Namibie – Brachythemis leucosticta (Burmeister, 1839)

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020

Brachythemis leucosticta est très commun en milieu ouvert en Namibie, tant près des pièces d’eau que des rivières, souvent en très grand nombre au point qu’on a parfois peur de leur marcher dessus (ils se posent souvent au sol ce qui leur vaut le nom anglais de Banded Groundling). Ils tournent autour des marcheurs (ou du bétail) qui par leurs déplacements provoquent l’envol d’insectes dont ils se nourrissent (1).

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 12/02/2020

Je l’avais déjà rencontré ce très sombre Libellulidae en Afrique du Sud et en Ethiopie, une des limites nord de sa répartition ou il côtoyait son très proche cousin Brachythemis impartita, lui, assez proche de sa limite Sud. En Namibie, il n’y a donc pas de B. impartita et il est impossible de le confondre avec un autre Libellulidae en raison de ses taches alaires caarctéristiques.
Ci-dessous un mâle plus jeune qui laisse voir les taches claires de jeunesse de .

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 11/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, mare près de Rundu, 11/02/2020

Il mesure entre 22 et 33 mm ce qui en fait un très petit Libellulidae, le plus petit, en Asie, Nanophya pygmaea , n’atteint que 16 à 17 mm.
Les femelles sont comme presque toujours chez les Libellulidae très différentes des mâles, sans tache alaire; celle-ci est sans doute assez jeune, encore très jaune.

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

Mais elles ne deviennent jamais aussi sombres que les mâles et celle ci-dessous est bien mature:

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, Rundu près de l'Okavango, 10/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, Rundu près de l’Okavango, 10/02/2020

Les yeux des Brachythemis sont très particuliers et B. leucosticta n’y fait pas exception; qu’on soit en Afrique ou en Asie on reconnaît les Brachythemis aux dessins typiques de leurs yeux que l’on observe sur les femelles ci-dessous:

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Bum Hill, 14/02/2020

On peut la confondre avec la femelle Brachythemis lacustris et si celle-ci montre aussi une ligne sombre médiane sur l’abdomen elle ne présente pas de ligne noire latérale et son motif thoracique est beaucoup plus léger et simple.

Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020
Brachythemis leucosticta femelle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020

L’accouplement se déroule en vol et est très rapide, quelques secondes:

Btrachythemis leucosticta accouplement, Namibie, Rundu près de l'Okavango, 21/02/2020
Brachythemis leucosticta accouplement, Namibie, Rundu près de l’Okavango, 21/02/2020

Sa distribution géographique précise reste incertaine car B. impartita et leucosticta n’ont été séparé qu’assez récemment (2) et que les données sont donc entachées d’erreurs. Les données certaines le limite au grand sud de l’Afrique, de l’est de l’Afrique du sud et Madagascar à l’Ethiopie à l’est et au Sénégal à l’Ouest.

Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020
Brachythemis leucosticta mâle, Namibie, parc national de Bwabwata, Mahango Core area, 20/02/2020

-1- Accompanying behaviour of Brachythemis leucosticta (Burmeister) in Europe (Anisoptera: Libellulidae), March 2010 Odonatologica 39(1):63-70, Otakar Holuša & Jaroslav Holusa.
-2- Kindred spirits: “Brachythemis leucosticta”, Africa’s most familiar dragonfly, consists of two species (Odonata: Libellulidae), International Journal of Odonatology, Volume 12 (2) 2009.




Cet article fait partie de ceux consacrés aux odonates de Namibie. Pour revenir à la page d’accueil des Odonates de Namibie, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *