Prédation sur Ischnura elegans – 1/1 –

Il n’y a pas d’âge pour mourir quand on est un odonate… Ce mâle Ischnura elegans qui vient tout juste de sortir de sa larve n’a même pas eu le temps de développer ses ailes ni son abdomen. Ce n’est pas cette punaise sus-aquatique qui l’a capturé, elle est simplement opportuniste, et je ne sais pas ce qui a provoqué sa chute sur l’eau de mon bassin. Toujours est-il que le Gerris s’est précipité sur sa proie et l’a bloquée avec ses pattes antérieures; si la plupart des punaises sont phytophages le Gerris est un pur carnivore doté d’un puissant rostre tubulaire qui lui permet d’injecter dans sa proie des sucs digestifs puis d’aspirer le savoureux liquide gorgé d’éléments nutritifs dissous.

Ischnura elegans mâle émergent victime d'un Gerris, Beaupréau en Mauges (France - 49), 18/05/2008
Ischnura elegans mâle émergent victime d’un Gerris, Beaupréau en Mauges (France – 49), 18/05/2008

C’est tout près de l’Ardèche que Christine et Pierre Juliand, remarquables connaisseurs des Odonates m’ont montré cette scène. Si j’ai reconnu un Asiliidae c’est sur le forum consacré aux diptères du site Le Monde des Insectes (LMI) qu’il a été identifié à l’espèce grâce aux épines de l’ovipositeur : Philonicus albiceps ♀.
Grâce à sa trompe, ce diptère injecte sa salive chargée d’enzymes neurotoxiques et protéolytiques pour ensuite aspirer le contenu prédigéré de sa victime.

Et quand on est une des plus petites libellules de notre région on est appétissant pour les plus gros odonates… Ce Gomphus pulchellus a mis un tout petit peu plus de 4 minutes pour avaler cet Ischnura elegans mâle, de la tête à l’extrémité de l’abdomen, seules les ailes ont été épargnées.

Prédation Gomphus pulchellus sur Ischnura elegans, la Renaudière (France - 49), 05/08/2010
Prédation Gomphus pulchellus sur Ischnura elegans, la Renaudière (France – 49), 05/08/2010

Les araignées qui vivent au bord de l’eau sont naturellement celles qui capturent le plus d’odonates. Alors quand on s’appelle Épeire des Roseaux, Larinoides cornutus, on est bien placé pour piéger les I. elegans qui ne font pas attention. Le sujet va être emballé vivant et sera dégusté plus tard.

Prédation Larinoides cornutus sur Ischnura elegans mâle, Beaupréau (France - 49), 15/08/2007
Prédation Larinoides cornutus sur Ischnura elegans mâle, Beaupréau (France – 49), 15/08/2007

Tetragnatha extensa, la Tétragnathe étirée ainsi nommée pour son corps et ses pattes allongées, tisse souvent sa toile au dessus de l’eau de mon bassin et les mâles tout occupés à défendre leur territoire se font parfois piéger. Ils représentent certainement des proies de grande taille pour cette araignée et sa toile, et font souvent beaucoup de dégâts à cette dernière. L’araignée mangera la proie et les fils abîmés!

Ischnura elegans mâle piégé par Tetragnatha extensa, Beaupréau (France - 49), 24/06/2013
Ischnura elegans mâle piégé par Tetragnatha extensa, Beaupréau (France – 49), 24/06/2013

Coenagrion mercuriale: curiosité

Coenagrion mercuriale mâle atypique, Avallon (France - 89), 17/07/2020
Coenagrion mercuriale mâle atypique, Avallon (France – 89), 17/07/2020

Le 17 juillet 2020 je me suis rendu sur le ruisseau de Grenouille, près d’Avallon, pour y découvrir Coenagrion ornatum. Le temps est vraiment moyen, alternance de nuages et de rares éclaircies, alors qu’il a plut dans la nuit.
Je n’ai jamais vu Coenagrion ornatum, je sais qu’il ressemble et partage le biotope de C. mercuriale, aussi quand j’ai aperçu ce sujet mon cœur s’est accéléré.

Coenagrion mercuriale mâle atypique, Avallon (France - 89), 17/07/2020
Coenagrion mercuriale mâle atypique, Avallon (France – 89), 17/07/2020

Les taches postoculaires sont noircies, les bandes antéhumérales sont assombries comme un C. pulchellum, le S2 (deuxième segment abdominal) ne ressemble … à rien et les segments abdominaux sont également noircis de traces inhabituelles.

