Orthetrum cancellatum femelle : même pas mal ! 2/4

Orthetrum cancellatum femelle, Saint Brévin les Pins (France-44), 28/05/2020
Orthetrum cancellatum femelle, Saint Brévin les Pins (France-44), 28/05/2020

Lorsque j’ai observé cette très jeune femelle sur le Canal du Bodon à Saint Brévin les Pins, je ne me suis pas tout de suite rendu compte que son aile postérieure gauche était aussi abimée. Aussi pour mieux voir l’étendu des dégâts j’en ai fait le tour, et j’ai constaté l’importance de la malformation, certainement un problème lors de l’émergence comme cela arrive assez souvent.
Sur ce plan ci-dessous on voit comme elle est jeune, avec ses ailes encore brillantes, mais cependant déjà bien colorée ; une très jeune femelle qu’on ne peut plus qualifier d’émergente.

Orthetrum cancellatum femelle, Saint Brévin les Pins (France-44), 28/05/2020
Orthetrum cancellatum femelle, Saint Brévin les Pins (France-44), 28/05/2020

Je l’imaginais condamnée, incapable de parvenir à capturer des proies pour se nourrir.
J’ai pensé que mon insistance à vouloir faire des photos de son aile atrophiée avait eu raison de sa patience et elle a décollé sur quelque mètres.
Je l’ai suivie et la photo ci-dessous montre pourquoi elle a fait ce petit vol ; pas pour me fuir mais pour capturer une proie qu’elle est déjà en train de savourer !

Orthetrum cancellatum femelle, Saint Brévin les Pins (France-44), 28/05/2020
Orthetrum cancellatum femelle, Saint Brévin les Pins (France-44), 28/05/2020

Cela signifie que son système nerveux de contrôle du vol est capable de prendre en compte cette grave anomalie et d’y remédier pour assurer un vol de qualité correcte ; on sait que les odonates sont capable de gérer indépendamment les mouvements de chaque aile.
Les observateurs sont souvent surpris de voir les performances de vol des odonates et leurs acrobaties avec 4 ailes ; ils sont aussi très doués avec les ailes vieillissantes, déchirées, rognées ou pliées, comme on les rencontre en fin de saison, ou même avec seulement 3 ailes, comme je l’avais constaté en Namibie sur un mâle Trithemis annulata.

Tandem Orthetrum albisylum ♂ X Orthetrum cancellatum ♀ 2/2

Tandem O. albistylum X O. cancellatum, Vère Grésigne (France-81), 18/07/2019
Tandem O. albistylum X O. cancellatum, Vère Grésigne (France-81), 18/07/2019

Le 18 juillet 2019 dans le Tarn je prospecte un étang créé par une ancienne gravière. Le temps et bien moyen, peu d’odonates sont actifs si ce n’est 5 ou 6 Orthetrum albistylum que je m’amuse à photographier en vol.
Alors que j’ai a peine eu le temps d’apercevoir une femelle Orthetrum en ponte celle-ci est capturée par un mâle qui aussitôt tente de s’accoupler, sans succès, il repassent 2 fois devant moi et j’ai la chance de faire une photo.
Ce n’est que sur l’ordinateur que je me suis aperçu de la méprise du mâle car il s’agit bien d’une femelle O. cancellatum.
J’ai vu le couple se séparer quelques secondes après la photo sans qu’il y ait eu d’autres tentative de copulation ou de ponte.
Je n’ai jamais vu d’autres tandem d’Orthetrum « en erreur » et il est tout de même étonnant que je sois tombé à 2 reprises sur les 2 mêmes protagonistes…

Ces tandem hétérospécifiques ne sont pas rares mais m’étonnent toujours tellement on met en avant les formidables capacités visuelles des odonates quand il s’agit de repérer des proies par exemple… Ils ne seraient pas capables d’identifier les « bonnes » femelles au premier coup d’oeil ?
Corbet dans Behaviour and Ecology of Odonata cite Tennessen (1982) et Utzeri et Belfiore (1990, Tandem anomali fra Odonati Odonata ) qui écrivent que ce comportement pourrait être expliqué par le fait qu’il serait plus avantageux pour les mâles de saisir la première femelle un peu ressemblante et de la relâcher après en cas d’erreur, que de prendre du temps pour l’identifier et risquer de se devancer par un concurrent.

N’y a-t-il pas simplement quelques mal voyants parmi les odonates ? 🙂