Larve attaque !

On observe :
– la vitesse de déploiement du masque
– mais aussi le fait que la larve ne se contente pas de lancer cette arme, elle se déplace aussi rapidement, vers la cible, sans mobiliser ses pattes, par expulsion anale.
Lorque l’on retrouve une exuvie, elle est généralement sèche et fragile, voir cassante. On peut donc être surpris de voir comment l’abdomen est capable de se déformer, avec souplesse, pour s’adapter au mouvement.

Déploiement du masque
Déploiement du masque

J’ai copié vidéos et schéma sur le Web il y a plus de 10 ans, sans noter les références ; je suis donc incapable de rendre justice à leur créateur…


Oxygastra curtisii : la respiration de loin et de plus près…

Oxygastra curtisii mâle, Saint Germain sur Moine (France-49) sur une ancienne argilière, 12/05/2011

Ce jeune mâle Oxygastra curtisii se réchauffe au soleil, bien à l’abri du vent dans les ajoncs. Il est en phase de maturation comme en témoignent ses yeux étonnants, qui de mauves deviendront verts.

Oxygastra curtisii mâle, Saint Germain sur Moine (France-49) sur une ancienne argilière, 12/05/2011

On l’appelle aussi Cordulie à corps fin et son abdomen témoigne de cette finesse.
Cependant, en s’approchant suffisamment (je rappelle que l’abdomen ne mesure au total que 33 à 39 mm) on peut observer ses mouvements respiratoires, succession de dilatations et de contractions permettant de faire entrer l’air par les stigmates abdominaux, situés dans des replis de la face inférieure de l’abdomen.

Dans les dernières secondes de la vidéo on peut noter la mobilité des appendices anaux ; ils adopteront une position en flexion extrême lors de la capture de la femelle.


Libellula fulva : respiration

Libellula fulva jeune femelle sur un tuteur de mon jardin, Beaupréau (France-49), 06/05/2011

Sur ces quelques secondes de vidéo on peut voir une femelle Libellula fulva respirer.
Ce phénomène est bien visible pour tous les Libellulidae. Je ne l’ai jamais observé chez les zygoptères. Peut-être se produit-il de la même façon, mais sa moindre amplitude et la taille beaucoup plus réduite de l’abdomen ne permet sans doute pas de le voir sans un fort grossissement.
On n’observe pas une telle dilatation pour le thorax alors que les stigmates sont bien visibles, surtout le stigmate métathoracique.
Le rôle des stigmates abdominaux, cachés à la face inférieure de l’abdomen, dans un repli de celui-ci est sans doute prépondérant.



Libellula depressa : respiration

Saint Rémy en Mauges (France-49), argilière du bois de Leppo, le 2 juin 2011

Chez les Libellulidae, la respiration est facile à mettre en évidence, plus particulièrement encore pour Libellula depressa qui a l’abdomen aplati, comme son nom le précise.
Le grand vent avait poussé cette femelle à se mettre à l’abri et les conditions météo sont sans doute la raison de sa patience avec moi.


Libellula depressa mâle en fin de maturation, Andrezé (France-49), 23/05/2021

Cette nouvelle scène se déroule le 23 mai 2021, le long du Beuvron, un joli ruisseau qui passe au pied du bourg d’Andrezé (France-49) et où un court méandre crée une petite zone humide.
Malgré le grand vent de ce jour j’y ai trouvé une femelle Calopteryx virgo et ce mâle Libellula depressa en fin de maturation ; c’est à ce moment que je les trouve les plus beaux, quand la pruinosité n’a pas encore totalement envahi la partie proximale de l’abdomen et qu’on devine encore le jaune initial.
On remarque donc les phases de dilatation et de contraction de son abdomen qui correspond aux temps inspiratoires et expiratoires.


Cordulia aenea femelle : diaporama d’émergence


Déjà, la veille, cette larve de Cordulie bronzée était montée vers 16 heures le long d’une touffe de joncs, dans les Carex qui bordent mon petit bassin. L’ai-je dérangée en prenant des photos ? En tout cas elle a disparu, après être restée très, très longtemps immobile…
Je l’ai retrouvée à 8 heures et demie le lendemain matin, exactement au même endroit et j’ai pu suivre une partie de la transformation.
Malheureusement, refroidi par mes attentes de la veille, j’ai loupé le premier moment fort, « l’éclosion » où la face dorsale de la cuticule thoracique se déchire ! Et j’ai manqué l’envol, deuxième temps fort, qui a dû survenir une bonne heure après la dernière photo dans le temps refroidi et pluvieux de ce 2 mai 2010.
Le premier portrait de la larve est réalisé à 8 heures 23.
Le dernier à 11 heures 26.
Le troisième moment fort, pour moi le top, est cette extraordinaire gymnastique qui permet à la « pro-libellule » de remonter de cette position tête en bas pour libérer l’extrémité de son abdomen.

Le dernier cliché avec les reflets de son thorax, permet de comprendre pourquoi on la qualifie de « bronzée ».



La basse qualité de ce diaporama est due à l’abandon de Flash Player par les principaux navigateurs. Une version améliorée verra le jour bientôt.