Coenagrion mercuriale mâle atypique, Avallon (France - 89), 17/07/2020
Coenagrion mercuriale mâle atypique, Avallon (France – 89), 17/07/2020

Mais quand un nuage épais m’a permis de regarder correctement mon écran j’ai vérifié le pronotum et … malheureusement je le connais bien, c’est celui d’un mâle Coenagrion mercuriale. Les appendices anaux viennent confirmer l’identification; les cerques et cercoïdes sont à peu près de même longueur alors que les cercoïdes de C. ornatum sont très très courts…
On note que le classique symbole de mercure, sur le S2, est brisé.
Il s’agit donc simplement d’un mâle Coenagrion mercuriale inhabituellement sombre.


Accueil mercuriale

Comparaison des pronotum des femelles Coenagrion caerulescens et scitulum

Les mâles Coenagrion scitulum et caerulescens sont très ressemblants. Il en est de même pour les femelles et comme toujours une photo ou un schéma en dit plus long que les descriptions… Là où la femelle C. scitulum montre un petit lobe postérieur en forme de dent la femelle C. caerulescens montre une profonde indentation postérieure.
Malheureusement, sans capture, elles ne nous permettent pas toujours ce genre de photos…




Ceriagrion tenellum : tentative d’enlèvement!

Il y a beaucoup de Ceriagrion tenellum autour des étangs de la Croix Fourreau (France – 49) ce 25 août 2019, certainement des centaines. Comme toujours donner un nombre est très délicat d’autant qu’eux aussi le sont, délicats, et tout petits.
Il fait chaud, 32°C, et autour de ce petit étang forestier en voie d’assèchement j’observe de nombreux accouplements. Je n’ai pas fait du tout attention à la répartition des sexes, s’il y avait autant de mâles que de femelles mais quoi qu’il en soit un mâle a trouvé une femelle en tandem à son goût et a tenté de l’enlever:

Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019
Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019

La scène a duré une quinzaine de secondes (l’ensemble de mes photos retracent 11 secondes de la scène), l’agresseur s’est posé sur le thorax de la femelle puis a tenté de la capturer avec ses appendices anaux.

Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019
Tandem de Ceriagrion tenellum agressé par un mâle, La Croix Fourreau (France-49), 25/08/2019

Si le premier mâle ne lâche pas sa prise ce type de capture est impossible, en particulier pour C. tenellum dont les appendices sont minuscules. Mais si je n’ai jamais réussi à capturer en photo un rapt réussi je l’ai observé une fois pour Pyrrhosoma nymphula. Ces tentatives ratées même si elles sont rares sont régulièrement observées. Par contre le harcèlement dont sont victimes les tandems, ou même les couples en copulation, de la part de mâles isolées est tout à fait courant.

La question intéressante est alors de comprendre ce qui pousse le 2° mâle à agir de la sorte ?
Il n’y pas de certitude, à ma connaissance. On peut sans doute invoquer le fait que les femelles sont presque toujours moins nombreuses sur les rives que les mâles, ce qui se comprend facilement quand on voit le comportement des mâles à leur égard… Et que devant cette rareté certains mâles sont poussés à commettre des actes indignes d’un odonate qui se respecte 🙂
Il est aussi sans doute plus facile, plus économique sur le plan énergétique, pour un mâle de repérer une femelle en tandem que d’errer à la recherche d’une femelle discrètement posée dans les herbes.




Erythromma lindenii – Identification des femelles

Identification des femelles Erythromma lindenii
Erythromma lindenii femelle après émergence, Gennes sur Loire (France – 49), 01/06/2019

L’identification des femelles Coenagrionidae est souvent difficile; elle nécessite au moins des photos correctes, la plupart du temps pour apprécier la forme du pronotum.
Le cas d’Erythromma lindenii est un peu différent dans la mesure où un indice est souvent déjà fourni par la forme des taches postoculaires, très peu arrondies, aplaties, parfois très réduites et même absentes.
L’identification absolue est assurée par ces 2 tubérosités, uniques à ces femelles, que l’on aperçoit de part et d’autres de la partie antérieure du thorax, juste en arrière du pronotum.
Ce critère s’applique aux femelles matures mais aussi dès l’émergence, et c’est bien utile à ce stade car il n’y a pas d’autre indicateur !

Erythromma lindenii femelle, France (49), 09/08/2012
Erythromma lindenii femelle, France (49), 09/08/2012
Erythromma lindenii femelle émergente, France (49), 18/05/2008
Erythromma lindenii femelle émergente, France (49), 18/05/2008