’est précipité sur sa proie et l’a bloquée avec ses pattes antérieures; si la plupart des punaises sont phytophages le Gerris est un pur carnivore doté d’un puissant rostre tubulaire qui lui permet d’injecter dans sa proie des sucs digestifs puis d’aspirer le savoureux liquide gorgé d’éléments nutritifs dissous.

Ischnura elegans mâle émergent victime d'un Gerris, Beaupréau en Mauges (France - 49), 18/05/2008
Ischnura elegans mâle émergent victime d’un Gerris, Beaupréau en Mauges (France – 49), 18/05/2008

C’est tout près de l’Ardèche que Christine et Pierre Juliand, remarquables connaisseurs des Odonates m’ont montré cette scène. Si j’ai reconnu un Asiliidae c’est sur le forum consacré aux diptères du site Le Monde des Insectes (LMI) qu’il a été identifié à l’espèce grâce aux épines de l’ovipositeur : Philonicus albiceps ♀.
Grâce à sa trompe, ce diptère injecte sa salive chargée d’enzymes neurotoxiques et protéolytiques pour ensuite aspirer le contenu prédigéré de sa victime.

Et quand on est une des plus petites libellules de notre région on est appétissant pour les plus gros odonates… Ce Gomphus pulchellus a mis un tout petit peu plus de 4 minutes pour avaler cet Ischnura elegans mâle, de la tête à l’extrémité de l’abdomen, seules les ailes ont été épargnées.

Prédation Gomphus pulchellus sur Ischnura elegans, la Renaudière (France - 49), 05/08/2010
Prédation Gomphus pulchellus sur Ischnura elegans, la Renaudière (France – 49), 05/08/2010

Les araignées qui vivent au bord de l’eau sont naturellement celles qui capturent le plus d’odonates. Alors quand on s’appelle Épeire des Roseaux, Larinoides cornutus, on est bien placé pour piéger les I. elegans qui ne font pas attention. Le sujet va être emballé vivant et sera dégusté plus tard.

Prédation Larinoides cornutus sur Ischnura elegans mâle, Beaupréau (France - 49), 15/08/2007
Prédation Larinoides cornutus sur Ischnura elegans mâle, Beaupréau (France – 49), 15/08/2007

Tetragnatha extensa, la Tétragnathe étirée ainsi nommée pour son corps et ses pattes allongées, tisse souvent sa toile au dessus de l’eau de mon bassin et les mâles tout occupés à défendre leur territoire se font parfois piéger. Ils représentent certainement des proies de grande taille pour cette araignée et sa toile, et font souvent beaucoup de dégâts à cette dernière. L’araignée mangera la proie et les fils abîmés!

Ischnura elegans mâle piégé par Tetragnatha extensa, Beaupréau (France - 49), 24/06/2013
Ischnura elegans mâle piégé par Tetragnatha extensa, Beaupréau (France – 49), 24/06/2013